Italie. Plus de 1 000 clandestins extra-européens débarquent en quelques heures

migrants

Plus de 500 migrants extra-européens débarquent à Lampedusa

L’Italie est de nouveaux en proie à des débarquements massifs de clandestins. Sur l’île italienne de Lampedusa, la nuit du samedi 23 au dimanche 24 juillet a vu débarquer une quinzaine de bateaux en provenance de Tunisie et de Libye et transportant 522 individus. Ces derniers étaient notamment originaires d’Afghanistan, du Pakistan, du Soudan, de l’Éthiopie et de Somalie.

Quant au seul centre d’accueil de Lampedusa, il est toujours saturé car abritant actuellement environ 1 200 clandestins pour une capacité initiale de 250 à 300 personnes…

Une situation qui excède la population locale. Pour rappel, à l’été 2020 déjà, le maire de Lampedusa Salvatore Martello avait appelé à la tenue d’une « grève générale » sur l’île pour faire enfin réagir le gouvernement italien face au problème de l’immigration clandestine par voie maritime. À l’époque, l’édile avait déjà dénoncé le « silence effrayant » de Rome sur la question tandis que le principal centre d’accueil pour migrants de Lampedusa était déjà totalement saturé.

600 autres clandestins débarqués en Sicile

Tandis que les conditions météorologiques sont favorables en Méditerranée, des petites embarcations mais également des navires dotés de plus grandes capacités de transport quittent régulièrement les côtes nord-africaines ces temps-ci pour rejoindre les côtes siciliennes et l’Italie.

Samedi 23 juillet, plus de 600 migrants ont été secourus par un navire marchand et les gardes-côtes au large de la Calabre. Ils ont finalement été débarqués dans des ports siciliens et à Crotone, en Calabre.

Dans le même temps, les navires affrétés par les ONG pro-migrants poursuivent eux aussi leurs rotations en Méditerranée. Sur Twitter, l’ONG Sea Watch indiquait le 24 juillet que le Sea Watch 3 attendait de se voir attribuer un port de débarquement avec à son bord environ 440 migrants.

SOS Méditerranée : plus de 260 migrants à bord de l’Ocean Viking

L’ONG SOS Méditerranée est également sur zone. Le 25 juillet, l’Ocean Viking avait à son bord plus de 260 migrants « repêchés ».

Depuis le début de cette année 2022, ce sont 34 000 clandestins qui sont arrivés en Italie par la mer en date du 22 juillet, a indiqué le ministère italien de l’Intérieur. À titre de comparaison, les autorités en avaient enregistré 25 500 au cours de la même période en 2021 et 10 900 en 2020.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Tous ces gens fuient une guerre dans leur pays ? selon la réponse ils seront: réfugié politique ou clandestin…à moins qu’ils ne viennent pour trouver un travail au vu de leurs compétences ?
    Pourquoi y a t-il autant d’hommes et très peu de femmes ?
    On attend les réponses à ces questions essentielles….

    1. Oh ! mais il n’est pas nécessaire qu’il y ait une guerre pour obtenir le statut de réfugié ! L’essentiel est d’être en bisbille avec les autorités de son pays, pour des raisons politiques, religieuses, morales, sexuelles voire artistiques. Autre possibilité : il y a eu une guerre, et elle est finie. Le seul point commun de tous les réfugiés est qu’ils ont pu quitter leur pays. Quelques-uns l’ont fait au péril de leur vie, la plupart sont partis tranquillement en prenant un billet de train ou d’avion.
      Le seul point commun disais-je ? Ah ! non, il y en a un autre : le mot « réfugié » leur vaut un certain prestige et un certain statut. Ceux qui sont partis tranquillou comptent en plus qu’un pays d’accueil paiera leur séjour à l’arrivée, aussi sûrement que s’ils avaient échappé à un massacre.
      Le statut de réfugié fait l’objet d’un détournement massif. Destiné initialement à protéger la vie de gens en danger de mort, il sert à présent à nourrir des gens désireux de s’installer sans permission, aux frais des pays d’accueil. Déjà, le statut ne devrait être valable que dans les pays limitrophes : dès qu’on franchit une frontière autre que celle de son pays, on n’est plus un réfugié mais un migrant.

  2. Je pense que l’argent des Français doit être donné aux Français et non à des  »étrangers » qui viennent, chez nous, pour profiter de toutes les  »aides », qui vendent de la drogue, brûlent des voitures, caillassent nos F.O.,etc…Je connais un couple de paysans, qui ont travaillé toute leur vie en France, qui n’ont que 2.000€ de retraite par mois, pour tous les 2!Avant 1962:les sous des Français de  »Métropole » partaient chez les musulmans, dans nos colonies, au lieu de RESTER en  »Métropole » où nos paysans vivaient comme au Moyen Age! Les musulmans ont voulu être  »indépendants », maintenant qu’ils RESTENT dans  »leur » pays!

  3. ils ont raison! ils seront logés, nourris mais pas blanchis, seuls les européens réfractaires devront bosser

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !