Italie. Grazia Di Maggio : « Avec Giorgia Meloni et les patriotes italiens, le bien de la patrie passe avant tout » [Interview]

Entretien avec Grazia Di Maggio, l’une des plus jeunes candidates de Fratelli d’Italia à la Chambre des députés pour la circonscription de Lombardie. Née en 1994, elle est diplômée en politique européenne et internationale de l’Università Cattolica del Sacro Cuore et est journaliste indépendante. Elle a été candidate aux élections municipales dans la ville de Milan en octobre 2021 et est actuellement la première des non-élus.

 Un entretien réalisé par notre confrère Alvaro Pena (https://elcorreodeespana.com/).

Vous êtes journaliste, mais vous êtes dans la politique depuis longtemps, qu’est-ce qui vous a amené à Fratelli d’Italia ?

Grazia Di Maggio : J’aime à croire que « ce qui vous est destiné trouve le moyen de vous atteindre« . Tout a commencé pendant mes années d’université à Milan, immergé dans un environnement radicalement moderne et entouré d’idées de plus en plus aberrantes. Je me suis dit : Je ne peux pas être le seul à penser comme ça, à vouloir changer mon environnement. Je me suis retrouvé à me battre pour défendre ce en quoi je crois, les valeurs fondatrices de notre société. J’ai grandi dans une famille de droite, mais personne ne m’a poussé à faire de la politique. Une bonne dose de curiosité et une affinité pour les valeurs m’ont amenée à suivre de plus en plus près Fratelli d’Italia et Giorgia Meloni, jusqu’à ce que je m’inscrive lors d’un événement et qu’une belle histoire d’amour avec les gens de notre communauté commence.

Comment se passe la campagne en Lombardie ? Je crois qu’il y a eu quelques incidents violents à Milan avec l’extrême gauche, n’est-ce pas ?

Grazia Di Maggio : Milan est la ville que j’aime, celle que j’ai choisie parce que je n’y suis pas né, mais où j’ai décidé de réaliser mon projet de vie. C’est une campagne électorale très intense, mais ce qui compte le plus c’est le contact avec le territoire, avec les associations et avec toutes les personnes que l’on rencontre sur les marchés locaux. Selon les sondages, nous sommes le premier parti en Italie et les Italiens croient en notre projet, ils ont confiance en la cohérence de Fratelli d’Italia, ils sont enthousiastes et ils méritent le changement. Pour la première fois, ils se rapprochent de notre terrain d’entente, et c’est une victoire pour ceux qui ont commencé quand le parti était en dessous de 5%. Malheureusement, il y a aussi des épisodes regrettables comme celui d’il y a quelques jours, quand, dans le centre de Milan, un groupe de vandales a cassé et détruit un de nos stands. Ce n’est que la énième action des partisans de la pensée unique, de ceux qui veulent nous faire taire, de ceux qui ont peur parce qu’ils ne peuvent pas nous battre sur le terrain de l’argumentation. Ils ne nous acculeront jamais.

Dimanche dernier, Giorgia Meloni a présidé un rassemblement de masse sur la Piazza del Duomo de Milan. Qu’est-ce que Giorgia Meloni a dit aux candidats lombards ?

Grazia Di Maggio : Chaque fois que j’écoute Giorgia, je suis surprise, et ce parce que sa préparation et sa façon simple d’expliquer des questions complexes parviennent à convaincre même les plus sceptiques. Nous avons certainement devant nous de nombreux défis ambitieux qui font trembler nos mains, nous sommes dans une période de grande crise, non seulement économique mais aussi sociale et culturelle, et les cent premiers jours du nouveau gouvernement ne seront pas faciles. Fratelli d’Italia démontrera le sérieux de ses contenus, l’autorité de sa classe dirigeante et la solidité de ses principes même dans le gouvernement de la nation, comme il l’a fait ces dernières années depuis l’opposition. Ce n’est pas pour rien que la devise de cette campagne électorale est pour nous « Nous sommes prêts ».

Les sondages ont été interdits dix jours avant les élections, pensez-vous que c’est parce que le fossé se creuse entre Giorgia Meloni et la gauche ?

La gauche vit avec l’angoisse des sondages, alors que nous pensons mener une campagne électorale basée sur des propositions et des contenus, et non sur la diabolisation de nos adversaires. Nous allons continuer à faire ce que nous avons toujours fait. Ceux qui devraient nous dire oui, ce sont les Italiens. La persévérance finit toujours par payer.

Que pensez-vous de la campagne contre Giorgia Meloni ? Elle a même été accusée de participer à l’hommage à Sergio Ramelli, victime de la violence communiste.

Grazia Di Maggio : Je pense que cette campagne de diffamation et de haine créée par la gauche est le modus operandi du système de pouvoir hégémonique qu’elle a pu construire au fil des années. Nous connaissons et sommes victimes de cette façon de faire de la politique de ceux qui, n’ayant aucune proposition à apporter, fondent leurs arguments sur la diabolisation de l’adversaire. Tout simplement, Giorgia Meloni est une femme, elle est de droite et elle n’a pas besoin de raconter ce que ses adversaires politiques ont fait quand ils avaient 15 ans ou de sortir des phrases de leur contexte pour déformer la réalité. Tout comme elle n’a pas besoin de se justifier d’avoir participé, à titre institutionnel, à la commémoration pour Ramelli et Pedenovi qui a eu lieu à Milan en présence du maire Giuseppe Sala et d’autres personnalités. En outre, utiliser une histoire de douleur et d’injustice comme celle du jeune Sergio pour diffamer le chef d’un parti n’est pas seulement erroné, c’est carrément honteux.

Ces campagnes qui réveillent les fantômes du passé ont de moins en moins de succès, comme nous l’avons vu en Suède. Que pensez-vous du résultat des Démocrates suédois ? Pensez-vous qu’il favorise Fratelli d’Italia ?

Grazia Di Maggio :L’augmentation exponentielle de la criminalité et de la violence, conséquence de l’augmentation des immigrants dans les pays nordiques, ainsi que l’échec du modèle d’intégration voulu par la gauche, ont conduit à cet excellent résultat pour les Démocrates suédois. La droite a reçu le vote de 58% des jeunes Suédois, un résultat historique. Je ne pense pas que cela favorise directement les Fratelli d’Italia, mais c’est certainement un résultat important pour la famille des conservateurs européens dont le FdI fait partie et dont la présidente est Giorgia Meloni.

Si les sondages ne mentent pas, Giorgia Meloni sera Premier ministre. Qu’est-ce que cela signifie pour l’Italie et le reste de l’Europe ?

Grazia Di Maggio :Le 25 septembre, nous pourrons redonner un avenir à notre pays, après plus de dix ans d’élections misérables et de gouvernements jamais légitimés par le peuple. Fratelli d’Italia a montré qu’il est la seule alternative réelle et crédible au système de pouvoir actuel de la gauche. Pour nous, ceux qui entreprennent et créent la richesse sont une ressource à valoriser ; le travail exprime la dignité du citoyen et est une valeur à protéger, pas une concession de l’État ; le respect de l’environnement et la croissance économique doivent trouver leur place dans une idée compatible du développement ; la famille est la communauté fondatrice de la société, pas une institution ancienne et dépassée à démolir. Pour nous, la position occidentale de l’Italie est un choix naturel et non un calcul politique. Notre pays doit reprendre pied dans les forums internationaux après trop d’années de marginalisation. Des temps difficiles nous attendent, mais avec les Fratelli d’Italia au gouvernement de cette nation, avec un gouvernement légitimé par le vote populaire, avec une nouvelle cohésion nationale, nous sortirons l’Italie de la crise dans laquelle elle a été entraînée par une politique irresponsable. Avec Giorgia Meloni et les patriotes italiens, le bien de la patrie passera avant tout.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Beaucoup de mensonges de Grazia Di Maggio : Fratelli d’Italia est dans l’opposition depuis des années, tant dans le gouvernement Conte que dans le gouvernement Draghi, les deux gouvernements non élus par le peuple. Ces dernières années, elle a signé toutes les lois les plus infâmes, par exemple sur les « vaccins » obligatoires, les armes pour l’Ukraine… Elle se vante d’être une « atlantiste », c’est-à-dire une servante de Washington et de l’Otan. Giorgia Meloni fait partie de l’Aspen Institute : il serait utile de savoir ce qu’est cet « institut »……

    1. Bonjour Roberto
      Le Aspen Institut est une ONG de la pire espèce, financée par Ford Rockefeller et Bill Getes. Dirigée par les criminelles Condozela Rice et Madeleine Albright etc.
      Son but est d’influencer les pays occidentaux et au-delà dans  » l’esprit de Chattam House « , le centre du pouvoir au Royaume Uni, créé par les Rothschild, plus puissant que Buckingham.

      Apparemment très actif en Italie et avec des moyens très importants.
      https://www.aspeninstitute.it/

      Il y a une antenne en France, elle adoubé des « Young leaders » jeunes qui seront pistonnées.
      .

  2. En France, aux Français de faire de même, il faut, à tout prix, faire l’union des droites malgré l’opposition de Marine le Pen, les électeurs RN et les électeurs Reconquête le veulent, donc à nous électeurs de droite de la faire appliquer comme en Suède et en Italie.

  3. J’espère de tout cœur que Fratelli d’Italia remportera haut la main cette élection. Tout ce qui peut conduire à la destruction de l’Europe de Bruxelles et d’Ursula von der mes truc est bon à prendre. C’est vrai que cette jeune femme est très séduisante et semble tenir un discours de bon sens. Tout le contraire de Borne et consort. Je pense que nos oligarques commencent à sentir le froid de la lame. Hongrie, Suède, Serbie, peut-être demain Italie, tous les pays qui ont des dirigeants qui aime leur peuple on de l’avenir. Nous pas tant nous ne vireront pas l’infâme gogol qui nous sert de président.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !