L’UDB préfère aller aux défilés féministes qu’à la manifestation pour le gallo

Le contraste entre les deux évènements est saisissant ! Ce samedi, une manifestation pour une présence du gallo sur les services publics de télévision et de radio en Bretagne (France Bleu et France 3) a rassemblé environ 70 personnes devant les locaux de France 3 à Rennes. C’était la première fois qu’une telle manifestation était organisée pour la langue romane de Bretagne qui représente, qu’on le veuille ou non, une réalité historique en Bretagne.

A cette manifestation, les partis politiques bretons étaient diversement représentés. Si le Parti Breton, Dispac’h et Douar ha Frankiz avaient envoyé quelques membres, l’UDB n’était représentée que par l’élu briochin Ludovic Le Moignic. La Droite bretonne, quant à elle, brillait par son absence.

Le réveil récent du gallo constitue pourtant un évènement non-négligeable dans un milieu breton en plein marasme et en panne d’audience.

Cependant, au même moment, à Rennes se déroulait une manifestation « contre les violences sexistes et sexuelles » qui cachait bien mal d’autres objectifs que les louables intentions affichées. Manifestation néo-féministe, wokiste et LGBTQQ++, la manifestation de Rennes a rassemblé quelques milliers de personnes. Or, c’est à cette manifestation que l’UDB a choisi d’aller alors même qu’un évènement revendicatif spécifiquement breton se déroulait au même moment à moins de 100m du cortège ! De la même façon, les UDBistes auraient pu participer aux deux évènements de façon simultanée au regard de la proximité des deux défilés, pourtant la section UDB de Rennes n’a accordé aucune attention aux militants du gallo défilant entre les locaux de France 3 et ceux de France Bleu Armorique. Le seul militant UDB présent avait fait plus de 100 km pour montrer son attachement à l’une des langues historiques de la Bretagne !

L’histoire retiendra donc que l’UDB était (pratiquement) absente de la première manifestation pour le gallo et a préféré défiler avec les néo-féministes et les LGBT. L’UDB actuelle est-elle encore un parti politique breton digne de grands anciens qui furent également de vrais patriotes bretons ou est-elle devenu un élément vaguement breizhou du magma gauchisto-woke en pleine déliquescence braillarde ?

Crédit photo : Compte Twitter UDB Jeune

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Le parler gallo n’a été, n’est, ne sera jamais qu’un patois de l’ouest de la France, très proche des parlers du Maine, de l’Anjou ou du Poitou, lié à une communauté rurale/paysanne avec des genres de vie codifiés (‘folklore’, religion, etc.). L’avenir de la société rurale/paysanne étant ce qu’il est (Callac ?), je ne comprends pas qu’on se préoccupe de cet ectoplasme dont la première finalité est de diviser les forces des Bretons, au dépens de la Langue bretonne…

  2. Gallo, breton..peu importe..préoccupez vous de ce qui se passe dans des villes comme Callac..ou Nantes/Rennes…Un avant goût de dhimmitude à venir….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS