Némésis manifeste en burqa : et si, pour une fois, les féministes 2.0 avaient raison ? 

Samedi 19 novembre, le collectif féministe Némésis s’infiltrait dans la manifestation annuelle #NousToutes, place de la République à Paris. Revêtant foulards, tenues amples et masques sombres dans le but d’imiter les niqab, ces voiles islamiques masquant intégralement le visage et le corps des femmes soumises – volontairement ou non – à un islam rigoriste d’inspiration salafiste, les militantes identitaires, ont voulu dénoncer « l’incohérence du néo féminisme vis-à-vis de l’islam politique ». Pour faire écho aux slogans féministes “Mon corps, mon choix”, elles brandissaient des pancartes « Ma burqa, mon choix », « Féministe et islamiste », « Mon coran, mes lois ».  

Le travestissement garantissant l’anonymat, elles ont cette fois pu éviter les coups (contrairement à la manifestation de 2021 où elles avaient été violemment prises à parti par les militantes antifascistes). Preuve qu’en France, de nos jours, mieux vaut être une intégriste islamique qu’une identitaire revendiquée. Ce non-respect des idées autres, qualifiée de politiquement incorrectes par le camps du bien, est bien le summum de l’incohérence pour une mouvance qui s’autoproclame apôtre de la tolérance. Mais passons…

Ce que Némésis a tourné en dérision, c’est bien l’absence, dans toutes les mouvances mainstream neoféministes, de critique de la doctrine patriarcale intrinsèque à l’islam.

Or, si cette hypocrisie est insupportable, est-ce à ces Européennes de souche, celles-là même qui composent les rangs des associations de #MeToo à #NousToutes, de devoir dénoncer l’oppression dont peuvent être victimes les femmes musulmanes ? Même à vouloir combattre la violence de genre, ne serait-ce pas l’énième ingérence dans les affaires qui, disons-le clairement, ne nous regardent pas ? Où commence et où finit le respect de l’autre, de la différence ? 

L’uniformisation des cultures est le plus grand crime de l’humanité puisqu’elle amène, purement et simplement à leur disparition. 

S’il doit y avoir quelque réforme ou quelque révolution à l’intérieur de la civilisation musulmane – et la place de la femme en est un point central – cela devra se faire en son sein, et non sur une ultérieure imposition de l’Occident. 

Car à vouloir tout fondre dans le moule occidental, qui n’a pas grand-chose d’autre à offrir que son vide et son l’hyperconsommation, on obtient souvent le contraire de ce que l’on espérait, comme le démontre l’exemple historique de l’islam : c’est bien le frottement avec l’Occident qui a engendré un raidissement, une radicalisation de la religion islamique. Preuve en est justement le port du voile, qui avait pratiquement disparu des us et coutumes des pays musulmans avant la colonisation européenne de l’Afrique du Nord.  

Alors, Mesdames musulmanes, gardez vos voiles si cela vous convient, et ce, même sur notre sol, puisqu’il est pour vous un marqueur identitaire et à bien des égards le symbole de votre appartenance culturelle ! 

Et Mesdemoiselles de Némésis, continuez à dénoncer l’imposture des féministes 2.0, muettes face aux crimes perpétrés par des immigrés et si bavardes quant aux méfaits des mâles blancs hétérosexuels ! 

Quant à vous Mesdames les féministes antifascistes, écoféministes, intersectionnelles, interspécistes, radicales, et que sais-je encore, sachez que votre indignation sélective, confrontée au réel, a les jours comptés… ou passe pour ce qu’elle est : un caprice de bourgeoises privilégiées en mal de sens, à la recherche d’un engagement facile et peu risqué.

Audrey D’Aguanno 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Toutes l femmes qui ont encvie de cette religion, que l’on fasse nous aussi des bateaux avec ce genre de personnes et qu’on les envoient sur les côtes d’Iran !!

  2. Le voile marqueur identitaire ? Il a été amené en Afrique du Nord par des envahisseurs. Dans les zones restées berbérophones (Kabylie notamment) ou les moins arabisées, il est peu porté.
    L’islam est-il une culture ?
    A ce compte-là l’excision non plus ne nous regarde pas, l’esclavage intra-africain pas davantage.

  3. C’est plutôt le monde occidental qui est en train de se fondre dans le moule musulman… Et pour ce qui est de l’uniformisation, quand on sera toutes en burqa… Alors, non, pas de femmes voilées sur NOTRE SOL !

  4. c’est marrant de voir ces « impostures » célébrées par nos néoféministes, et ensuite ils disent que l’islamogauchiste est une chimère de l’estrêêême droaaaate

  5. Audrey du Guano se prend les pieds dans son tapis de prière.
    Elle radote en écrivant que l’islam est une culture. Elle dégoise en oubliant que ce qui se passe en France nous concerne, surtout les symboles de l’invasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS