Le 29 septembre, Saint-Michel à la pointe des innovations technologiques

Incubateur d’idées, la commission Kavadeen (qui signifie « découvertes ») de l’association des cadres bretons a publié un livre blanc pour faire du Mont-Saint-Michel le plus grand objet connecté du monde afin de financer sa restauration grâce aux données big data.

Ce travail d’écriture et de réflexion réunit des contributions à la croisée des innovations technologiques mais aussi spirituelles.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1979, le Mont-Saint-Michel constitue une véritable prouesse artistique et technique : sur un îlot rocheux au milieu de grèves immenses soumises au va-et-vient de puissantes marées s’élève la Merveille de l’Occident, abbaye bénédictine dédiée à l’archange Saint-Michel et le village né à l’abri de ses murailles. Dans les religions juive, chrétienne et musulmane, les archanges sont plus que des anges, “ils annoncent les plus grands mystères”. La baie du Mont-Saint-Michel, espace mouvant d’eau et de grèves dont la consistance et la perception évoluent au gré des marées contribue à la magie des lieux.

Des millions de visiteurs étrangers fréquentent l’Europe, pour son histoire, ses traditions et sa capacité à créer l’événement. Prenez l’exemple des festivals en Provence. Avignon, Arles, Nîmes et leurs voisines ont su construire un projet où numérique et culture se nourrissent mutuellement. Ce qui leur a permis de devenir un “écosystème thématique” labellisé par la French Tech. Recouvrant un territoire élargi qui associe également Vaison-la-Romaine, Carpentras, Monteux, le Luberon et le Gard rhodanien, cette “French Tech Culture” peut se targuer d’intégrer neuf festivals internationaux qui attirent 2 millions de spectateurs français et étrangers.

C’est aussi la plus forte concentration européenne de lieux classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

Ces événements constituent un terrain unique au monde d’expérimentation de technologies de mobilité et solutions numériques. Ces exemples de coopération sont à valoriser.

Découvrir le livre blanc : ouvrage accessible en ligne sur Google Books en tapant : Renaissance « hors-

les-murs » du Mont-Saint-Michel .

ou via ce lien : https://play.google.com/store/books/details?id=xjyCEAAAQBAJ

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Désolé, moi je n’aime pas l’idée que le mont Saint Michel devienne « le plus grand objet connecté du monde »! Il ne faut pas banaliser ce chef d’oeuvre de notre civilisation inséparable de son histoire et du catholicisme. On doit trouver l’argent pour l’entretenir ( pas le « restaurer »!) d’une autre manière.

  2. mon cher SAINT MICHEL PRINCE DES ANGES je t’ai consacré ta journée messe et chapelet il est important de savoir que TU ES PRESENT DEPUIS LA NUIT DES TEMPS Foin de toutes les vocabulaires depuis mon enfance j’ai toujours mis TA PRESENCE EN NORMANDIE par la fantaisie de ce petit fleuve côtier COUESNON mais BRETAGNE NORMANDIE PROVENCE PYRENEE ALSACE LORAINE C’est LA FRANCE et toute la FRANCE AVEC SA CHRETIENTE avec ses forces et ses faiblesse mon cher SAINT MICHEL bonne fête sans oublier nos autres SAINT.E.S prions demandons pardon car nous sommes hélas toujours dans les sottises AMITIES

  3. Plus le monde de la finance s’approche du Mt St Michel, plus son avenir est compromis et plus la population locale constate la dépossession de son patrimoine.
    Ce patrimoine est désormais la cible des milieux du BUISINESS maitres au Royaume des chiffres d’affaires et de la rentabilité quel qu’en soient l’issue catastrophique garantie à court et moyen terme, plus en cadeau, les dégâts co-latéraux engendrés qui aurons porté préjudice à l’économie locale.
    Comme toujours, ce revers de médaille, arrivera immanquablement, quand ces investisseurs auront asséché la manne convoitée qui, une fois tarie sera vite abandonnée à charge du contribuable. Les prédateurs repus se seront déjà tournés vers d’autres proies, pour recommencer, et ainsi de suite…!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS