Face à la trahison de la bourgeoisie, pour un SMIC à 2000 euros nets ! [L’Agora]

Ainsi donc, les député de LREM, des Républicains et du RN ont voté à l’unisson contre la proposition de la NUPES d’augmenter le SMIC à 1500€ nets pour tous les travailleurs. Quelle gifle dans la tête des classes populaires qui ont  voté en masse pour Marine Le Pen et ses compagnons politiques, pensant naïvement que le RN voulait remplacer, dans les luttes sociales, une gauche qui a depuis longtemps trahi les travailleurs autochtones au profit de l’ouverture des frontières, de la mondialisation et des travailleurs « sans Etat ni patrie ».

Ainsi donc, cette proposition de porter le SMIC à 1500 euros nets par mois serait « démagogique ». Quelle nausée d’entendre cela. La droite la plus bête et la plus hypocrite du monde. Mais allez dire ça à la caissière de chez Leclerc ou Lidl, aux salariés de la restauration, aux exploités de l’agro-alimentaire, qui travaillent avec des horaires à la con, qui perdent des années d’espérance de vie bien plus que les chargés de communication et autres professionnels de la politique, tout cela pour émarger à 1300€ nets par mois. Ils ne vivent pas à ce prix là, ils survivent.

M. Chenu, Madame Le Pen, ont-ils conscience qu’avec 1300 euros nets par mois aujourd’hui, on survit ? Que la hausse des matières premières, de l’énergie, des factures, du coût de la vie, ne se répercute pas, depuis des années, sur les salaires ? Ont-ils conscience que des millions de gens dans ce pays n’ont plus ni l’envie, ni la force mentale, d’aller travailler pour au final, survivre (calculez la perte pour un salarié qui va tous les jours en voiture, parce qu’il habite en ruralité, au travail, une heure de trajet aller-retour, chaque jour sur 5-6 jours, quel intérêt d’aller bosser avec un SMIC à 1300 euros nets et 4 pleins dans le mois à 110€ ?)

En votant contre cet amendement, symbolique, les députés RN se sont tirés une balle dans le pied. Et donnent, pour des années, du grain à moudre à la gauche et à l’extrême gauche qui a toujours clamé que la droite et l’extrême droite étaient l’ennemi des ouvriers, des classes populaires, que le RN était le serviteur du grand capital. Avec ce vote, qui pourra leur donner tort ?

Car oui, le SMIC à 1500€ nets ne peut pas être la seule mesure. Il devrait d’ailleurs être monté à 2000€ nets par mois, pour permettre à chacun de vivre dignement dans ce pays. Oui, il faudrait indexer les autres salaires pour ne pas créer une société de Smicards. Oui, il faudrait sans doute plafonner également ceux-ci parce que personne n’a besoin de vivre avec 100 000 euros par mois dans une société saine, organique et communautaire. Oui, il faut baisser les charges patronales, les taxes, pour permettre à ceux qui entreprennent de gagner eux aussi leur vie et de ne pas lutter pour la survie encore plus que les autres. Oui il faudrait en finir avec la gabegie publique, les subventions distribuées à coups de milliards d’euros, les cadeaux fiscaux au grand patronat. Oui, il faut différencier le droit du travail en ce qui concerne les TPE-PME et les grandes entreprises. L’esclave de la grande distribution ou de l’hôtellerie restauration n’a pas la même condition de travail que l’employé d’une petite société d’électricité.

Oui, tout cela passe par la fermeture des frontières, par l’expulsion de millions d’immigrés. Par le rétablissement de la sécurité. Par un système de santé en forme. Par la reconstruction d’une société qui a réellement envie de vivre ensemble et qui se sent un destin commun.

Il y a beaucoup de compléments nécessaires à ce SMIC à 1500 (ou à 2000 comme je le préconise). L’extrême gauche, démagogique, pouvait être combattue et mise en PLS, parce que justement leur projet sociétal n’a aucune logique autre que de monter les uns contre les autres, classes contre classes, minorités contre minorités, sexe contre sexe…Encore eut il fallu des députés courageux, et pas des lâches dont « l’esprit droitard » revient naturellement au galop une fois franchies les portes de l’Assemblée nationale.

« Mais c’est impossible, qui va payer » diront les grincheux. Mais n’avez vous pas vu les milliards déversés par l’Etat depuis deux ans ? Ne voyez vous pas les milliards de subventions accordées ici à des associations antiracistes dont les salariés sont quasi fonctionnaires, là à des projets culturels n’ayant ni queue ni tête, là encore à des fins clientélistes ? Ne voyez-vous pas les dettes colossales contractées par certains pays vis à vis de la France dans le domaine de la Santé notamment ? Ne voyez vous pas l’argent investi massivement pour « les autres » avant les nôtres ?

Alors avant de protester. Avant d’aller traiter de « fainéant » ou « d’irresponsables » les travailleurs esclaves qui touchent 1300 balles par mois, qui sont obligés de se saigner chaque mois et de manger de la m…en boîte  en sachant pertinemment en plus que leur travail les use plus que ceux qui passent leurs journées derrière des claviers avec leurs gros doigt potelés, il serait bon de réfléchir à deux fois. Il serait bon de chercher à comprendre pourquoi une mère de 3 enfants n’a pas envie de bosser 39h payée au SMIC, en coupure, dans la restauration, pour se faire insulter par une partie de la clientèle et traiter par sa direction comme une moins que rien. Il serait bon de comprendre pourquoi certains préfèrent rester à la maison, cultiver un potager, instruire leurs enfants, faire du sport, s’engager associativement, plutôt que de se lever pour aller bosser dans le vacarme d’une usine à broyer les hommes et les esprits, tout ça pour un chèque en fin de mois ayant autant de saveur qu’un gros mollard craché au visage d’un ennemi.

Mais comment bon sang un parti qui a fait sa campagne pour le pouvoir d’achat, en mettant en retrait la question de l’immigration, peut-il trahir à ce point ? Comment aller expliquer aux travailleurs du Nord, qui ont voté massivement pour le RN, qu’il vaut mieux des primes et des baisses de charges patronales ? Mais quel salarié de ce pays croit sincèrement qu’en baissant les charges sans augmenter les salaires, les patrons le feront naturellement et copieusement ? Personne ne se souvient donc de l’arnaque dans l’hôtellerie restauration sous Sarkozy, où il aurait presque fallu applaudir que les heures supplémentaires soient payées, alors qu’elles étaient tout simplement dues ? Croit-on vraiment que M. Leclerc va passer son personnel à 1600 euros nets parce que ses amis dans l’hémicycle auront baisser ses charges ?

Le RN avait l’occasion, dans cette Assemblée nationale, d’incarner une troisième voie, entre gauchisme internationaliste et capitalisme sauvage. Visiblement, c’est déjà loupé.

Julien Dir

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

25 réponses

  1. Augmente le Smic n’est pas la solution, cela un effet papillon. Ainsi, les patrons ne vont pas perdre de l’argent, ils vont augmentait les prix en conséquence, sur la fiche de paie le salaire croît, mais pas le pouvoir d’achat. De surcroit les classe moyenne, on les oublie

  2. Je trouve que 1300 Euros de SMIC , c’est encore trop . Une solution simple pour réduire les frais de transport consiste à chercher un domicile proche de son lieu de travail et d’y aller à pied en se levant un peu plus tôt .
    Et puis , de nos jours , les deux adultes de la famille travaillent et , donc , avec deux fois 1300 Euros , soit 2600 Euros , on ne vit pas si mal que cela …
    Arrêtons de nous plaindre , mettons-nous au boulot !
    D’ailleurs , il ne devrait pas y avoir de SMIC . Ce n’est pas à l’Etat de s’occuper de cela . Le salaire est une affaire entre l’entreprise et chacun de ses membres . L’Etat n’a pas à y mettre son nez .

    1. j’espère que la 1ère partie de votre réponse est de l’humour ? sinon, comment dire, vous êtes vraiment immonde ! revenons à l’esclavage, c’est ça ?

    2. Je suis d’accord avec votre analyse et votre conclusion.
      Mais moi je veux bien d’un SMIC a 2000 euros mais alors plus d’assistance, et chacun se démerde avec sa santé! Ok?

  3. Bon, c’est pas du Zola… Le pouvoir d’achat ne se décrète pas car il dépend de la production. Ce qui peut se décréter est sa répartition : ce qui sera pris aux uns pour être donné aux autres. On aura beau augmenter les revenus, si tous les prix augmentent d’autant, le résultat est nul. Du moins si ça ne flingue pas une partie de l’économie, auquel cas l’effet sera exactement inverse : le pouvoir d’achat réel baissera. Donc, avant de voter une hausse du SMIC, il faudrait dire qui la paiera. Réponse, comme d’habitude : les classes moyennes, c’est-à-dire des gens qui gagnent le SMIC plus un chouïa. Le chouïa deviendra un peu plus petit.
    Le seul moyen viable d’augmenter les bas salaires est de diminuer l’offre de main-d’oeuvre. Tant qu’il y aura une masse de bras prêts à travailler pour des cacahuètes, y compris au noir ou dans des conditions uberisées, les revenus seront tirés vers le bas. Autrement dit, l’immigration rend la pauvreté inéluctable. On voit la preuve tous les jours dans la presse bretonne, où des petits patrons (artisans, maraîchers…) font l’éloge des immigrés : il n’y a plus qu’eux pour accepter de travailler aux conditions qu’on leur fait… Sans l’immigration, les salaires augmenteraient sans qu’on ait besoin d’une loi pour ça.
    La trahison du RN n’est pas de voter contre le SMIC à 1500 euros, c’est d’avoir fait campagne sur le pouvoir d’achat plutôt que sur l’immigration. Pas de hausse du pouvoir d’achat sans baisse de l’immigration.

    1. Les classes moyennes ne sont pas oubliées puisqu’il est question dans cet article d’indexation des revenus, ce qui signifie que si le SMIC augmente, les revenus supérieurs augmentent aussi.

      Vous avez raison sur l’immigration. J’évoquais dans ma tribune le côté « c’est impossible de ». Rien n’est impossible puisque le politique a le pouvoir de tout changer (sinon, il est impossible aussi d’envoyer l’armée dans les banlieues. Il est impossible d’expulser 10 millions d’immigrés, etc etc. Donc on arrête tout).

      En ne votant pas cet amendement, le RN se place aux côtés du grand patronat dans l’imagerie populaire, c’est un fait. L’extrême gauche n’en demandait pas tant.

    2. Alors ça c’est de la demagogie pure et dure! Avec le Smic à 1500, le chômage augmente, quelles sont les petites et moyennes entreprises croulant sous les taxes et impôts qui pourront se le permettre? Exactement ce qui s’est passé en Espagne avec la derniere augmentation du Smic. Allez, apaga y vámonos

    3. Plutôt d’accord avec vous dans l’ensemble, le problème « en France », ce n’est pas le smig mais la répartition des profits.
      imposer le smig, c’est être obligé de payer au smig des gens qui ne le mérite pas et par conséquent ne pas pouvoir payer correctement les gens qui mériteraient plus.
      Mais pour changer ce « système », vaste débat……
      En même temps, à quoi cela sert-il de gagner des dizaines, voir des centaines de milliers d’euros par mois, comme avait dit « Geronimo » au 19° siècle: l’argent ne se mange pas.
      Je ne parle pas des « politicars » depuis la base jusqu’au sommet, comme disait Georges: c’est un véritable scandale, droite ou gauche, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.
      J’arrette là, sinon j’y passe la nuit à disserter………..

  4. Augmenter le SMIC de 200€, c’est augmenter le nombre des chômeurs de près de 1 million !
    L’ancien FN avait bien à son programme une très forte augmentation du SMIC, mais il avait aussi à son programme une sortie de l’UE et un rétablissement des frontières avec des droits de douane.
    Ainsi la concurrence des pays à très faible niveau du SMIC n’aurait eu aucun impact sur l’augmentation du chômage.

  5. Les classes moyennes ne sont pas oubliées puisqu’il est question dans cet article d’indexation des revenus, ce qui signifie que si le SMIC augmente, les revenus supérieurs augmentent aussi.

  6. L’Etat doit déjà donner l’exemple en baissant la TVA et les taxes sur les carburants. Ainsi, c’est l’ensemble de nos concitoyens qui va pouvoir bénéficier d’une hausse du pouvoir d’achat, et en particulier les classes moyennes qui sont les vaches à lait du système.

  7. 1° pour pouvoir donner à ceux qui travaillent il n’y a pas 50 solutions: arrêter l’immigration, rien de plus facile plus aucun kopek à ceux qui sont sur place ou qui arrivent et la pompe aspirante ne fonctionne plus. Arrêter de distribuer des subventions à la presse, celui qui veut lire un journal le paye (j’ai plusieurs revues qui ne touchent pas un cent de l’état, c’est moi qui paie) tout le monde au même régime, et on aura peut-être une véritable presse. Plus de subventions à toutes ces associations à la gomme qui font ch…. le peuple: lgbtqxyz, pro-immigrés, licra, etc etc pareil celui qui veut en faire partie paye une cotisation et se bouge le popotin pour trouver de l’argent. La chasse à la fraude sociale et fiscale ect. et surtout baisser les charges des petites et moyennes entreprises qui sont un véritable racket et là avec toutes les mesures citées on pourra augmenter les salaires ou baisser les prix car c’est kif kif. Il y aurait encore bien des choses à faire réduire le train de vie de l’état mais il faudrait que le poudré donne l’exemple: avant-hier il prend un jet pour se rendre à Arcachon et quelques minutes après darmalin en prend un autre même destination. Dans un pays normal on leur fait payer le déplacement pour 2 appareils et ces deux guignols viennent donner des leçons d’économies

  8. Le vrai problème, selon moi, est l’excès d’aides de l’état, des régions, des départements, des communautés urbaines.
    Certains préfèrent vivoter, parfois fort correctement, grâce aux innombrables aides plutôt que d’aller travailler : pour un emploi peu qualifié mieux vaut toucher les aides et se prélasser dans les magasins, Action, Mistigriff, etc.

  9. Bien sûr, le SMIC à 2000 €pourquoi pas mais savez-vous que plein de libéraux ne dépassent même pas les 1500 dont des jeunes avocats, des paysans, des artisans et avec combien d’heures de travail ?
    Facile d’être généreux quand ce n’est pas votre portefeuille !

  10. Je viens de lire Monsieur Julien Dir et tous les commentaires. Ce qui m’intrigue le plus est de savoir pour qui ont voté (s’ils l’ont fait) tous ceux qui s’exprime. J’ai 78 ans et j’ai vu beaucoup de choses et encore plus de sottises dans ma vie. Mais avez-vous regardé le niveau scientifique de ceux qui vous parlent d’écologie, d’énergie, et qui ne sont pas capable de faire la différence entre un kilowatt et un hectopascal. Car ce sont vos députés qui vont débattre de sujets où leur incompétence les rapproche de l’ENA. La fermeture de Fessenheim en est un grand exemple: ne comprenant rien à l’atome l’interdire semble naturel. Mais les centrales à charbon de la Rurh ne choquent personne. C’est vrai que beaucoup ne savent pas où c’est.
    Alors le SMIC n’est pas le sujet principal, mais plutôt la réindustrialisation de la FRANCE. Hélas depuis 40 ans je n’ai vu que des mauvaises actions des Enarques, Sciences Po et autres pitres de HEC ou l’ESSEC.
    Les vrais acteurs de l’économie en FRANCE ce sont les 25 millions de personnes qui chaque jour vont travailler avec compétence. Tandis qu’à Paris quelques milliers de crétins mettent des bâtons dans les roues de tout ce qui fonctionne. Un sursaut national est necessaire: mais le verrai-je?

  11. Pleinement d’accord avec cet article. La vraie droite est là pour résoudre les défis identitaires et non pour garantir les dividendes des rentiers.
    La Marine s’est encore plantée.

  12. Affligeant blabla. M. Dir peut-il nous dire s’il a chiffré sa mesure, s’il a calculé combien de boîtes vont fermer (et ajouter combien de chômeurs ?), s’il peut nous dire combien de chefs de très petites entreprises, de commerçants et d’artisans se paient moins que le smic ? Sans parler des micro-entrepreneurs (naguère auto-entrepreneurs) ! Mais je suppose que M. Dir travaille à l’Equipement, à dessiner des ronds-points où toutes les sorties sont en sens interdit…

  13. Je propose un SMIC à 15 000 euros pour que tout le monde soit enfin riche, une brouette sera également offerte a chaque citoyen pour emporter ses billets a la boulangerie et au supermarché

  14. Il faut commencer par améliorer la productivité, et pas uniquement de quelques unes, les autres se les tournant (Les Hollandais, les Danois ont su imposer le travail pour tous) !
    Il faut aussi supprimer les charges indues, dont celle d’une immigration incontrôlée, d’une immigration profiteuse…
    Supprimer ce qui ruine la France, par exemple les 8 milliards/AN que coûte à EDF l’obligation de s’imposer une concurrence (merci l ‘UE, merci nos politiques, etc.)…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS