République de Chypre. Le pays champion d’Europe pour les expulsions de clandestins

Chypre

Le signal envoyé sera-t-il assez fort pour dissuader les clandestins ? En 2022, les autorités de la République de Chypre ont durci le ton en expulsant près de la moitié des migrants entrés illégalement sur le territoire depuis le début d’année.

Chypre, une île trop proche de la Turquie…

À regarder une carte de l’Europe, le premier constat qui vient à l’esprit est que la petite île de Chypre se trouve dans une situation géographique plutôt inconfortable… Tout en sachant que cette île est divisée en deux puisqu’occupée dans sa partie nord par la Turquie.

Au sud, la République de Chypre, peuplée d’un peu plus d’un million d’habitants, est titulaire depuis quelques années d’un titre que les autres états européens ne convoitent guère : celui du pays comptant le plus grand nombre de demandeurs d’asile par habitant dans l’UE.

Carte de Chypre

La situation s’est encore dégradée en 2022. À la mi-octobre, nous rapportions que la République de Chypre avait vu débarquer sur son territoire plus de 17 000 clandestins depuis le début de l’année (soit près du double des chiffres de 2021), tandis que la grande majorité des migrants arrivaient par la Turquie.

Une fois munis d’un visa étudiant, les clandestins, principalement originaires de la République démocratique du Congo, de Syrie et du Nigéria, s’envolaient pour Ercan, une ville située dans la partie nord de l’île, sous occupation turque. Par la suite, ils n’avaient plus qu’à traverser la zone tampon. Aussi, 95 % des demandeurs d’asile recensés sur le territoire de la République de Chypre seraient arrivés depuis la partie nord de l’île selon le ministre chypriote de l’Intérieur Nicos Nouris.

Cette pression migratoire a atteint un tel niveau durant cette année 2022 que le 26 septembre dernier, le ministre chypriote de l’Intérieur sollicitait l’aide de l’ONU afin d’endiguer ce qu’il nommait alors une « avalanche » de migrants. Un mois plus tard, Costas Constantinou, secrétaire permanent au ministère chypriote de l’Intérieur cité par le quotidien Cyprus Mail le 21 octobre, avait reconnu la veille que les autorités chypriotes étaient « à court d’options » pour endiguer l’afflux de migrants irréguliers.

Quelle proportion d’expulsions à Chypre ?

Toutefois, ce manque de solutions n’a pas découragé pour autant le gouvernement chypriote dans son action contre l’immigration illégale. Selon une information rapportée par le quotidien Cyprus Mail le 1er décembre, Chypre aurait expulsé près de 7 000 migrants depuis le début de 2022, faisant ainsi du pays « un modèle » au sein de l’UE pour ces renvois, selon Nicos Nouris.

Citant le ministre chypriote de l’Intérieur, l’agence de presse internationale Associated Press rapportait le 1er décembre que ces quelques 7 000 clandestins expulsés représenteraient « 70 % » des migrants entrés illégalement dans le pays en 2022. Nicos Nouris ayant ajouté qu’en 2021, seulement 17 % des migrants illégaux arrivés en République de Chypre avaient été expulsés.

À y regarder de plus près, si l’on retient le nombre de 18 000 clandestins arrivés dans le pays entre les mois de janvier et d’octobre 2022, la proportion que représenteraient ces 7 000 expulsés parmi les clandestins serait plutôt de l’ordre de 40 %. Une part déjà bien supérieure à celle observée dans les autres pays européens…

À l’échelle de l’ensemble de l’Union européenne, selon les chiffres de Frontex (Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes), 20 748 expulsions de clandestins auraient été enregistrées à travers l’Europe au cours des 11 premiers mois de l’année 2022, soit une augmentation de 40 % par rapport à 2021. Par ailleurs, Frontex compte 25 membres de son personnel déployés à Chypre.

Sur l’île, cette action de l’exécutif visant à accélérer les processus d’expulsion vient répondre à une colère de la population liée au fait que de nombreux demandeurs d’asile refusés restent à Chypre. Ces expulsions records ont été possibles suites à la signature d’un accord entre la République de Chypre et des pays comme l’Inde, le Bangladesh, le Pakistan et le Vietnam. Cependant, les autorités chypriotes n’ont pas révélé d’informations concernant la nationalité des 7 000 individus expulsés du pays.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS