Callac. Et les locaux alors Jean-Yves Rolland ?

Samedi 17 septembre, il y avait deux manifestations à Callac. D’un côté les pro et de l’autre les anti au « projet d’accueil de réfugiés ». «Une aubaine » pour Callac, juge Jean-Yves Rolland, le maire « de gauche », animé par « des valeurs profondes d’accueil de l’autre ». Pour lui, il s’agit de prendre en charge des personnes ayant obtenu l’asile, d’améliorer leur insertion et de participer à la redynamisation du territoire. Mais tout le monde n’est pas de cet avis.

« Il n’y a plus de travail ici, tous les jeunes sont partis et ils vont faire venir des migrants ? », lance Maryline, partie à Guingamp faute d’avoir trouvé du travail (Libération, lundi 19 septembre 2022).

S’occuper de « l’autre », c’est bien, mais se décarcasser pour installer dans sa commune des entreprises artisanales et donner du travail aux Bretons, c’est mieux. Les bons maires – dynamiques et débrouillards – y parviennent. Mais Jean-Yves Rolland n’est peut-être ni l’un ni l’autre.

Bernard Morvan

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

14 réponses

  1. Voilà le résultat des habitants d’un village qui va le détruire. Qu’ils réfléchissent bien.

  2. Il faut arrêter de penser que tout émigrant est disposé à faire des travaux que les Français ne veulent pas faire. Qui peut croire qu’un migrant quitte son pays pour cultiver des champs ou vider des poubelles pour un salaire de misère? C’est plus facile de vendre de la drogue ou dépouiller des gents. Améliorez les salaires, stoppez les immigrations et on trouvera surement des Français à embaucher

    1. Les salaires de base en République sont bas parce qu’il y a l’URSSAF et l’enfer fiscal autour, en dessous et en dessus. Payer un employé coute extrêmement cher à un employeur. Tout les maghrébins que je connais ont une part importante de leur activité au « black ». Bien sur, sans contrôle des fonctionnaires de la République. Il y aura une amélioration quand l’enfer fiscal disparaitra et la République avec.
      Qui sait que la hausse de l’immobilier est du en grande part à la fiscalité délirante? Lisez Simone Wapler…

  3. Cela fait des années que les pouvoirs publics ont délaissé les zones rurales et je pense que ce n’est pas la solution de faire venir des migrants qui vont vivre avec des minimas sociaux payé par nos impôts.
    Les bretons ont déjà beaucoup de mal à se loger et de plus il n’y a pas de travail à Callac et dans les environs .Ce maire devrait se démener pour attirer des entreprises au lieu de soutenir ce projet .

    1. Je ne sais pas s’il y a du travail ou pas à Callac. J’espère qu’il y en a, mais peut être pas les types d’emplois à la hauteur des formations de ceux qui ont fait des études dignes de ce nom. Oui c’est vrai que les maires et tous les décideurs bretons devraient se démener pour attirer des emplois qualifiés dans les zones rurales du Centre-Bretagne. Les édiles bretons ainsi que les médias bretons ne voient que par le développement du seul littoral ignorants pour beaucoup qu’il existe aussi un arrière pays et qu’il faut une volonté d’aménagement du territoire breton. Pour ce qui concerne ce maire de Callac (communiste à l’ancienne sans doute) il fonctionne comme autrefois les maires communistes de la ceinture rouge de Paris. On sait ce que sont devenues ces banlieues et en particulier le 9-3. Ce maire a fait une faute car s’il y avait peu de candidats solvables à l’installation dans sa commune, désormais c’est plutôt la désertion qui va s’organiser s’il n’a pas le courage de faire marche arrière dans son projet.

  4. « Remplacement » tout court c’est suffisant (pas besoin de grand remplacement) et le résultat est le même.
    Ces utopistes sont des idiots en + d’être des traîtres à la nation, le mondialisme a de sérieux supporter..

  5. Les pro-migrants et le maire en tête, tous animés par l’amour profond du prochain, doivent donner l’exemple : accueillir chez eux, dans leur propre maison, 2 ou 3 personnes, voire davantage, les nourrir et les vêtir à leurs frais, ainsi que leur fournir l’argent de poche pour les loisirs, les cigarettes, le bistro, leur fournir également un moyen de déplacement motorisé et décent. Bref, leur rendre la vie supportable dans leur exil français…

  6. Ça gueule, ça râle, ça cri,
    T’avais qu’à pas voter pour lui !
    Et tu prendras une sacrée claque,
    Quand ils vont venir à Callac !

  7. amour des autres mais pas de leurs administrés, encore une preuve que la gauche abandonne les siens pour ‘occuper en priorité des migrants; les bouseux réfractaires locaux n’ont pas droit à la parole, le ric c’est juste pour les zélites,

  8. Cette histoire pourrait bien se terminer en eau de boudin. Communiste, macroniste et proche de la famille Cohen. Bizarre bizarre vous avez dit bizarre ?
    Que les conseillers démissionnent en bloc pour obtenir de nouvelles élections municipales et après chacun pourra se taire.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS