Lorient. Nouvelle agression d’un chauffeur de bus : le maire Fabrice Loher et l’Agglomération impuissants ?

Lorient

Une nouvelle agression d’un chauffeur de bus a été à déplorer à Lorient le week-end dernier, occasionnant en réaction une suspension du service de bus de nuit. Cette insécurité dans les transports en commun n’est toutefois pas nouvelle dans la ville morbihannaise, interrogeant sur la capacité des pouvoirs publics à endiguer le phénomène.

À Lorient, un chauffeur de bus agressé par des « marginaux »

Un chauffeur de bus du réseau de la CTRL (Compagnie de transport de la région lorientaise) a été agressé à Lorient le vendredi 2 septembre un peu avant 21h30. Les faits se sont déroulés en centre-ville, lorsque le groupe d’agresseurs est monté à bord du véhicule (opérant sur la ligne T3 qui dessert l’axe Ploemeur-Lorient-Lanester) à l’arrêt de la place Alsace-Lorraine.

Le conducteur demande alors aux individus de ne pas consommer d’alcool dans le bus. Ce qui déclenchera la colère de l’un d’entre eux, qui assènera une pluie de coups sur le chauffeur tandis que celui-ci venait de saisir son téléphone pour alerter le service de sécurité de l’arrivée de ces passagers à problèmes…

Après que la victime ait immobilisé le véhicule et ouvert les portes, la bande prendra la fuite. Le chauffeur agressé donnera des détails supplémentaires sur le groupe en question auprès du Télégramme : « Il y avait trois hommes, une femme et trois chiens. Ils étaient très alcoolisés. C’était des marginaux. »

Des passagers ayant assisté à la scène viendront aider le chauffeur, en sang, et préviendront les secours. Selon le conducteur du bus, il ne doit son salut qu’à l’ouverture des portes. Faute de quoi ses assaillants auraient continué de le frapper, peut-être jusqu’à la mort.

Suspension des lignes de bus suite à l’agression

Au total, le chauffeur, âgé d’une quarantaine d’années, a reçu une dizaine de coups de poing, lui ouvrant le front à deux endroits. Des plaies notamment causées par les bagues de l’un des agresseurs. Après l’incident, la victime a été transportée à l’hôpital du Scorff avant de ressortir de l’établissement quelques heures plus tard avec cinq points de suture. Le conducteur du bus s’est ainsi vu prescrire une interruption temporaire de travail de 10 jours tandis qu’une plainte devait rapidement être déposée auprès du commissariat de Lorient. Jusqu’à présent, l’enquête en cours n’a pas permis d’identifier les agresseurs.

Suite à cette agression, les conducteurs de bus de la CTRL ont décidé de faire valoir leur droit de retrait. En conséquence de quoi, aucun bus ne devait circuler dans l’agglomération lorientaise de 21 h 30 à 00 h 30 le samedi 3 septembre.

Par ailleurs, le maire de Lorient et président de Lorient Agglomération, Fabrice Loher, a également réagi via un communiqué publié le 3 septembre :

L’édile a ainsi déclaré « condamner fermement cette agression gratuite » tout en appelant « à des sanctions exemplaires à l’encontre des agresseurs pour éviter que de tels faits puissent se reproduire à l’avenir ».

Quant aux mesures pour mettre un terme à ces agressions, Fabrice Loher précise que « la sécurité du personnel et des usagers est une priorité quotidienne pour l’Agglomération qui a signé, en 2021, une convention de sécurisation des transports publics entre les services de l’Etat, l’Agglomération et l’exploitant du réseau de bus CTRL. »

Insécurité à Lorient : des belles paroles masquant mal la réalité…

Toutefois, bien que du côté de la direction de la CTRL comme de Lorient Agglomération, on se targue d’avoir acquis 10 bus équipés de vitres anti-agressions et de vidéoprotection, l’insécurité dans les transports en commun n’est pas un phénomène nouveau dans la ville morbihannaise.

Nous pouvons rappeler à ce titre l’agression d’un chauffeur de bus lorientais au mois de mars dernier. Tandis que le véhicule opérant sur la ligne T2 était à l’arrêt à son terminus devant le parc des expositions de Lanester, le conducteur avait dû s’interposer face à un adolescent qui tapait à coups de bâtons sur le soufflet du bus. Le chauffeur sera alors frappé et projeté à terre par l’individu âgé de 15 ans. Blessé, le quinquagénaire sera conduit par les pompiers au centre hospitalier de Lorient avant d’en ressortir avec cinq jours d’ITT.

Quelques mois auparavant, le 3 décembre 2021, un autre chauffeur de bus de la CTRL avait également subi un déchaînement de violence de la part d’un passager furieux d’avoir raté le bateau traversant la rade de Lorient au départ de Locmiquélic. La victime, âgé de 63 ans, avait obtenu un mois d’arrêt de travail et 6 jours d’ITT.

Enfin, dès 2017, l’hypocrisie de la CTRL en matière d’insécurité était déjà dénoncée par la fille d’un chauffeur de bus du réseau lorientais lynché par des racailles.

Crédit photo : Flickr (CC BY-NC-ND 2.0/Semvatac) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Ce n’est rien….le ministre de la Justice nous l’a dit : l’insécurité, c’est juste un sentiment ! Il doit avoir raison à  » sang pour sang  » !

  2. Tous mes vœux de bon rétablissement au chauffeur.
    Même la Bretagne est infectée par ces parasites qui vivent au crochet d’une société qu’ils passent leur temps à dénigrer.
    Et si c’était le marginal qui s’était fait roué de coups ? Les gens restent passifs face à ce genre de situation, c’est triste.

  3. m’enfin on sait qu’un chauffeur de bis doit conduire et non se mettre à faire de la morale à des djeunes des quartchiers!
    le sentiment d’injustice qu’éprouvent ces gars a été gravement atteint , ils ont réagi pensera surement le ministre dupontmoretti

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !