Royaume-Uni. Les migrants condamnés bientôt surveillés en permanence par la reconnaissance faciale ?

minorité

Les migrants ayant été reconnus coupables d’une infraction pénale au Royaume-Uni pourraient se voir imposer d’ici quelques mois le port de montres connectées afin d’être surveillés en permanence par les services de police et de justice britanniques via la reconnaissance faciale.

Des montres connectées pour surveiller les migrants condamnés

Le gouvernement britannique pourrait bientôt commencer à utiliser des montres connectées à reconnaissance faciale pour surveiller les migrants qui ont été condamnés pour une infraction pénale. Ces étrangers devront scanner leur visage jusqu’à cinq fois par jour, selon une information révélée par The Guardian le 5 août dernier. Le dispositif, dont le coût initial est évalué à environ 7 millions d’euros (6 millions de livres sterling), pourrait entrer en vigueur dans tout le Royaume-Uni dès cet automne.

Selon des documents provenant du Home Office (équivalent du ministère de l’Intérieur) et du ministère de la Justice britanniques et obtenus par le quotidien anglais, les migrants placés sous cette surveillance pourront ainsi être localisés 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Aussi, les images en provenance des montres connectées seront comparées à celles que le ministère de l’Intérieur possède dans ses dossiers. Si les systèmes du gouvernement ne peuvent pas vérifier l’identité de la personne, une vérification manuelle sera nécessaire.

Les photos ainsi que les noms, les nationalité et date de naissance des migrants seront conservés pendant six ans au maximum par les services britanniques. Des informations qui seront partagées entre le Home Office, le ministère de la Justice et la police.

Royaume-Uni

Royaume-Uni : plus de 10 000 expulsions depuis 2019

D’autres publics seront-ils concernés ultérieurement par ce recours aux montres connectées outre-Manche ? Pour l’instant, le dispositif n’est destiné qu’aux seuls ressortissants étrangers condamnés pour une infraction pénale, bien que certaines ONG pro-migrants s’inquiètent déjà de voir le gouvernement britannique surveiller de cette manière les demandeurs d’asile n’ayant pas été condamnés par la justice.

Ce que réfute auprès de The Guardian un porte-parole du ministère de l’Intérieur : « Suggérer que ce contrat s’applique aux demandeurs d’asile qui sont arrivés par des moyens illégaux est tout simplement faux ». Quant au nombre de montres connectées commandées par le gouvernement auprès de la société Buddi Limited via un contrat public, il demeure inconnu.

Selon ce même porte-parole du Home Office, « la population [britannique, NDLR] attend de nous que nous surveillions les délinquants étrangers condamnés. […] Depuis août 2021, le ministère de l’Intérieur a réussi à identifier plus de 2 500 criminels étrangers, rassurant ainsi les victimes sur le fait que leurs agresseurs ne peuvent pas échapper à la loi et seront expulsés du Royaume-Uni à la première occasion ».

Depuis le mois de janvier 2019, les autorités du Royaume-Uni auraient expulsé plus de 10 000 délinquants et criminels étrangers.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. J’ai bien peur que , comme d’habitude, ces mesures vendues de façon séduisante et pour un objectif légitime, aient une finalité toute autre.

    D’expérience, je sais qu’à chaque fois qu’on nous a vendu une mesure défavorable « pour les étrangers » elle a été utilisée contre les « de douche » au nom de l’égalitarisme.

    Vu la chasse au délit d’opinion depuis 1973 … j’ai bien peur que les premières victimes seront, comme d’habitude les malpensants (comme l’ont toujours fait les états TOTALITAIRES, ce qu’est l’occident tout entier depuis quelques décennies )

  2. et ensuite, expulsés? déjà ils sont comme des poissons dans l’eau, comme en france ou en europe occidentale, blablabla

    1. patphil
      Exact, au lieu de dépenser un tel pognon et de tels moyens (qui comme à chaque fois ne bénéficient que aux banquiers-commerçants) , pourquoi ne pas les expulser ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !