Les Républicains. Laurence Garnier part en campagne

Bruneau Retailleau, sénateur de la Vendée et président du groupe LR au Sénat, est candidat à la présidence du parti Les Républicains. Il a obtenu le soutien de Laurence Garnier (LR), sénateur de Loire-Atlantique et conseillère municipale d’opposition à Nantes. « Il incarne une ligne politique claire, exigeante et ambitieuse, loin des caricatures et des messages simplistes qui rabaissent le débat public et abîment l’unité du pays », explique cette dernière. Manifestement, Retailleau possède toutes les qualités : « Parce que je n’accepte plus ce débat politique consternant, coincé entre une extrême droite qui considère que tous nos problèmes proviennent de l’immigration, une extrême gauche qui considère que tout est de la faute des patrons, et les tête-à-queue perpétuels d’un gouvernement sans queue ni tête, je soutiendrai la parole équilibrée d’un homme de convictions. » Bien sûr, rien ne va à LR – « Le groupe LR n’a plus de ligne, chaque élu est devenu un autoentrepreneur qui vote comme il l’entend », se désole un député macroniste » (L’Obs, 20 octobre 2022) -, mais Laurence Garnier continue à y croire : « Je suis convaincue que Bruno Retailleau est le seul capable de préserver l’unité de notre famille politique et reconstruire une droite moderne, assumée et courageuse » (Ouest-France, Loire-Atlantique, lundi 5 septembre 2022). Mais un fin connaisseur de la maison n’est pas de cet avis.

Il faut soutenir Eric Ciotti « parce qu’il est le seul qui peut maintenir la droite en l’état », avertit Nicolas Sarkozy. « Si Bruno Retailleau gagne, sa ligne ultraconservatrice fera exploser le parti car les modérés fileront chez Macron et la petite moitié qui restera servira de marchepied à Marine Le Pen ». Pour l’ancien chef de l’Etat, la seule issue pour LR reste de négocier un « pacte de gouvernement » avec la majorité pour obtenir des postes de ministres, peser sur la politique menée et espérer avoir un candidat présentable en 2027 » (Le Point, 20 octobre 2022).

Quelques jours plus tard, « Sarko » précise sa pensée : « Emmanuel Macron n’est pas faible parce qu’il utilise le 49-3 : il est affaibli parce qu’il n’a pas eu la majorité absolue. Le 49-3 n’est pas la seule solution. Il pourrait également chercher à faire un accord politique en bonne et due forme avec toutes les bonnes volontés prêtes à constituer une majorité dans l’intérieur supérieur du pays. On ne se renie jamais lorsqu’on fait le choix de l’intérêt général. » (Le Journal du dimanche, 23 octobre 2022).

Laurence Garnier devrait réfléchir aux propos d’un homme qui a l’oreille du Président. Une nouvelle majorité à mi-chemin du mandat verrait évidemment la droite devenir « macroniste » ; il ne sera plus question alors pour Mme Garnier de critiquer « les tête-à-queue perpétuels d’un gouvernement sans queue ni tête », surtout si elle devient secrétaire d’Etat à un truc quelconque en entrant dans le lot des « bonnes volontés ».

Bernard Morvan

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. « L’extrême droite (…) considère que tous nos problèmes viennent de l’immigration » explique ma « voisine » Laurence Garnier, responsable L R. Ce n’est pas vrai. Relisez Zemmour, relisez Marine Le Pen.
    Les L R ont appelé à voter pour Macron, aux dernières Présidentielles. Alors…

  2. Mme Laurence Garnier est un exemplaire presque caricatural de fausse droite honteuse des idées qu’elle pourrait avoir. Censée être chef de file de l’opposition à Nantes, elle parle surtout d’argent, rarement de principes (ce que fait Johanna Rolland est bien, sauf que ça coûte trop cher…). Quand Nantes a vu s’installer de grands campements de migrants illégaux, sa critique était sur le registre : Johanna Rolland n’en fait pas assez pour mettre ces gens à l’abri ! C’est une catho de droite : il n’est pas nécessaire de la frapper très fort sur la joie droite pour qu’elle devient de gauche. Elle soutient Retailleau parce que c’est un copain qu’elle a côtoyé au conseil régional, pas parce qu’elle partage ses idées. Ajoutez à cela sa désastreuse absence de charisme. Elle est le meilleur atout de la gauche à Nantes.

  3. une ligne politique bien changeante, opposition à macron qu’ils ont réélu, opposition théorique à la première ministre mais dans les faits abstention etc. leurs électeurs vont ils changer d »avis et exiger des positions fermes et non des postrures?

  4. Trop chétif tout ça !
    Cette classe de blancs-becs de LR ne mérite pas d’être qualifiée de droite.
    Sa seule préoccupation, c’est de maintenir les dividendes et le droit d’inscrire sa progéniture à l’externat des Enfants Nantis…
    La vraie droite est sociale, patriote et férocement identitaire.
    Contrôle des frontières, préservation du patrimoine culturel et génétique, éradication de la Secte et de ses collabos.
    Le reste, c’est de la merde dans un bas de soie.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS