page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les pays de l’OTAN militairement affaiblis en raison de leur aide à l’Ukraine

L’OTAN conseillerait actuellement à ses membres d’accroître considérablement leurs stocks d’armes et de munitions car ces derniers seraient militairement affaiblis dans un avenir proche, leurs stocks étant presque épuisés en raison de la politique d’aide militaire à l’Ukraine.

Certains médias occidentaux ont exprimé leur inquiétude quant aux réserves de munitions des pays occidentaux. Des informateurs militaires ont été consultés par des journalistes, notifiant que l’alliance atlantique pourrait demander officiellement à tous les États membres de commencer à stocker davantage de munitions dès que possible. Cette attitude éventuelle semble être une mesure d’urgence pour remédier à la pénurie militaire, qui devient un problème de plus en plus grave en Occident.

La principale raison de cette crise est le conflit en Ukraine. La politique d’envoi systématique d’armes a été mise en œuvre de manière quasi aveugle, sans tenir compte de la capacité de production et d’approvisionnement des pays de l’OTAN. Les armes ont été exportées plus vite qu’elles n’ont été produites, ce qui a abouti à des stocks vides pour les forces armées des pays exportateurs, ce qui les place dans une situation vulnérable.

Comme on pouvait s’y attendre, les articles qui font le plus défaut sont les obus de 155 mm, les missiles HIMARS et les munitions pour les systèmes de défense antiaérienne tels que IRIS-T, Patriot et Gepard, qui font précisément partie des équipements occidentaux les plus utilisés par les forces ukrainiennes sur le champ de bataille.

Certains conseillers militaires estiment que dans une éventuelle guerre directe contre la Russie, les États européens ne seraient pas en mesure de maintenir les combats pendant plus de quelques jours, en raison de la faible quantité de munitions.

Le problème pourrait ne pas être résolu rapidement. Tant que le conflit durera en Ukraine, l’envoi systématique d’aide militaire par l’Occident empêchera de conserver les réserves en quantités sûres. En outre, il est nécessaire de mentionner que l’industrie de défense occidentale est gravement affectée par la pénurie mondiale de semi-conducteurs et de certains autres types de matières premières essentielles à la production d’armes lourdes.

Des décisions plus spécifiques, telles que la fixation d’objectifs précis en matière de production et de stocks, devraient être annoncées officiellement lors du prochain sommet de l’OTAN, qui doit se tenir en juillet en Lituanie. Mais la possibilité la plus probable est que certaines mesures d’urgence soient mises en œuvre à l’avance, avant le sommet, afin de stimuler l’industrie de la défense dans les pays de l’alliance.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des conseillers militaires font état de la crise des stocks de munitions de l’OTAN. Auparavant, Tobias Ellwood, chef de la commission parlementaire de la défense du Royaume-Uni, avait déjà déclaré que les réserves de l’armée britannique étaient “dans un état désastreux” – malgré les investissements de plusieurs milliards de dollars dans la défense réalisés par le pays ces dernières années.

Bien que le conflit en Ukraine soit essentiellement responsable de la diminution drastique de l’approvisionnement national en munitions, certains experts estiment que le problème est antérieur au début de l’opération militaire spéciale de la Russie. En particulier parmi les États européens, habitués à des décennies de “protection” sous le parapluie militaire américain, on pensait que les guerres d’usure seraient une “chose du passé”, irréalisable à l’ère contemporaine – où les formes de guerre ne seraient qu’hybrides et asymétriques. Cela a conduit de nombreux pays à maintenir des réserves minimales d’armes et de munitions. Évidemment, avec le début de l’aide à Kiev, les ressources ont commencé à s’épuiser, ce qui a donné lieu au scénario actuel.

Et si plutôt que de prendre le risque de se lancer dans une course aux armements face à la Russie, les pays de l’Union Européenne membres de l’OTAN adoptaient une position responsable et diplomatique ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

9 réponses à “Les pays de l’OTAN militairement affaiblis en raison de leur aide à l’Ukraine”

  1. “Certains conseillers militaires estiment que dans une éventuelle guerre directe contre la Russie, les États européens ne seraient pas en mesure de maintenir les combats pendant plus de quelques jours, en raison de la faible quantité de munitions.”
    On aimerait bien les connaitre…

    C’est l’exact opposé de ce que disent la plupart des experts. Voyez la Pologne, voyez la Finlande.

    • Pascal Barthon dit :

      Je me méfie beaucoup du fanatisme polonais, moins des finlandais. Ce ne sont ces pays qui peuvent produire des munitions et armements en quantité. D’ailleurs les polonais ont fait d’importantes commandes aux USA, en profitant pour brader leurs armements d’origine soviétique. Ils ne sont pas prêts de recevoir leurs commandes. On peut s’étonner une fois de plus de la légèreté des politiques mais aussi des militaires qui semblent plus avisés . Ils sont d’ailleurs bien silencieux surtout en France. Nous n’avons pas entendu leCema depuis longtemps, serait il en désaccord?.

  2. Pschitt dit :

    Et si la Russie, plutôt, adoptait “une position responsable et diplomatique” ? C’est ça qui serait bien ! Y compris pour elle. Car les obus de 155 et autres HIMARS qui ne sont plus dans les arsenaux occidentaux arrosent ses régiments : si les pays de l’OTAN sont “militairement affaiblis en raison de leur aide à l’Ukraine”, la Russie l’est bien plus encore en raison sa guerre à l’Ukraine !
    Mais pour diplomater responsablement, il faut être deux, et Vladimir Poutine n’a pas l’air ouvert à quoi que ce soit. Macron a pourtant essayé à maintes reprises avant de constater que la diplomatie avec lui se résume à : “Cause toujours…”
    Mais votre inquiétude, évidemment sincère, envers les pays de l’OTAN n’est pas vraiment justifiée. L’adhésion de la Suède et de la Finlande va leur amener deux armées peut-être pas très nombreuses (moins de 50.000 militaires en service au total) mais très bien équipées. Et les capacités industrielles de l’Allemagne, ajoutées à l’énorme augmentation de son budget militaire, permettront de refourbir vite les arsenaux.

    • CDL dit :

      Poutine a demande mainte fois a ce que les accords de Minsk soient respecter par l’Ukraine et l’OTAN, ce qui n’a jamais ete fait??? Dire que c’est la Russie qui a chercher et veut la guerre est une grave erreur…

    • Hadrien Lemur dit :

      Arrêtez de dire que c’est la Russie qui est à l’origine de cette guerre, c’est bien les Etats Unis d’Amérique qui ont tout fait pour provoquer Poutine et l’obliger à réagir au massacres des populations russes du Dombass et de la menace permanente de l’OTAN sur la Crimée. Il n’y a qu’un seul agresseur et c’est l’oncle Sam, comme toujours. Depuis plus de vingt ans les américains n’ont eu de cesse (avec la complicité des gouvernants UE) de déployer leurs bases et vendre leurs armes aux pays qui bordent la Russie. Ces porcs de ricains se foutent bien des vies détruites, leur objectif est de fracasser le continent européen. Depuis leur création les USA en sont à tellement de génocides et de crimes contre l’humanité qu’ils ne sont pas à une troisième guerre mondiale près.

  3. alienor dit :

    karma karma karma, heureusement que V Poutine est patient et raisonnable, il pourrait profiter de la fai blesse de l’otan….

  4. VORONINE dit :

    La diminution des stocks de munitions de l’OTAN en particulier des USA ne peut que favoriser un retour à la paix en Europe. Ces créatures nous mènent , une fois encore à l’holocauste, ce sont des criminels et des psychopates , il faut réfléchir et se souvenir que ces gens qui sont prets à nous mener à la mort , eux ne sont jamais concernés , ce n’est ni eux , ni leurs enfants qui y laissent leur peau!

  5. Gaï de ROPRAZ dit :

    Il n’est pas besoin d’être grand stratège pour comprendre qu’une guerre frontale contre la Russie ne menerait nulle part, sinon à l’effondrement de l’Europe/OTAN. Nonobstant le fait qu’aussitôt les USA tenteraient de tirer leur épingle du jeu en profitant de l’occase pour mieux s’ingérer un peu partout en Europe. Quant à Poutine, il est loin d’être un imbécile. N’oublions pas que les provinces (“dites” Ukrainiennes) de l’Est en bordure de la frontière Russo/hongroise ont toujours été Russes par le passé. Et ses habitants sont Russes d’origine, slaves, Orthodoxes, pratiquant le Russe comme langue vernaculaire. Ce qui est tout le contraire du reste de l’Ukraine, pays catholique en partie. De ce fait tout au moins à mon sens, l’affrontement ne va durer que le temps de la reprises des provinces en bordure de l’actuelle frontière Russo-Ukrainienne (et bien entendu de la Crimée , qui a toujours été Russe par le passé et qui reste le berceau de la Marine Russe, les ports de la Baltique et des mers polaires n’étant ouvertes que quatre mois dns l’année). Quant à l’ingérence des USA, oui, elle est à craindre, puisque, comme d’aucuns le comprennent , commercialement parlant, une paix vite signée ne les arrange pas, Not at all ! Mais Biden, pris dans les affres de sa reelection, osera-il à nouveau de s’infiltrer entre les belligerents Russo-Ukrainiens sous le regard lourd de reproche de nombreux dirigeants Européens qui en ont, comme chacun sait, raz-le bol ?…

  6. Maury dit :

    L’union européenne qu’on nous a vendue devait empêcher toutes les guerres et assurer la paix : transnitrie, Géorgie, Serbie 2 fois, ukraine. Pas vraiment convaincant.
    La même union devait assurer la prospérité économique. A l’heure des penuries, qui l’a voit ?
    Et aussi le sécurité pour laquelle notre gouvernement vient d’ établir que tous les délits sont en augmentation.
    Ne pas oublier la solidarité européenne qui s’est manifestee par les kidnappings de masques entre pays membres au début du cinéma covid.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Europe. Marine Le Pen, Wilders et les leaders d’Identité et Démocratie (ID) discutent d’un éventuel “supergroupe” au Parlement Européen

Découvrir l'article

Tribune libre

L’Europe est de retour. [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, International

Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Elections Européennes 2024. Les résultats dans toute l’Europe.

Découvrir l'article

Economie

Quelles sont les compagnies aériennes qui enregistrent le plus de retards et d’annulations en Europe ?

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

International

Ukraine : la folle marche de l’Histoire

Découvrir l'article

A La Une, International

Ukraine. Nikola Mirkovic de retour du Donbass : « Cette guerre est une autodestruction sans nom, une autolyse slave, un traumatisme et une blessure pour tous les Européens » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

International

Immigration. En dix ans, les dirigeants actuels de l’Union Européenne ont permis l’entrée de l’équivalent d’un nouvel Etat membre

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky