« Ni Dieu ni Maître ». Les mensonges d’un documentaire anarchiste financé par l’État

L’intégrale de la série documentaire sur l’histoire de l’anarchisme est enfin disponible gratuitement sur internet, avec l’arrivée des deux derniers épisodes. Coproduite par la société Temps Noir et La Chaîne Parlementaire (!), elle a aussi bénéficié des contributions d’Arte, des chaînes publiques suisses et suédoises, des régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes (présidée par le LR Laurent Wauquier, pas sectaire), enfin de l’inévitable CNC. L’anarchisme serait-il devenu à ce point inoffensif ?

Il s’agit pourtant d’un documentaire militant, avec des interviews non contradictoires de profs d’université de la même tendance, obéissant au même dress-code chandail-chemise d’étudiants studieux. Il n’est donc pas étonnant d’y détecter facilement des contre-vérités destinées à conforter l’histoire sainte du mouvement libertaire :

– L’innocence de Sacco et Vanzetti est présentée comme une évidence, malgré le faisceau de présomptions et, en ce qui concerne Sacco, une preuve matérielle . Les deux migrants italiens étaient liés à un groupe ultraviolent, responsable d’un attentat contre Wall Street qui tua 38 passants. Le documentaire n’explore pas ce lien mais note avec une pointe de fierté que c’est « le premier attentat à la voiture piégée de l’histoire »…

– l’attitude de la grande majorité des anars pendant la 2ème Guerre Mondiale est passée sous silence, ceux-ci s’étant opposés à la résistance par antipatriotisme et ultrapacifisme. Pas glorieuse, La 2ème Guerre Mondiale est expédiée en 5 phrases, 10 fois moins que la partie sur les nudistes de la Belle Epoque…

– La mort du commissaire Lacroix pendant le Mai 68 lyonnais est attribuée à sa mauvaise santé. Jean Kergrist, qui a été mêlé de près aux évènements, a pourtant montré dans une enquête solide que ce policier a bien été écrasé par un « camion fou ». Cette arme par destination avait été amenée là par le fils d’un industriel sympathisant et a été lancée intentionnellement sur le barrage policier par un groupe anarchiste qui voulait durcir le mouvement.

Si on laisse de côté ces petits mensonges, la série, qui se focalise sur les grands moments du mouvement anarchiste, n’en reste pas moins passionnante. Elle devient même divertissante quand elle aborde les rapports entre communistes et libertaires : ces derniers finissent toujours par se faire avoir ! Le documentaire va jusqu’à affirmer qu’en Espagne, les communistes ont tué plus d’anarchistes que Franco lui-même…

La 3ème partie (1945-1969) met en valeur les provos hollandais et les soixante-huitards parisiens qui, bien que minoritaires, réussissent à avoir un impact global sur la culture occidentale (plutôt dans le sens de sa déconstruction). La 4ème (1965-2012) porte notamment sur les Zapatistes et les Kurdes qui, avec des bases idéologiques voisines, se révèlent plus constructifs car plus enracinés.

A.T.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. il ni y a qu’allez lire les présentations des documentaires que la maison de prod en question fait pour comprendre qu’ils sont pratiquement tous orienté a gauche et déforment la réalité des faits.
    Transformé la réalité en cachant des faits qui contrediraient la version dite officiel est une spécialité de gauche , sinon sa marque de fabrique.

  2. UN SEUL DIEU ET MAITRE : LE PÈRE
    UN SEUL DIEU ET MAITRE : LE FILS
    UN SEUL DIEU ET MAITRE : LE SAINT-ESPRIT
    Mort aux impies ! Mort aux impies ! Mort aux impies !

  3. Le mouvement anarchiste est un mouvement réformateur et n’a jamais été radical ( a bas l’argent , a bas l’état , a bas le travail vive la population humaine émancipée ) Il est a la gauche du capital . Les barricadiers de Barcelone 37 se font assassiner par des anarchistes .

    1. Oui dans les moments chauds se sont les auxiliaires des services pour faire le sale travail et les Français vont bientôt s’en apercevoir :-))))))

    2. Surtout, « anarchisme » n’est qu’un mot vague qui ne suffit pas à définir un courant de pensée. Proudhon, Stirner et Kropotkine sont très différents, par exemple, et qui plus est leurs idées ont beaucoup évolué au cours de leur vie. Certains anarchistes prônent un communisme absolu, d’autres un libéralisme absolu ; ils ont en commun d’adhérer à une vision de la nature humaine très éloignée de sa réalité sociale. D’où leur vocation à se faire écraser par un retour de réalité dans les périodes troubles !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS