Entre catastrophisme et égalitarisme : portrait-robot du gauchiste écolo-sociétal

Cet été serait meurtrier. On nous parle de « catastrophe climatique ». Une histoire qui s’accélère clairement : « économie circulaire », « tarification de l’eau », « pénurie d’eau », « pénurie de gaz », « pénurie d’électricité », « pénurie de »… Des incendies en cascade, comme si le ciel nous tombait sur la tête. Parce que la température moyenne de notre planète aurait augmenté de 1,38 °C en près de deux siècles. Et, depuis le 28 juillet, l’humanité aurait consommé tout ce que la planète peut produire en un an. En un mot, ce serait l’épuisement de toutes nos ressources. Pire encore : des experts pensent que cette température globale augmentera encore de 1,5 °C d’ici 2030 ! Ce serait la grande sécheresse. Et des grandes tempêtes se produiraient à l’automne. Désormais, la nausée est collective. Ses éléments essentiels : la culpabilisation et l’excommunication. La chasse aux sorcières est ouverte. Voyage au bout de l’enfer, ou des autres…

Par exemple, quand la Cour suprême des États-Unis a décidé d’abroger le droit constitutionnel à l’avortement, le 2 juillet, ces thuriféraires du « Green business » (énergie renouvelable, ou « sobriété énergétique »), néo-féministes, lgbtistes entre autres, ont exprimé leur dégoût. Ces nouveaux acteurs de la Cité défilent à la moindre occasion, soit pour défendre la Nature (« Gaïa »), soit pour vanter leur culture, « inclusivité », « intersectionnalité » et « fierté » en sus. Rien n’irait plus pour la femme à barbe, l’homme en jupe, l’être « non-binaire », asexuel, etc., le tout révélant outrageusement un agenda politique déclenché dès la fin des années 60. Précisément, la gauche californienne, sociétale, avait réussi à briser la gauche sociale, à la rendre ringarde, dépassée. D’où sa haine de l’industrie. D’où, simultanément, la sortie du champ politique pour imposer métapolitiquement – un paradoxe – des sujets dits « de société », du divorce au « mariage pour tous », en passant par le droit à l’IVG. Au nom de l’obsession pour l’égalité, la pathologie qui fait que le mot dise infiniment plus que la chose, que l’essence puisse supplanter l’existence, que le concept anéantisse l’être. Le genre, la race, tout devrait disparaître. L’amour du trou noir.

En finir avec l’interaction humaine sous la loi de l’obsolescence programmée. En finir avec la chair, avec l’animalité. Rien de cohérent. Ça mange du soja, ça fume de la résine de cannabis, « charbonnée », ça veut faire l’amour qu’avec des objets, ça promeut donc la Procréation médicalement assistée et la Gestation pour autrui, mais ça veut repousser le délai d’Interruption volontaire de grossesse à 20 semaines ! Un Ça qui désintègre tout surmoi, qui libère un moi absolu, un enfant-roi qui veut l’infinité, l’éternité, sans éthique de responsabilité. Il admire même la médiocrité et œuvre à la convergence des luttes avec les poètes de cages d’escalier. Mais cette même meute parle de l’« emprise » substantielle du mâle sur celle qui fait tout pour être un concept. Pourtant, le gauchiste (écolo-)sociétal ne supporte pas d’être percé à jour. C’est sa grande angoisse. Notamment contre l’homme blanc d’un certain âge, le symbole de la froideur face à l’hybridité, de ce qui ne veut être ni un homme ni une femme, mais plutôt un mutant, un être post-humain, un Martien avant l’heure. Alors quand comprendrons-nous que l’écolo-sociétalisme n’est que le cheval de Troie des technosciences, des nouvelles technologies, de la géo-ingénierie, in fine du transhumanisme ?

Henri Feng

Emmanuel Macron : de Jupiter à Vulcain 

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. En fait, les adorateurs du mythe de Gaïa devraient enfin comprendre que notre planète dépend infiniment moins du comportement de ses animaux (humains et extra-humains) que de son étoile.
    Cet été nous avons « joui » des effets de deux énormes éruptions solaires (mi-juillet et début août) et ceci explique la canicule de l’hémisphère alors le plus orienté vers l’étoile, le Nord ; d’où orages, tempêtes (mais aussi accidents vasculaires et troubles du rythme cardiaque)
    À quand une « écologie scientifique » ? A priori, jamais !
    L’humanité adore les conteurs, les diseurs de bonnes et de mauvaises aventures… et avec Macron Fake News, l’homme de la covidiomania à la française, et les wokistes idiot(e)s, les complotistes ont fait le plein de divagations pour une décennie.
    Le plus drôle est que l’illustre Johannes Kepler avait déjà, au début du XVIIe siècle, signalé le retentissement des effets du soleil sur l’animal humain et sur le climat terrestre !

    1. Ajoutons à votre commentaire que l’augmentation de température dont les journaleux et scientifakistes nous rebattent les oreilles en permanence et nous rendent responsables est concomitante sur la planète Mars, laquelle, à ce que je sache, est encore inhabitée….
      C’est donc bien l’activité solaire qui est responsable des dérèglements et non notre misérable activité anthropique !
      Comme disait je ne sais plus qui (et veuillez me pardonner de rapporter ici des propos quelque peu vulgaires mais ô combien « ajustés ») : « à force de vouloir péter trop haut *, y a l’cul qui prend la place du cerveau »….et on voit le résultat.
      * (et de se prendre pour le centre de tout)

  2. La  »loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat », votée en 1905,a été demandée par  »La Gauche » qui a, toujours, voulu  »bouffer du curé »…mais, actuellement, cette même  »gauche » autorise les musulmanes à se voiler parce qu’elles craignent que des hommes se jettent sur elles, si elles montrent leurs cheveux et ces gauchos-écolos autorisent ces musulmanes à se baigner avec un burkini, dans les piscines municipales ..les gauchistes ne font plus respecter cette  »loi sur la laïcité » par leurs  »copains » musulmans, ni celle sur  »l’égalité de l’Homme et de la Femme »: car les musulmans ont  »le droit de vote », en France..et sans le  »vote des musulmans » la  »GAUCHE française » n’existerait plus!

  3. Et a part raconter n’importe quoi sur les éruptions solaires et le climat … vous avez des arguments réellement scientifiques ?

    1. Ben oui… Si l’article peut relativement tenir la route, sur la question climatique cela m’apparait tout faux ! Il y a moultes très bons documentaires sur la chaîne Arte qui sont bien argumentés et affreusement convainquants, hélas !
      La vanité et la cupidité des humains est sans borne. reste que tous les « combats » pour le climats restent de tristes pantalonades – mais c’est un autre débat…

  4. La seule écologie qui vaille et qui a fait ses preuves est celle des paysans d’autrefois. à cette époque pas si éloignée, on ne gaspillait rien, ni l’eau, ni les bouts de savon, ni les crayons, ni le papier, ni la nourriture, ni la parole. Il semble que nous devenons de plus en plus gourmands, au fur et à mesure que les choses commencent à nous manquer. Commençons par balayer devant notre porte, les papiers gras et ramassons les cannettes qui encombrent nos chemins de randonnées. Quand on voit grand, il faut commencer petit. L’exemple fera tache d’huile (pas de vidange). malheureusement ou heureusement, c’est la base qui doit montrer l’exemple, l’Elite suivra.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !