Royaume-Uni. À l’instar du Medef, le chef du principal syndicat patronal souhaite encore plus d’immigration [Vidéo]

Medef

Une immigration facilitée au service de la croissance : les priorités du dirigeant du principal syndicat patronal du Royaume-Uni ne laissent aucun doute. Et rappellent certains discours déjà entendus du côté du Medef français.

Royaume-Uni : le dirigeant du principal syndicat patronal veut davantage d’immigration

L’économie britannique se porterait-elle mieux avec davantage d’immigrés dans le pays ? C’est ce que semble penser Tony Danker, directeur général de la Confédération de l’industrie britannique (CBI), le plus important syndicat patronal du Royaume-Uni, équivalent du Medef en France.

Au micro de la BBC le 25 octobre, Tony Danker a déclaré son souhait de voir le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak assouplir les règles en matière d’immigration, pour, selon lui, parvenir une croissance économique réelle, et ce, même si ces choix sont impopulaires auprès des membres du Parti conservateur : « Nous ne pouvons pas avoir un parti conservateur qui se mobilise pour ses politiques préférées, qui, dans un contexte tel que celui-ci, sont plutôt favorables à la récession. […] Je crains qu’en ce qui concerne les permis de construire, l’immigration ou les réformes réglementaires, le parti doit faire davantage pour favoriser la croissance. »

« La croissance doit passer avant les autres doctrines conservatrices »

Ce plaidoyer en faveur de l’immigration n’est pas le premier de la part de Tony Danker. À la fin du mois de septembre dernier, dans une conférence tenue dans les locaux de la banque HSBC à Londres, il avait déjà incité le gouvernement britannique à faciliter l’arrivée de migrants dans le pays, toujours dans la même optique de dynamiser l’économie.

Le directeur général du CBI se félicitait par ailleurs des objectifs fixés par Kwasi Kwarteng, ministre britannique des Finances démis de ses fonctions le 14 octobre dernier, de porter le taux de croissance économique de la Grande-Bretagne à 2,5 % par an.

Toutefois, il affirmait déjà lors de cette prise de parole que les préoccupations du parti conservateur au pouvoir concernant l’assouplissement des règles d’immigration risquaient de compromettre cet objectif de croissance : « La croissance doit passer avant les autres doctrines conservatrices. En ce qui concerne l’immigration, l’économie souffre clairement de pénuries de main-d’œuvre ».

Une position pro-immigration rappelant celle du Medef en France

Des propos qui ne sont pas sans rappeler, en France, ceux tenus par le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux le 6 novembre 2019 sur RMC. Interrogé sur la question de la mise en place de quotas visant à ajuster les arrivées en fonction des besoins économiques, il avait estimé qu’il fallait rendre « plus simple » et mieux planifier l’immigration professionnelle. Par ailleurs, Geoffroy Roux de Bézieux s’était également montré favorable à l’instauration de quotas décidés en concertation avec les branches professionnelles.

Toujours selon les mots de Geoffroy Roux de Bézieux, le Medef considérait alors qu’il était nécessaire de rendre « l’octroi de titres de travail plus simple, plus transparent ».

Un président du Medef qui estimait également que « l’immigration économique est un sujet assez rationnel ». En usant d’un argument déjà éculé : « Ce n’est pas parce qu’il y a 3 millions de chômeurs que les entreprises arrivent à recruter partout ». Il plaidait aussi pour que la question de cette « immigration économique » n’entre pas dans la « polémique sur le nombre d’immigrés total ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. encore un petit fils de SOROS !!! comme maron il veut que l’angleterre soit le premier pays en langue arabe !!!

  2. si je comprends bien moins de choix mais je laisse a penser que les anglais avec leur grand comwel
    ils trieront ceux qui se sentent un peu britisch
    amitiés

  3. Quelle curiosité : une convergence de vue sur le besoin de toujours plus d’immigration entre les partis…de gauche et le patronat à priori en grande partie…de droite. Qui se préoccupe de l’opinion majoritairement opposée du peuple ?

  4. ben comme ici, certains patrons se régalent avec des migrants qui facilitent le chantage aux bas salaires

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS