Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’Arménie, entre le marteau et l’enclume

Alors que l’attention du monde est concentrée sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Azerbaïdjan a attaqué le territoire souverain de l’Arménie le 13 septembre. Depuis lors, la Russie, principal allié de l’Arménie, a proposé sa médiation et a amené les deux parties à la table des négociations. La médiation russe a permis d’arrêter les combats pour le moment, mais elle n’a pas empêché l’Azerbaïdjan de couper le corridor de Lachin reliant le Haut-Karabakh, la République d’Arstsakh, à l’Arménie il y a un mois, un corridor contrôlé par les troupes russes qui a été remis aux Azéris le 25 août. Les seuls véhicules qui ont pu passer le blocus appartiennent à la Croix-Rouge et la situation dans les hôpitaux devient critique (l’approvisionnement en gaz a été coupé en plus du blocus) et l’on craint une grave crise humanitaire. D’autre part, l’Arménie a officialisé l’achat d’armes à l’Inde, la Russie n’ayant pas livré les équipements militaires déjà payés par les Arméniens.

Cette situation complexe a été verbalisée le 26 décembre par le secrétaire du Conseil de sécurité arménien, Armen Grigoryan, dans une interview accordée à la télévision publique arménienne, dans laquelle il a évoqué les relations difficiles avec l‘”allié” russe. Grigoryan a affirmé que la Russie exerçait une forte pression sur l’Arménie pour qu’elle fournisse un corridor vers l’Azerbaïdjan et rejoigne l’État de l’Union Russie-Biélorussie et a noté que les efforts diplomatiques arméniens pour améliorer les relations avec le Kremlin ont été vains : “La partie arménienne a toujours été serviable. Bien que préoccupés par la résolution de la crise liée au blocus azerbaïdjanais du corridor de Lachin, nous ne nous sommes pas privés d’assister à la réunion du 23 décembre avec les ministres des affaires étrangères russe et azerbaïdjanais”.

Cependant, l’allié russe s’est rangé du côté de l’Azerbaïdjan et souhaite que l’Arménie cède à son rival le corridor dit de Zangezur, un couloir de transport qui relierait la région azerbaïdjanaise du Nakhitchevan au reste de l’Azerbaïdjan via la province arménienne de Syunik. “L’Arménie continue de s’y opposer”, a déclaré M. Grigoryan.

Le secrétaire du Conseil de sécurité a également affirmé que la Russie exerce des pressions militaires pour forcer l’Arménie à rejoindre l’État d’union qui comprend la Russie et le Belarus, une possibilité que le gouvernement arménien rejette d’emblée : “Un État-union viole complètement la souveraineté des États qui le composent. L’Arménie a été et restera un État souverain”, a déclaré M. Grigoryan, mais “lorsque la démocratie arménienne s’y oppose, elle subit naturellement une pression d’un autre type : militaire“. Le jour de Noël, l’ambassadeur de Biélorussie en Arménie, Alexandre Konyuk, a évoqué l’État de l’Union, formé par la Russie et la Biélorussie, et la possibilité d’y intégrer un troisième pays : “Je n’ai pas dit lequel, mais nos frères arméniens nous ont soutenus. Je n’ai pas parlé d’un pays en particulier, je le répète, mais je suis sûr que l’État de l’Union se développera”. M. Grigoryan a noté que les frères auxquels l’ambassadeur biélorusse fait référence “font peut-être partie des forces d’opposition”.

À la suite de l’agression azérie de septembre 2022, l’Arménie a demandé en vain à plusieurs reprises l’aide de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) et de la Russie. L’absence de soutien de l’OTSC a provoqué une nouvelle confrontation avec la Russie lorsque le Premier ministre arménien Nikol Pashinian a refusé de signer la déclaration finale du sommet de l’OTSC qui s’est tenu fin novembre. “Au cours des deux dernières années, l’Arménie, un pays membre de l’OTSC, a été victime d’une agression azerbaïdjanaise à trois reprises au moins”, a rappelé M. Pashinyan, notant que l’OTSC est bien venue en aide au Kazakhstan lorsque celui-ci a demandé son intervention lors des violents troubles de janvier. L’excuse de l’OTSC lors des affrontements précédents était que le conflit ne se déroulait pas sur le territoire de l’un de ses membres, mais dans la région séparatiste du Haut-Karabakh, mais lorsque le territoire arménien a été attaqué, la réponse de l’OTSC a été d’appeler les deux parties à la retenue. La relation privilégiée de l’Azerbaïdjan avec une Russie affaiblie et discréditée par la guerre en Ukraine, et son alliance avec la Turquie, laissent l’Arménie sans défense face aux aspirations territoriales de son voisin.

Son président, Ilham Aliyev, affirme que la capitale, Erevan, et d’autres parties de l’Arménie sont des terres azerbaïdjanaises historiques.
Selon Tigrane Yégavian, journaliste et chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement, le blocus du corridor de Lachin ne vise pas seulement à faire pression sur l’Arménie pour qu’elle cède le corridor de Zangezur, mais “à inciter la population du Haut-Karabakh à quitter ses foyers et à se rendre en Arménie. Le but ultime est le nettoyage ethnique”. Le talon d’Achille de l’Arménie est sa faible position internationale. L’UE, qui a signé en juillet un accord avec l’Azerbaïdjan pour doubler les fournitures de gaz naturel d’ici à 2027, préfère détourner le regard. Bien sûr, il y a eu des déclarations appelant à la réouverture du corridor de Lachin de la part de l’UE, de certains de ses États membres (le Congrès espagnol a voté à l’unanimité une résolution à cet effet) et des États-Unis, mais aucune condamnation ou menace de sanctions.

Álvaro Peñas

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “L’Arménie, entre le marteau et l’enclume”

  1. Bohanne dit :

    Peut on vraiment parler d’invasion Russe en Ukraine ? C’est comme si on parlait de d’invasion américaine en Afghanistan… pour moi ce n’est pas une invasion c’est plutôt une opération.

  2. fifi dit :

    PAS LU MAIS + DE 2200 ans d’HISTOIRE ON FAIT N’importe quoi on pense toujours GUERRE !!!
    mONSIEUR POUTINE A TI DE VOIR SI TU PENSES VIE OU GUERRE !!!

  3. Jean-Louis dAndre dit :

    Le problème est que l’Azerbaïdjan est soutenu par la Turquie et que la Turquie est le seul pays de l’OTAN à être resté à peu près neutre dans le conflit en Ukraine et donc intermédiaire obligé dans toute solution de paix négociée en Ukraine (ce à quoi Poutine n’a apparemment pas renoncé). C’est ce qui interdit à ce même Poutine de soutenir davantage l’Arménie, pourtant son alliée traditionnel.

  4. gaudete dit :

    Si l’Arménie n’a que comme alliés les européens c’est comme si on mettait un loup dans une bergerie. Il ne faut pas que les arméniens attendent un seul soutien de tous les charlots à la tête des pays européens, il n’y a qu’une chose qui les intéresse: la gamelle or l’Azerbaidjan leur fournit le pétole donc ils ne vont pas défendre l’Arménie

  5. DERKIRKORYAN dit :

    Objet : Un acte civique pour l’Arménie
    Compte tenu de la situation économique et géographique de l’Arménie, la défense de son territoire sans armes modernes et sans le soutien d’autres Etats puissamment armés sera impossible.
    Profitant des conflits de diverses nations qui ont un agenda politique bien chargé – que cela soit entre la France et l’Allemagne en 1914 -1918, la Russie et l’Ukraine en 2022 ou d’autres, l’Azerbaïdjan et la Turquie ont le chemin tout tracé pour mener des hostilités envers l’Arménie .
    Dans ce cas, les deux nations citées ci-dessus, hostiles et haineuses contre l’Arménie « obtiennent » en quelque sorte un « quitus » pour attaquer l’Arménie.
    Cet état de fait, dans leur esprit, se résume à « finir le travail » . [ A ce rythme, l’Arménie n’existera plus dans peu de temps ] L’ « étau » se resserre d’année en an- née, et [ l’anéantissement de l’Arménie sera inexorable].
    Il n’est pas inutile de rappeler ici pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire arménienne que les massacres ont commencé bien avant 1915, et ont continué pendant plus d’un siècle d’une manière systématique jusqu’à nos jours. En 1915 l’anéantissement de plus d’un millions et demi des arméniens, en 1918 à Bakou, en 1919 à nouveau, en 1920 Chouchi, en 2020 l’invasion de Haut Karabah et en 2022 et les récentes attaques confirment la continuité des massacres des arméniens comme il a été cité plus haut.
    Bien que l’aide de l’Occident à l’Arménie pour sa structure soit appréciable, la défense de son territoire, quant à elle, reste le point clé de son existence.
    Trouver une solution pour son existence ne pourrait se faire que par des grandes nations ayant une puissance militaire. Par déduction, ces nations sont l’Amérique, la France, la Russie et peut-être quelques autres non hostiles à l’Arménie.
    En partant de cette hypothèse, il ne reste plus qu’à convaincre les grandes nations et leurs présidents, non pas à faire la guerre contre la Turquie et l’Azerbaïdjan, (n’en déplaise aux marchands d’armes), mais à agir politiquement et économique- ment.
    Pour sauver l’Arménie, la seule arme à notre porté est un acte civique. Si tant est que cela puisse influencer les dirigeants des grandes nations.
    Pour ce faire, une petite lettre dans le bulletin de vote serait une solution envisageable. Comme par exemple…

    Monsieur le futur Président de la République…
    Compte tenu de la situation de l’Arménie (ma patrie de cœur) , attaquée de manière incessante, je vous invite en toute première urgence à prendre position contre la Turquie, l’ Azerbaïdjan et contre les pays qui collaborent à la destruction de l’Arménie.
    En second lieu , je vous demande d’empêcher et de stopper les attaques contre le territoire arménien, selon le mode opératoire que vous choisirez. Tant que vous ne réagirez pas d’une manière efficace pour protéger l’Arménie, son territoire et son peuple qui souffre , par ce libellé, mon bulletin de vote sera nul.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Une majorité relative d’Européens veulent que l’Ukraine négocie la paix avec la Russie

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

De Rome à l’Arménie à pied. Sur les pas du jeune pèlerin Erwan, le marcheur breton (2)

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

Sociétal

Guerre en Ukraine 2 ans de traitement médiatique

Découvrir l'article

International

L’armée britannique est si faible que les civils devront être mobilisés en cas de guerre

Découvrir l'article

A La Une, Insolite, NANTES

De Rome à l’Arménie à pied. Sur les pas du jeune Erwan, le marcheur breton

Découvrir l'article

A La Une, International

Arménie. « Nous avons besoin d’une paix durable ». Entretien avec Tigran Mkrtchyan

Découvrir l'article

International

Arménie : Le glaive et la croix, 6 mois en mission humanitaire

Découvrir l'article

Sociétal

« Vendre la guerre », Pierre Conesa reçoit Alain Juillet, Ancien directeur du renseignement de la DGSE

Découvrir l'article

Sociétal

Patrick Robert, un photographe au cœur des conflits du monde actuel

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky