Deux nouvelles fusillades à Nantes en quinze jours

Quelques jours à peine après la 37e fusillade de l’année, au 38, rue Watteau, le 12 juillet, les balles ont à nouveau sifflé à Nantes.

Dans la nuit du 17 au 18 juillet, il y a d’ailleurs eu un coup de chaud au 38 rue Watteau, justement, où la police a interpellé deux hommes qui auraient tapé à coups de marteau sur les portes vitrées du hall et dégradé des scooters – fausse alerte, il s’agirait d’une querelle privée, sans lien apparent avec le deal. L’un des deux interpellés, un clandestin extra-européen de 22 ans, a été relié aux faits et fera l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Dans la nuit du 26 au 27 juillet vers 1h 30 du matin une caméra de vidéo-surveillance métropolitaine a été la cible d’au moins six balles rue Samuel de Champlain, ce fut la 38e fusillade de l’année – des bourres de calibre 12 ont été trouvées sur place. Située juste au-dessus d’un point de deal juteux, elle a été déjà prise pour cible mi-avril et dans la nuit du 8 au 9 juillet dernier, entre autres.

Le vendredi 29 juillet à 17h30 un jeune homme de 20 ans a été la cible de tireurs près du passage qui mène de la place Mendès France au square des Rossignols, deux points de deal très connus du quartier « sensible » Bellevue. C’est la 39e fusillade de l’année.

Une fois n’est pas coutume, il y avait un homme pour attendre les policiers, et il a tenu à être cité dans les colonnes de la presse locale – Frédéric Riani, ancien militaire du 2e régiment de dragons, s’était attardé après quelques courses, a entendu les cris d’un jeune homme et lui a prodigué les premiers secours. Blessé à la hanche par des tirs, il est désormais tiré d’affaire. Le tireur est recherché.

Par ailleurs l’auteur de la 36e fusillade de l’année, un différend familial entre gitans avenue de la Grive dans le nord de Nantes, recherché depuis le 11 juillet dernier à 15 heures, a été interpellé ce 24 juillet après avoir menacé une jeune femme, habitante de la rue, de viol. Il était en évasion puisqu’il s’était débarrassé de son bracelet électronique.

De plus, toujours le 29 juillet, mais vers midi, un chat noir a été la cible d’un tir à Vertou, quartier Planty. Si le chat a été sauvé par les urgences vétérinaires après 48 heures de soins intensifs, la balle est toujours dans son cou.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. tant qu’ils se tuent entre eux…
    mais le gouvernement ne fait rien pour enrayer la possession d’armes, une bavure arriver un jour, la lutte contre le banditisme est au point mort!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !