Bombardement du réseau électrique des régions de l’Est de l’Ukraine contrôlées par Kiev

Après la grande contre-offensive menée par l’armée ukrainienne durant le week-end pour reprendre du terrain à l’armée russe, il semblerait que les russes soient passés à la vitesse supérieure comme l’indique ce texte du général Dominique Delawarde. Pour ceux qui voudraient suivre les combats au jour le jour, du point de vue d’un breton engagé dans le donbass, un blog fait un point de situation chaque jour ici.

Hier à 20h00 locale, les 4 plus grandes centrales électriques thermiques des régions sous contrôle de Kiev ont été bombardées par des missiles de précision: les centrales de Kharkov CHPP-5 et de Zmievskaya CHPP dans la région de Kharkov, la centrale de Pavlograd CHPP-3 dans la région de Dniepropetrovsk,et la centrale de Kremenchug dans la région de Poltava.

En ajoutant à ces bombardements la mise à l’arrêt de la centrale nucléaire de Zaporoje, l’effondrement du système général de fourniture d’électricité s’est étendu aux régions de Kiev, Sumy, Dniepropetrovsk, Karkhov, Odessa et de Zaporozhie. Cet effondrement affecte aussi les territoires de la république de Donetsk encore contrôlés par le régime de Kiev.

L’Est du pays a donc été plongé dans le noir à l’exception des zones contrôlées par les forces russes. Les mouvements de troupe et la logistique du régime de Kiev sont donc fortement ralentis dans la mesure où les trains électriques ne fonctionnent plus.

Il semble bien que les russes qui n’avaient pas, jusqu’à présent, frappé les infrastructures d’intérêt national, pour éviter de pénaliser les populations civiles ukrainiennes, passent désormais à la vitesse supérieure. Cela va compliquer sérieusement les manoeuvres, les renforcements et la logistique des forces ukro-atlantistes qui doivent évidemment s’attendre à d’autres mauvaises surprises dans les jours qui viennent.

Rappelons que le bombardement des centrales électriques a été largement pratiqué par les forces atlantistes partout où elles sont intervenues depuis les premiers bombardements de la Serbie, et que les forces russes ont fait preuve, jusqu’à ce jour, d’une plus grande retenue que l’OTAN dans les bombardements des infrastructures civiles.

Ils n’ont pas encore bombardé les centres du pouvoir du régime de Kiev. Il n’est plus exclu qu’ils le fassent dans les jours à venir.

Le messages est clair: les russes durcissent leurs modes d’action. Ils rempliront leurs objectifs en employant les méthodes et les moyens nécessaires et suffisants tout en évitant, autant que faire se peut, de décréter une mobilisation partielle.

D. Delawarde

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

12 réponses

  1. « Les Russes durcissent leur mode d’action » ?
    D. Delawarde perd sa crédibilité…

    La réalité est que l’armée russe vient d’être balayée et repoussée très loin à l’est de Kharkov. Elle a fui un territoire qu’elle occupait depuis le début de la guerre et qu’elle aurait du fortifier pour empêcher une contre-attaque. Les soldats ont abandonné armes et munitions et surtout ils ont abandonné aussi les populations russophones de dizaines de villes et villages. Les habitants sont partis en voitures vers l’est, en colonnes interminables pour échapper aux soldats ukrainiens. Déjà, les milices kiéviennes font la chasse aux habitants pro-russes…

    Sur les réseaux sociaux russes, c’est l’indignation et la colère contre le commandement de l’armée russe, les Russes sont atterrés de découvrir la réalité. En 6 mois de son « opération spéciale », la Russie a été incapable d’occuper Kiev et de libérer le Donbass. Chaque jour des bombes et des missiles ( fournis maintenant par l’OTAN ) frappent les villes des Républiques autonomes et tuent des civils par dizaines, hommes femmes et enfants.

    D. Delawarde cache la vérité ou il est mal informé. Il faut chercher ailleurs l’information. Le blog signalé par Breizh Info est beaucoup mieux informé.

    1. Intéressante analyse du général. En effet en 1999 l’OTAN avait désarmé la Serbie en coupant l’électricité. Les steppes d’izium Kharkov à découvert ne peuvent pas être fortifiées ( voir le roman 1942 Kharkov de Lopez). La rivière Oskol devient la frontière naturelle pour protéger Lyman et l’oblast de Louhansk. In fine, les armes laisées par les Russes sont inexploitables et les forces Ukrainiennes seront bombardées tout l’hiver. La contre offensive pilotée par des mercenaires des pays de l’Otan à coûté très chère en vie.

  2. Au début, Poutine voulait libérer les Ukrainiens des néo-nazis.
    Il veut à présent les libérer des électriciens.

    1. Si tu veux faire de l’humour, va voir Zelensky et demande lui de conseils . C’est un vrai comédien… on parle de chose sérieux , pas de pro Poutine de merde ni pro Zelensky l’acteur . Ce sont les vies ukrainiennes qui son en jeu .

  3. Quelle manie de vouloir déconsidérer l’adversaire en utilisant des termes comme « régime de Kiev». Devrait-on dire par analogie le « régime de Moscou » ? Moi je ne le fais pas. Il est vrai que la doctrine de l’OTAN prévoir la mise hors service des réseaux électriques. Ils l’ont fait en Yougoslavie en 1999 avec des bombes au graphite qui paralysent le réseau sans le détruire. Quant à la fameuse retenue russe, elle s’explique, notamment au début, par la certitude que l’Ukraine allait tomber dans son escarcelle comme un fruit mûr sans combat. Désormais, la pénurie de munitions guidées explique davantage cette « retenue » que des soucis humanitaires. Si les Russes veulent « durcir » leurs modes d’action, ils devraient peut-être commencer sur le terrain avant d’envisager de bombarder à tort et à travers des objectifs politiques ou civils.

  4. L’invasion de la Finlande par les russe c’était bien sûr la faute à l’OTAN?
    L’histoire ne fait que se répéter et vous feriez mieux de reprendre vos livre et de voir toute la réthorique de l’époque.
    Plus sérieusement arrêtez de jeter la responsabilité du conflit sur d’autres. Poutine veux juste agrandir son territoire, laisser une trace dans l’histoire de la Russie. C’est sa décision et personne d’autre n’en est responsable !!!!
    D’ailleurs ceci étant dit , toutes les grandes nations ont été , sont ou seront impérialistes. Que ce soir par un conflit militaire, une domination économique , culturelle !!!

  5. Bonsoir.
    Cela a le même fumet qu’au soir du 18/02/43,
    Cela a le goût du Goebbles,
    Cela ressemble à de la guerre totale,
    J’espère qu’un Delawarde apparement désespéré, voire pris de panique, ne va pas appuyer de rage sur le petit bouton rouge.

    1. Bonsoir Le Roux.
      Pour eux, Poutine n’est qu’un prétexte.
      Il sont pires que pro-russe: ils sont malfaisants…
      C’est cela la Bretagne à présent!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS