Transport : quand la crise économique change nos habitudes

Ces deux dernières années, nos habitudes ont été bouleversées. Loisirs, sorties, travail, vie quotidienne ont été impactées par la crise sanitaire et la crise économique. Si la première semble être derrière nous, la deuxième n’est pas terminée, en témoigne la place prépondérante qu’elle occupe aux informations. Dans cet article, nous vous proposons une brève analyse de l’impact de la crise économique sur la manière dont les français se déplacent et utilisent les transports.

Vie quotidienne

Dans certaines zones, la voiture est indispensable au quotidien pour aller faire des courses, poser les enfants à l’école ou se rendre à des activités. Les familles avec enfants n’ont pas changé leurs habitudes de déplacement en zone périurbaine ou rurale, car cela est difficilement possible. En revanche, les 18-35 ans ont adapté leur mobilité : ils sont de plus en plus nombreux à se déplacer à vélo ou à covoiturer, à la fois dans un souci d’économie et aussi d’écologie, préoccupation qui tient particulièrement à cœur à cette tranche de la population.

En ville, l’usage des transports en commun est resté stable, c’est souvent le mode de déplacement le plus pratique et économique, bien que ce ne soit pas le plus rapide. Les métropoles encouragent la mobilité de leurs habitants en développant de nouvelles lignes de transport en commun (tram, bus) et en les rendant accessibles au plus grand nombre : on citera par exemple la ville de Dunkerque qui a choisi de les rendre gratuits pour tous.

Travail

Après la pandémie, le télétravail est resté dans les mœurs, ce qui évite à de nombreux actifs d’avoir à se déplacer pour aller travailler, leur permettant au passage de réaliser des économies. De nombreuses personnes font le choix d’aller au travail en covoiturage, sacrifiant parfois leur confort sur les horaires pour réaliser des économies. Actuellement, le taux de chômage est plutôt bas, avec 7,3%, mais de nombreux demandeurs d’emplois ont réduit le périmètre géographique pour leur recherche d’emploi, avec comme justification le coût du carburant. 

Déménagements

Que ce soit parce que la famille s’agrandit ou au contraire parce que tous les enfants sont partis, pour des raisons personnelles ou professionnelles, les français déménagent 4,6 fois en moyenne, mais cette tendance est à la hausse. Suite à la crise économique certaines personnes ont fait le choix de déménager dans un logement plus petit, donc moins cher et moins consommateur d’énergie ou de s’installer dans un endroit plus près de leur travail. Pour déménager, les français ont de plus en plus tendance à faire appel à un professionnel car cela est plus rapide et plus efficace que d’appeler tous ses amis et de faire de nombreux aller-retour en voiture. Le prix d’un déménagement varie en fonction du cubage nécessaire, de la distance et des éventuelles options choisies. 

Vacances 

La crise économique a réellement impacté les loisirs des français et aussi leurs vacances. Aussi, ils ont été nombreux à déclarer qu’ils avaient un budget inférieur à celui des autres années pour leurs vacances d’été. Concrètement, cela se traduit par le fait qu’ils sont nombreux à partir moins loin de chez eux et beaucoup ont renoncé aux séjours à l’étranger, en partie à cause du coût des billets d’avion. Même si l’on a vu les traditionnels embouteillages sur les autoroutes en juillet, de nombreux vacanciers ont fait le choix de passer par les routes nationales pour ne pas payer le péage. Enfin, les trains ont été pris d’assaut pour les vacances d’été, au point que certains trains ont affiché complet des semaines avant leur départ. Une première historique !

Le monde est en changement  et les citoyens se voient forcés de modifier leur habitudes. Qu’ils soient d’accord avec cela…ou pas.

Article non rédigé par la rédaction de breizh-info.com

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS