Royaume-Uni. Plus de 40 000 clandestins ont traversé la Manche depuis le début de l’année

Royaume-Uni

Le cap des 40 000 migrants ayant traversé la Manche depuis le début de l’année 2022 au départ de la France vers le Royaume-Uni est désormais franchi. Le récent accord entre Londres et Paris va-t-il permettre de freiner cette tendance ?

Albanais et Afghans à l’assaut de la Manche

Le nombre total de migrants ayant traversé la Manche cette année aurait désormais dépassé les 40 000, après l’arrivée de dizaines de clandestins samedi 12 novembre tandis que le total provisoire des arrivées pour 2022 était de 39 913 avant le week-end.

Quelque 972 personnes ont été détectées samedi 12 novembre dans 22 bateaux, a indiqué le ministère britannique de la Défense, portant le total provisoire pour l’année à 40 885. En 2021, on avait enregistré au total 28 561 clandestins débarqués.

Après une période de mauvais temps au début du mois de novembre, les arrivées du samedi 12 novembre étaient les premières depuis le début du mois, les traversées les plus récentes ayant eu lieu le 31 octobre, lorsque 46 clandestins ont été détectés sur un bateau. Au cours du mois d’octobre justement, près de 7 000 migrants illégaux sont parvenus à gagner les côtes anglaises.

Le 22 août 2022, le total journalier le plus élevé jamais enregistré a été signalé, avec 1 295 migrants traversant dans 27 bateaux. Par ailleurs, au cours des six premiers mois de 2022, les clandestins arrivés au Royaume-Uni par voie maritime étaient principalement originaires d’Albanie (18 %), d’Afghanistan (18 %) et d’Iran (15 %). Le nombre d’Albanais a fortement augmenté, passant de 50 en 2020 à 12 000 depuis le début de l’année. De plus, le gouvernement britannique a affirmé que 42 % des migrants ayant effectué la traversée entre mai et septembre 2022 étaient originaires d’Albanie.

La politique britannique d’expulsion inefficace ?

Cela fait presque sept mois que Priti Patel, alors ministre britannique de l’Intérieur, a annoncé son intention d’envoyer des migrants au Rwanda pour tenter de dissuader les clandestins de traverser la Manche. Depuis lors, 33 805 personnes sont arrivées au Royaume-Uni après avoir fait ce voyage.

L’occasion de rappeler une fois de plus que le nombre de migrants ayant atteint le Royaume-Uni à bord de petites embarcations depuis la France a augmenté régulièrement ces dernières années. 299 clandestins furent détectés en 2018, suivis de 1 843 en 2019 et de 8 466 en 2020, selon les chiffres officiels des autorités britanniques.

Le 14 avril, Priti Patel a signé avec le Rwanda un accord qu’elle a qualifié de « première mondiale », en vertu duquel le pays d’Afrique de l’Est accueillera les migrants considérés par le Royaume-Uni comme étant arrivés « illégalement », et donc inadmissibles en vertu des nouvelles règles d’immigration. Toutefois, le premier vol d’expulsion, qui devait décoller le 14 juin, a été annulé en raison de contestations juridiques.

Cependant, au mois d’octobre, 347 migrants ont été expulsés vers leur pays d’origine par les autorités britanniques. Le  nouveau ministre britannique de l’Intérieur, Suella Braverman, a ainsi déclaré que ces renvois enverraient un « message clair » aux migrants tentés par la traversée de la Manche.

Parmi les clandestins expulsés en octobre figurent un violeur jamaïcain condamné à 14 ans de prison, un Albanais emprisonné depuis plus de neuf ans pour crime violent et un meurtrier malaisien condamné à perpétuité. Sur les 347 personnes renvoyées en octobre, 118 l’ont été vers l’Albanie, 39 vers le Brésil, 38 vers la Roumanie, 26 vers la Pologne et 20 vers la Lituanie, a révélé le ministère britannique de l’Intérieur. La majorité d’entre elles (230) avait déjà commis des infractions dans leur propre pays.

Immigration illégale : un nouvel accord entre Londres et Paris

C’est donc dans ce contexte de pression migratoire croissante sur le littoral anglais que la Grande-Bretagne et la France ont signé lundi 14 novembre un accord d’un montant de 72,2 millions d’euros pour l’année à venir afin d’intensifier les efforts visant à empêcher les migrants de traverser illégalement la Manche. Une enveloppe versée par Londres à Paris qui est supérieure de 9 millions d’euros à la précédente.

Après avoir rencontré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à Paris, Suella Braverman a déclaré via un communiqué qu’il était « dans l’intérêt des gouvernements britannique et français de travailler ensemble pour résoudre ce problème complexe ».

Dans les faits, cette augmentation des moyens devrait se matérialiser par une augmentation du nombre d’agents français patrouillant le long des côtes en France (passant de 200 à 300 au cours des prochains mois) tandis que des policiers britanniques seront intégrés dans les salles de contrôle françaises et sur les plages pour l’observation et le partage d’informations.

Enfin, à la lecture de la déclaration conjointe Royaume-Uni-France résultant de la rencontre du 14 novembre, il est question d’un « investissement dans des centres d’accueil dans le sud de la France, afin de dissuader les migrants entrant en France par la route migratoire méditerranéenne de se rendre sur le littoral de la Manche et de tenter des traversées dangereuses et, par-là, de leur proposer des alternatives sûres ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. si la GB les renvoyait chez eux, (comme le font les australiens) ça cesserait, mais les employeurs préfèrent embaucher à bas cout (ya bon les migrants)

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS