Brest : le dernier carré de Gilets jaunes

gilets_jaunes

Ils ont connu leur heure de gloire. Ils ont été les vedettes des médias. Ils ont fait peur au pouvoir. Mais le Système a eu le dernier mot. Les Gilets jaunes ne sont plus qu’un souvenir. Sauf à Brest, sur le rond- point de Pen ar C’hleuz le samedi. « Certains samedis, nous sommes 20 à 30 réunis ici. Il y a de tout parmi nous, des Gilets jaunes, des résistants, des vaccinés et des non-vaccinés. C’est le peuple brestois. Notre point commun, c’est la colère face à la perte de pouvoir d’achat. On veut la démocratie, pas la dictature : nous sommes contre le gouvernement. Les étiquettes politiques ne comptent pas. On demande moins de précarité pour les Français et moins de salaires pour les ministères », détaillent les manifestants. « Macron a vendu aux Américains Alstom, que l’on rachète par petits bouts aujourd’hui, et maintenant, il recommence avec EDF, dont le nouveau PDG a participé à la vente d’Alstom. C’est grave, c’est une trahison », veut dénoncer Rozenn (Le Télégramme, Brest, lundi 31 octobre 2022). Voilà un discours que les élites détestent mais qui convient bien aux classes populaires.

Avant l’élection présidentielle, on retrouvait déjà cette ambiance au rond-point de Brézillet, à Ploufragan (Saint-Brieuc). Le mot d’ordre des Gilets jaunes briochins : faire barrage à Macron. Le « chef » Tristan Lozach croyait alors à un redémarrage du mouvement : « Je suis à nouveau assailli de messages. La flambée du pétrole, la guerre en Ukraine, le pouvoir d’achat en vrac… la tension monte. Probable qu’après la présidentielle, ça va péter. » Leur programme est simple et plus efficace qu’une augmentation du smic qui nourrira obligatoirement une spirale inflationniste. « Jojo, le retraité aux « larges » 900 euros par mois, plaide inlassablement, comme les autres pour la TVA à 0 % sur les produits de première nécessité. » (Le Télégramme, lundi 21 mars 2022). Mais le banquier Macron l’a emporté à la présidentielle.

En Bretagne, les Gilets jaunes ont connu deux leaders. D’abord Jacline Mouraud qui a tenté, sans succès, de se recycler chez Zemmour. Essentiellement libérale, l’accordéoniste de Bohal ne pouvait s’entendre avec le peuple des ronds-points. Le très radical Maxime Nicolle s’est retiré du circuit ; il vit dans un camion aménagé, au pied des Alpes, en autonomie ; ses vidéos servent à nous alerter sur ce qui nous menace : « Notre effondrement économique est inévitable. Et je n’ai pas envie de partir en premier. » Celui qui se fait appeler « Fly Rider » sur les réseaux sociaux préfère prendre de la hauteur en parapente, son activité désormais, plutôt que de croire à un hypothétique soulèvement populaire. « Entre la bulle inflationniste, les dettes des Etats, les gens qui devront choisir entre se chauffer, se soigner ou s’alimenter, je ne vois pas comment tout ça ne peut pas mal finir », prophétise-t-il. Ses analyses ne seront pas contestées par Yves Cochet, le spécialiste de la collapsologie : « Imaginez s’il n’y a plus rien à manger ? Le meilleur moyen de garder espoir, c’est de se préparer au pire. » (Le Journal du dimanche, 6 novembre 2022)

Si un jour, Maxime Nicolle se trouve dans une situation catastrophique, il pourra toujours se réfugier chez Yves Cochet. Lequel attend la catastrophe finale de pied ferme. « L’effondrement systémique mondial est inéluctable. Ce sera autour de 2030 », annonce l’ancien ministre de l’écologie. Il énumère les « signes avant-coureurs » : canicules, sécheresses, inondations, raréfaction des métaux et du pétrole dans les sols, diminution des rendements agricoles, chute vertigineuse de la biodiversité… (Le Télégramme, mardi 1er novembre 2022).

Bernard Morvan

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Tenez bon les GJ!
    Pensez qu’avec les non vaccinés, les precaires énergétiques, les réfractaires aux inventions Mc Kinsay et nous tous qui sommes abandonnés et sommés de disparaître, donc la vraie majorité du pays : les abstentionistes, nous formons cette masse de patriotes qui fait tant peur au chateau : LES DEPOSSEDES. Faites le savoir car nous saurons faire!

    1. Bonjour Michèle,

      si peu de mots et vous avez tout dit !
      Abandonnés et obligation de disparaître vite sous peine d’y être aidés, voyez le fameux vaccin n’avait que ce but, rendre la procréation impossible et hâter le départ des plus anciens, générer des maladies tueuses.
      ! «DÉPOSSÉDÉS» ! Vous le dîtes bien, tout nous est désormais inaccessible, les soins les plus urgents, les traitements longue durée, l’accès aux distractions, trop onéreuses, mais avant tout, l’accès aux produits nécessaires et vitaux pour nous : la NOURRITURE !
      L’inflation poursuit son ascension folle et nulle ne la retient. Des ministres qui ont oublié ce que veut dire «ministre» : être au service de ! Et non, se servir grassement, largement au détriment du peuple.
      Si nous sommes nombreux à voir clair, combien ne voient rien et ne bougent, même pour voter, il est vrai que cela ne sert à rien, mais force est de remarquer l’augmentation constante des abstentionnistes ! Sera-ce le réservoir des forces vives pour relancer notre beau pays

  2. C’est la Covid qui a sauvé Macron des gilets jaunes…..La France s’appauvrit de jour en jour, éclatée comme un puzzle, attaquée par l’Islam politique et radical, l’ultra gauche collaborant pour effacer votre identité régionale, sociale, culturelle….le travail ne suffit plus pour vivre décemment, le gouvernement fait l’aumône à coup de chèques pour éviter la révolte de ceux qui souffrent mais il est incapable de conduire politiquement le pays.

  3. Bonsoir Mesdames, Messieurs,
    Que tout les groupes de défense de nos libertés se retrouve autour de notre défense ,arrêtons de les multiplié.

  4. Mot d ordre des elites, mourir ou survivre a la solde de ce gouver-ne-ment. Notre pays vendu, appauvri, martyrisé, maltraité et misérable… Non, non et non. Retrouvons notre force, nous sommes majoritaire face a ce petit groupe. Imaginons, ne serait ce quele tiers qui monte sur la capitale, ca fait 2 millions de francais enragés…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS