Prison. Vivre derrière les barreaux [Reportage]

En France et en Allemagne, des prisonniers racontent leur quotidien derrière les barreaux, tout en dénonçant les dysfonctionnements du système carcéral et en esquissant leurs rêves pour l’avenir. En Allemagne comme en France, quelque 60 000 personnes vivent actuellement derrière les barreaux. Plus de la moitié récidive dans les trois ans qui suivent leur remise en liberté – un constat qui interroge la pertinence de notre système pénitentiaire.

Relativement récent, le concept de prison s’est répandu au XIXe siècle, avec la volonté de ne plus punir par châtiments corporels et condamnations à mort, explique la chercheuse Annelie Ramsbrock. Alors que les prisonniers sont supposés réintégrer la société une fois leurs peines purgées, comment l’enfermement pourrait-il favoriser cette réinsertion ?

Le réalisateur allemand Johan von Mirbach s’est glissé dans l’intimité de détenus de France et d’Allemagne – sans offrir toutefois un panel très représentatif de la composition des prisons, au moins pour la France. Matthias, 29 ans, est en prison depuis six ans, il lui reste vingt et un mois d’enfermement. Torsten a déjà passé près de 15 ans en cellule, et va peut-être pouvoir bientôt bénéficier d’un régime de semi-liberté. Maximilian a purgé une peine de 9 ans de prison, il travaille aujourd’hui comme éducateur spécialisé auprès d’adolescents. Les trois hommes, aux côtés d’autres condamnés, évoquent leur quotidien, leurs questionnements et leurs réflexions. Une infirmière et une surveillante pénitentiaire racontent les difficultés de leur travail, tandis que des directeurs de prison et des chercheurs tentent d’esquisser une remise en question du système actuel.

Un reportage intéressant, signé Arte (donc teinté d’une certaine idéologie)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Je serai curieuse de savoir ce qu’il advient des prisonniers libérés ? ces derniers ont-t-ils un emploi ? un logement ? Car, s’ils sortent sans rien, comment voulez-vous qu’ils s’insèrent ? C’est pour ça que certain préfère retourner en prison ! là, ils ne s’occupent de rien …
    Il faut également savoir que ceux qui veulent travailler en prison, il n’y a pas beaucoup d’emploi à pourvoir, et cela est bien dommage pour eux !
    Bref, il faudrait quand même se pencher sur ses problèmes ! car, à l’extérieur il y a plein de travail à faire, en forêt, nettoyer les route et caniveaux plein d’herbe, etc…

  2. Et à quand ce genre de reportage pour les dizaines de milliers de victimes qui sont restées marquées dans leur chair et/ou leur esprit suite à leur « rencontre » avec ces vedettes de documentaires? Justement, hier, vu aux infos ce couple de vieux retraités depuis deux ans dans un camping car parce que l’administration ne veut pas déloger la squatter de leur appartement…

  3.  » Plus de la moitié récidive dans les trois ans qui suivent leur remise en liberté  »
    s’ils en avaient bavé, ils auraient peur d’y retourner! cqfd!
    je me souviens d’un reportage sur un sherif de l’arizona qui avait créé un camp de toile pour petits délinquant: pas de télé, pas de clim, pas de maman nounou; ils rétorquait aux critiques « si nos soldats peuvent vivre sous la tente, eux aussi le peuvent!
    idée à creuser ici

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS