Christian Bouchet : « Contrairement à ce que je peux lire ici et là, Alexandre Douguine n’est pas un nationaliste russe, bien au contraire » [Interview] [MAJ : la réaction d’A. Douguine après le décès de sa fille]

MAJ 23 août 2022. La réaction d’Alexandre Douguine suite au décès de sa fille

Le père de la journaliste tuée Daria Douguine Aleksandr a réagi pour la première fois à la mort de sa fille et a remercié ceux qui ont transmis leurs condoléances.
Le fondateur de la chaîne Tv Tsargrad Konstantin Malofeev a publié le communiqué à la demande d’Alexandre Douguine lui même. Dans ce dernier il a expliqué que sa fille était « une magnifique jeune fille orthodoxe, patriote, correspondante de guerre, expert sur les grandes chaînes de TV, philosophe » et a remercié ceux qui ont exprimé leurs condoléances et leur soutien.
Alexandre Douguine a remarqué qu’elle n’avait jamais appelé à la guerre et à l’usage de la force, et affirmé qu’elle a été tuée par traîtrise, par derrière. Cependant cela ne le brisera ni lui même, ni le peuple russe qui souffre de ce meurtre.
« Ils voulaient briser notre volonté par la terreur sanglante contre les meilleurs et les plus fragiles d’entre nous. Mais ils n’y parviendront pas. Nos coeurs ne veulent pas la vengeance ou la punition – c’est trop mesquin, pas russe. Nous ne voulons que notre Victoire. Ma fille a donné sa vie sur son autel. Gagnez, s’il vous plaît ! », écrit Alexandre Douguine dans son communiqué.
Le père de Daria Douguine a aussi annoncé que la cérémonie d’adieux aura lieu ce 23 août à dix heures au centre de télécommunications Ostankino à Moscou.

La fille d’Alexandre Douguine, le géopoliticien dont les idées sont considérées comme étant influentes auprès du président russe Vladimir Poutine, a été assassinée à Moscou. Son père était visé par l’attentat et un concours de circonstances a fait qu’il a, pour sa part, échappé à celui-ci. Lionel Baland a interrogé, une nouvelle fois pour Breizh-info, l’éditeur français d’Alexandre Douguine et ami de ce dernier, Christian Bouchet.

Breizh-info.com : Daria Douguine a été tuée ce week-end. La connaissiez-vous ? 

Christian Bouchet : Oui, bien sûr. Je l’ai rencontrée à de nombreuses reprises, mais il y avait entre nous presque quarante ans d’écart, donc je n’ai jamais été proche d’elle.

C’était la fille d’un ami et je la considérais comme telle. Il y a une dizaine d’années, elle avait voulu faire un doctorat de philosophie en France, à Lyon, et je me souviens avoir contacté alors Bruno Gollnisch pour faciliter son intégration dans cette université. Finalement, cela ne s’était pas fait et elle était venue étudier, autant que je me souvienne, à Bordeaux.

Breizh-info.com : Quelles étaient les activités de Daria Douguine ? 

Christian Bouchet : Daria Douguine n’était pas la seule enfant d’Alexandre Douguine, mais elle était la seule de ceux-ci qui se soit engagée ostensiblement auprès de son père. François Bousquet a très bien défini qui elle était devenue en écrivant ceci : « Elle et lui [Alexandre Douguine], c’était un couple intellectuel, fusionnel. Les deux hémisphères d’un même cerveau. Quand on parlait à l’un, on entendait l’autre. »

Depuis son enfance, on la rencontrait dans toutes les manifestations eurasistes, mais, depuis quelques années on la voyait beaucoup dans les médias où elle s’exprimait avec brio et défendait une vue du monde traditionaliste – il est à cet égard signifiant qu’elle soit morte en revenant d’un festival dont le nom était Tradition – et des thèses géopolitiques et philosophiques favorables à un monde multipolaire.

Elle était l’auteur aussi de nombre de traductions du français en Russe pour les sites eurasistes et de multiples articles de doctrine sur ceux-ci.

Breizh-info.com : En quoi consistent les théories d’Alexandre Douguine ? 

Christian Bouchet : Alexandre Douguine est à la fois un traditionaliste, inspiré de René Guénon et de Julius Evola, et un géopoliticien héritier des penseurs russes eurasistes et nationaux-bolcheviques.

Dans ses livres, il propose un modèle de société profondément anti-libéral, respectant les identités et, donc, favorable à une construction impériale eurasienne, ce que moi, disciple de Jean Thiriart, que Douguine a rencontré et apprécié, j’appelle « La Plus grande Europe », celle qui va de Galway à Vladivostok.

Contrairement à ce que je peux lire ici et là, ce n’est pas un nationaliste russe, bien au contraire. Il pense en termes d’Empire, pas de race, de nation ou d’ethnie.

Breizh-info.com : Pourquoi est-il devenu si influent ? 

Christian Bouchet : Est-il si influent que les médias occidentaux le disent ? Telle est la question.

Ces médias le présentent comme le « Raspoutine de Vladimir Poutine », comme le « cerveau de Poutine », etc. Or, en réalité, je crois bien qu’il n’a jamais rencontré le président Poutine et, il y a quelques années, il a perdu sa chaire à l’Université de Moscou car ses prises de position radicales gênaient le gouvernement Poutine alors favorable à la signature des accords de Minsk.

Contrairement à ce qui peut être écrit, il n’est pas celui qui murmure ses conseils à l’oreille de Vladimir Poutine. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il n’a pas d’influence, mais celle-ci s’exerce différemment : par ses livres, ses articles, ses conférences, ses interventions télévisées, ses prises de position sur la toile. Et cette influence est importante, même si elle est bien différente de celle qu’on nous présente. Si je peux faire une comparaison, il est plus proche, en Russie, du statut qu’a en France Bernard-Henri Levy que de celui qu’a pu avoir Jacques Attali avec François Mitterand.

Par ailleurs, Alexandre est virtuellement à la tête de tout un réseau international qui fait qu’on le traduit et l’édite dans le monde entier et qu’il a des partisans dévoués aussi bien au Brésil qu’en Turquie, en Italie, en France, en Espagne, en Afrique, en Chine, aux États-Unis, etc. Son influence dépasse ainsi largement les frontières de la Russie. D’une certaine mesure, même si ses thèses sont hétérodoxes, il est un agent d’influence informel russe exerçant une influence mondiale, et cela n’est pas rien.

Vous me demandez pourquoi il a acquis cette influence, même si elle est bien différente de celle dont nous bassinent les médias ? Je serais bien en peine de vous répondre avec exactitude. Sans doute est-ce une question d’intelligence, de charisme ; sans doute aussi les solutions aux périls de notre temps qu’il nous propose sont-elles énoncées au bon moment et de la bonne manière ?

Breizh-info.com : Avez-vous une idée de qui en voulait à sa vie et pourquoi ? 

Christian Bouchet : On pense immédiatement aux services ukrainiens, mais ce peut être, aussi, n’importe quelle officine occidentale. Je crains qu’il ait été visé, et que sa fille soit morte, non pas pour ce qu’il était réellement, mais pour l’image que les médias occidentaux donnaient de lui.

Si vous lisez la presse écrite ou internétique occidentale aujourd’hui, qu’y apprenez-vous ? Que la fille d’un proche de Poutine est décédée dans un attentat qui visait son père. Quelle conclusion en tirez-vous ? Que c’est un coup d’éclat des services ukrainiens, que Poutine vient de subir un grave affront, que le FSB n’est pas capable de protéger les hiérarques du système russe, etc.

L’image médiatique de tout cela a plus d’importance que la réalité et je crois bien que c’est cet effet qui a été recherché.

Breizh-info.com : N’aurait-il pas dû être protégé par la police ? 

Christian Bouchet : Je ne sais absolument pas comment sont protégées les personnalités considérées comme potentiellement menacées en Russie. En tous les cas, il semble qu’il ne bénéficiait pas d’une protection particulière, ce qui va bien dans le sens de ce que je vous ai dit précédemment : ce n’était ni le cerveau ni le Raspoutine de Poutine car, dans ce cas, il aurait eu une protection. Les faits montrent qu’il aurait dû en avoir une. Il peut s’agir tout simplement d’une erreur d’appréciation du FSB qui a su, ces dernières semaines, déjouer plusieurs attentats à Moscou.

Breizh-info.com : Quelles conséquences cela peut-il avoir sur les cercles du pouvoir à Moscou et sur l’action militaire russe en Ukraine ? 

 Christian Bouchet : Il est bien difficile d’en préjuger.  Ce qui est certain, c’est que la Russie et Vladimir Poutine viennent de subir un affront. Sans doute sera-t-il vengé d’une manière ou d’une autre.  Pour le reste, nous verrons à court et moyen terme ce qu’il en sera. Les fauteurs de guerre espèrent sans doute que cela contribuera à leurs desseins, espérons – c’est la seule chose que nous pouvons faire – que non.

Propos recueillis par Lionel Baland

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

18 réponses

  1. * Pour ceux qui veulent aller plus loin et rigoler jaune, lire, par le Khomeiniste Arash Najaf-Zadeh : The European New Right – A Shi’a Response: A Radical Critique of Alexander Dugin, E. Michael Jones, and Alain de Benoist. Paru à London en 2018. En vente dans toutes les vilaines librairies et sur Amazone
    * sinon, par « fauteurs de guerre », Christian désigne bien ceux qui, dans l’entourage de Vladimir, l’ont poussé à lancer sur l’Ukraine des brigades de Bouriates, des mercenaires tchetchènes et des snippers récupérés en Syrie chez les vétérans de l’Etat islamique ? Ah la belle Eurasie que voili !

    1. Demandez donc aux habitants de Marioupol libérés des banderistes violeurs et tortionnaires,drogués au captagon, libérés par les combattants tchetchenes de l’armée russe, s’ils ne l’aimeront pas la belle Eurasie, comme vous dites. Quant aux vétérans de l’EI, vous dites n’importe quoi.

  2. L’affirmation de Christian Bouchet est très exacte: Douguine n’est pas un « nationaliste » au sens occidental du terme, ni au sens russe d’ailleurs. Il s’aligne parfaitement sur la notion d’empire telle que définie par Evola. Très récemment, un texte long, disponible en français, évoque sa définition négative du « nationalisme », phénomène trop empreint de modernité. Le voici: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/08/18/ethnos-peuple-nation-comme-categories-ethno-sociologiques.html

    1. La référence signalée par steuckers robert est intéressante et illustre bien le paradoxe des idéologues : au nom de la vérité — la leur — ils cherchent à faire entrer les « vraies gens » dans des catégories idéalisées qui leur sont propres. De force s’il le faut, et en réalité il le faut presque toujours. Le père Ubu décidait de dissoudre le peuple quand il ne lui convenait pas. C’était en Pologne. Mais ça pourrait être en Ukraine, où les vraies gens, décidément, ont du mal se considérer comme « russes » en faisant l’impasse sur le siècle qu’eux-mêmes, leurs parents et leurs grands-parents ont vécu dans leur chair — et bien entendu l’opération militaire spéciale prolonge la césure pour au moins deux générations.
      La Grande Russie c’était mieux avant. Mais nous sommes aujourd’hui.

  3. Merci pour la participation éclairante et priante que vous prenez à un évènement emblématique de notre époque où la matière tend à écraser l’esprit, et la violence, le dialogue.
    Mais l’esprit pourrait-il être vaincu ?
    Les assauts du mal et de ses affidés ne peuvent paradoxalement que réveiller et dynamiser l’éternelle et infinie puissance du bien toujours « diffusivum sui ».

  4. Florian PHILIPPOT en parle dans sa vidéo d’aujourd’hui : « You Tube /Zelensky prépare un événement choc ! » ; vite arrêtez cette guerre ; prions pour que la paix arrive et pour Daria, la fille de ce monsieur DOUGUINE ; « moi aussi, j’aime la France en paix et faiseuse de paix « .

  5. je sais pourquoi BI est indispensable à l’information; merci de nous avoir proposé cette vidéo;
    le gars n’est ni lgbt, ni antirusse donc un gars à éliminer!

  6. Oui, c’est effrayant de voir l’ignorance de la situation réelle chez des gens qui depuis longtemps n’ont plus accès qu’à de la basse propagande, s’ils n’ont pas la curiosité d’aller voir par eux-mêmes. Ceux qui ont suivi la situation au Donbass depuis huit ans qu’elle dure, et pu comparer la Russie réelle avec les fantasmes de la presse française savent ce qu’il en est.

  7. Une jeune poëtesse et écrivaindu Donbass, âgée de 13 ans, a écrit depuis toute petite comment elle a subi la guerre faite par Kiev contre les russophones depuis 2014.
    Elle s’est adressé aux dirigeants d’organisations internationales et a elle notamment révélé que des centaines d’ ukrainiens russophiles et de russes ont été inscrits sur une liste de « personnes à tuer ».

    Cette liste est mise en ligne par un site Web ukrainien, qu’elle avait dénoncé, et elle indique notamment les adresses des personnes.

    Elle a révélé, après la mort de Darya, que Alexandre Dougine et sa fille figuraient dans cette liste publiée par le site uktainien:

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/08/22/faina-savenkova-le-site-mirotvorets-ne-devrait-pas-exister-et-ses-proprietaires-ne-sont-pas-tenus-responsables-de-leurs-actes/

  8. Tout d’abord, grande tristesse pour le DC ce cette jeune personne qui, à mon sens, n’était pas promise à un grand avenir vu les idées qu’elle prônait, celles de son géniteur…
    En effet, le Raspoutine de Poutine » prêche l’instauration d’un grand empira allant de Brest à Vladivostok et, bien évidemment, managé par la Russie, je dirais même « la Grande » Russie comme aime à dire leur président.
    Il faudrait m’expliquer en quoi ce pays est grand, hormis sa superficie composée essentiellement de terres pour la plupart inhabitées et au climat peu supportable.
    Ce ne sont pas les quelque 4 ou 5 écrivains bien connus, ni les 2 ou 3 compositeurs de musique, sans oublier les quelques peintres et le peu de savants qui ont fait la »grandeur » d’une culture éclose tardivement au 19ᵉ siècle, surtout si on compare cela à la foultitude et à la grande antériorité de philosophes, écrivains, compositeurs de musique, peintres et sculpteurs, sans oublier tous les scientifiques issus de la culture Occidentale, à savoir de la France, de l’Italie, de l’Angleterre, de l’Allemagne, de l’Espagne, disons de l’Europe occidentale que semblent honnir les dirigeants russes et autres affidés.
    Non, vraiment, les Russes ne seront jamais à la hauteur de notre grande culture occidentale qui a apporté énormément de choses au monde pendant longtemps et continuera, je l’espère, durant encore quelques siècles.
    Le peuple russe a été tout au long de son histoire, un peuple asservi et qui parait se complaire dans cet état ; que l’on remonte à Ivan le terrible (il méritait bien son surnom) en passant par Pierre le Grand, qui soit dit en passant a fait son éducation en Europe Occidentale, sans oublier la Grande Catherine de Russie qui avait comme correspondant notre Voltaire (tiens un Français), et pour ne pas parler de Lénine qui s’est fortement inspiré de Karl Marx (tiens un Allemand), pour en arriver finalement à cet ignoble individu nommé Poutine, assassin notoire, friand des méthodes du KGB, je ne vois pas ce peuple être épris de liberté, de justice et, en un mot, d’humanisme.
    Si être dirigé par une telle entité vous satisfait, personnellement, je préfère encore m’exiler aux USA, même si ce pays est loin de la perfection.
    Les Russes ont de tout temps eu ce qu’ils méritent. Dommage pour eux, l’ouverture à l’Europe occidentale leur aurait apporté, je pense, une vie meilleure, mais ils n’en ont pas voulu et, en cela, Poutine en est responsable.
    Bonne journée.

    1. t’es un grand comique ignorant de l’histoire; allez va vivre en russie; tu me fais même pas pitié avec ton ignorance crasse…

    2. SethEnEnfer que tu devrais t’installer, puisque c’est déjà ta résidence secondaire.
      Laisse les Russes où ils sont et occupe toi plutôt d’isoler tes combles et de trouver des granules, l’hiver sibérien approche.

  9. Il est impossible de parler du Donbass sans évoquer les tortures qu’y ont subies les russophones.

    Des journalistes francais enquêtent sur les crimes commis par la police secrète ukrainienne ( SBU ) de 2014 jusqu’à aujourd’hui au Donbass

    A Marioupol ils ont visité le centre de torture en compagnie d’un prêtre qui y fut torturé.
    Cet article vient d’être publié écrit par Laurent Brayart journaliste au Donbass Insider, journal francophone à Donetz :

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/08/26/qg-du-sbu-a-marioupol-tortures-et-executions/

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS