Royaume-Uni. Pour décourager les clandestins, Boris Johnson veut les envoyer au Rwanda

Boris Johnson

Outre le renforcement de la surveillance de la Manche pour endiguer l’immigration clandestine, le Royaume-Uni vient de présenter un projet consistant à renvoyer les migrants entrés illégalement sur le sol britannique vers le Rwanda.

Immigration illégale : la surveillance de la Manche confiée à la Royal Navy

Il en avait fait l’un des arguments principaux pour promouvoir le Brexit : le Premier ministre britannique Boris Johnson, voulant faire écho à ses promesses d’enfin contrôler les frontières du Royaume-Uni, a annoncé jeudi 14 avril des mesures fortes en la matière.

Tout d’abord, dans un contexte où les arrivées de migrants clandestins par voie maritime sur le littoral anglais ont triplé en 2021, Boris Johnson a fait savoir que la surveillance de la Manche, jusqu’à présent assurée par les garde-côtes britanniques (« Border Force »), sera dorénavant confiée à la Royal Navy. La marine anglaise aura donc la charge de lutter contre les traversées illégales du « Channel ».

En déplacement près des côtes sud de l’Angleterre, Boris Johnson a ainsi déclaré que ce changement avait pour objectif « qu’aucun bateau n’arrive au Royaume-Uni sans avoir été détecté ».

Boris Johnson hausse le ton contre les passeurs

Ce tour de vis de Londres en matière de contrôle de l’immigration clandestine va s’accompagner d’une augmentation des moyens octroyés : 50 millions de livres (60 millions d’euros) vont être débloqués en nouveau matériel et moyens humains, avec des hélicoptères, avions et drones.

Le premier ministre britannique a en outre ajouté que les individus suspectés d’être les pilotes des bateaux de passeurs effectuant les traversées vers les côtes anglaises pourraient être condamnés à la prison à vie si ils étaient reconnus coupables.

Quant aux migrants débarqués sur le sol britannique, ils ne seront désormais plus hébergés dans des hôtels mais dans des centres d’accueil dédiés. À l’instar de ce qui se fait en Grèce. À ce titre, Boris Johnson a annoncé qu’un premier établissement devrait « ouvrir bientôt » au Royaume-Uni.

La remigration des clandestins du Royaume-Uni vers le Rwanda ?

Se sentant attendu au tournant par une partie de la population britannique sur cette question du contrôle de l’immigration illégale, le Premier ministre a déclaré : « Notre compassion est peut-être infinie mais notre capacité à aider des gens ne l’est pas ».

Mais Boris Johnson entend aller plus loin en annonçant que le Royaume-Uni allait désormais renvoyer au Rwanda les migrants arrivés illégalement. « A partir d’aujourd’hui (…) toute personne entrant illégalement au Royaume-Uni ainsi que ceux qui sont arrivés illégalement depuis le 1er janvier pourront désormais être relocalisés au Rwanda », a déclaré le Premier ministre britannique.

Que désigne concrètement cette mesure qui n’est pas sans rappeler la création d’un ministère de la Remigration prônée par le candidat Eric Zemmour en France ?

En clair, il s’agira pour le Rwanda d’accueillir, selon les mots de Boris Johnson, « des dizaines de milliers de personnes dans les années à venir ». Le Premier ministre présentant par ailleurs ce pays comme l’un des « plus sûrs au monde, mondialement reconnu pour son bilan d’accueil et d’intégration des migrants ». L’ambition sous-jacente étant, bien entendu, de décourager les candidats à l’immigration illégale vers le Royaume-Uni…

remigration
Source : Pinterest

De son côté, le gouvernement rwandais a fait savoir qu’il proposerait aux migrants arrivant du Royaume-Uni la possibilité « de s’installer de manière permanente au Rwanda s’ils le souhaitent ».

Pour mettre en œuvre cette initiative, Londres débloquera dans un premier temps une enveloppe de 120 millions de livres (144 millions d’euros).

Un transfert au Rwanda susceptible de s’appliquer à tous les migrants

Il est important de préciser que ce projet pourrait alors s’appliquer à tous les migrants entrés illégalement sur le sol britannique, y compris ceux provenant du Moyen-Orient (Syriens notamment).

En pratique, tout individu entré illégalement au Royaume-Uni, que ce soit par bateau ou via le tunnel sous la Manche à bord de camions, sera considéré comme potentiellement transférable au Rwanda. Il y aura une phase d’évaluation, au cours de laquelle la crédibilité de la demande d’asile de chaque personne sera étudiée, ainsi que la manière dont elle est arrivée dans le pays.

Si le fonctionnement exact du processus n’a pas encore été détaillé, il s’avère déjà que l’armée britannique ne devrait pas être impliquée.

Enfin, il est à noter qu’une initiative similaire a déjà eu lieu : un accord migratoire du même type entre le Rwanda et Israël entre 2014 et 2017 a vu des milliers de demandeurs d’asile africains logés dans des hôtels gardés. Cependant, la quasi-totalité des migrants ont quitté le pays presque immédiatement, beaucoup d’entre eux tentant de regagner l’Europe illégalement…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. On ne va pas envoyer des millions de migrants dans un pays plus petit que la Bretagne administrative qui compte déjà plus de 12 millions d’habitants. L’objectif, manifestement, est de réduire drastiquement le flux d’arrivée au Royaume-Uni sous l’effet de cette menace : si en y entrant illégalement vous avez neuf chances sur dix de vous retrouver au coeur de l’Afrique, il y aura moins d’amateurs, forcément. Un ministère de la remigration pourrait aussi mettre en oeuvre beaucoup d’autres moyens moins radicaux pour rendre l’immigration illégale moins tentante : mettre les frais occasionnés solidairement à la charge des migrants et de leurs complices (Cedric Herrou ne peut qu’approuver le principe juridique de « solidarité »… même si cela signifie sa ruine immédiate !), interdire à vie la délivrance de visa aux gens soumis à une OTQF qui ne seraient pas partis dans un certain délai, instaurer une solidarité familiale (si un membre d’une famille entré dans le cadre du regroupement familial commet un délit, la famille regroupée est expulsée), etc.

  2. blablabla …
    jamais il ne le fera ! il pourrait les renvoyer chez eux! simplement
    leur interdire de travailler déjà
    le summum de l’hypocrisie

  3. Cet accueil des migrants de partout n’a aucune base juridique sérieuse, surtout lorsqu’ils commettent des délits. Appliquons déjà les lois du territoire.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !