20 ans après, le renforcement de l’Iran confirme l’échec américain en Irak

Le 19 mars, l’Iran et l’Irak ont signé un accord de sécurité frontalière lors de la visite à Bagdad d’Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale (CSN) iranien. À cette occasion, faisant référence aux factions kurdes iraniennes qui opèrent en Irak, au Kurdistan, Shamkhani a déclaré que les intérêts de Téhéran et de Bagdad “ne doivent pas être sacrifiés à la malice de l’Amérique et de ses mercenaires terroristes”. Il est de notoriété publique que Washington considère le Kurdistan irakien comme un allié géopolitique et stratégique.

Ce nouveau développement est donc un nouveau coup dur pour les États-Unis. L’Iran a également joué un rôle de médiateur dans le rapprochement de l’Arabie saoudite avec la Syrie voisine (après que Téhéran et Riyad ont rétabli leurs relations), ce qui constitue une sorte de cauchemar pour Washington.

Il ne faut pas oublier que la décision de l’OPEP+ d’octobre 2022 de réduire la production de pétrole pourrait avoir marqué la fin de la relation historique entre les États-Unis et l’Arabie saoudite. Comment les États-Unis ont-ils perdu autant d’influence au Moyen-Orient ?

Il y a 20 ans, les États-Unis jouissaient du triomphe d’avoir gagné la guerre froide et, selon Mina Al-Oraibi (rédactrice en chef de The National), ils étaient “au sommet de leur influence dans le monde arabe”. De nombreux dirigeants du Moyen-Orient, écrit-elle, considéraient Washington comme leur allié le plus proche et se laissaient même “guider” par lui. En outre, les États-Unis se présentaient comme les champions des droits de l’homme, un discours qui a aujourd’hui perdu une grande partie de sa crédibilité – qui était déjà pour le moins douteuse à l’époque.

Cette influence a clairement décliné et la guerre en Irak a certainement eu tout à voir avec le début de ce déclin. Toutes les mauvaises décisions prises par la superpuissance américaine ont contribué à miner l’autorité politique et morale dont elle jouissait encore dans la région (du moins auprès de certaines élites politiques locales). Il est vrai, pourrait-on dire, que de nombreux dirigeants arabes n’appréciaient pas le soutien américain à Israël, à l’époque, et regrettaient les bonnes relations qu’ils entretenaient avec l’Union soviétique – mais, en 2001, Washington pouvait encore compter sur un soutien important de la part du monde arabe : par exemple, les Émirats arabes unis ont même envoyé des troupes à la coalition dirigée par les Américains en Afghanistan.

Le renversement de Saddam Hussein était également une source d’inquiétude pour de nombreux acteurs politiques du Moyen-Orient : Al-Oraibi écrit que des dirigeants arabes et non arabes, comme les talibans afghans, craignaient qu’un nouveau gouvernement irakien ne soit dominé par des politiciens pro-iraniens, permettant ainsi l’émergence d’un nouveau “croissant chiite”, s’étendant de l’Iran à la Syrie, à l’Irak et au Liban, ce qui, selon certains analystes, s’est en partie produit.

Frank Sobchak, colonel retraité des forces spéciales de l’armée, et Matthew Zais, colonel retraité de l’infanterie (tous deux diplômés de West Point et co-auteurs de “The U.S. Army in the Iraq War“), par exemple, affirment que l’Iran peut être considéré comme le principal vainqueur de la guerre d’Irak.

Selon M. Al-Oraibi, le fait que l’Autorité provisoire de la coalition dirigée par les États-Unis ait décidé de dissoudre l’armée irakienne et les forces de sécurité a semé le chaos et rendu difficile la reconstruction du pays. Washington a fait démanteler l’armée locale et ne s’est pourtant pas montré capable d’assurer l’ordre public dans le territoire qu’il occupait.

D’autres scandales ont encore terni l’image des États-Unis dans la région et à l’étranger, comme les tortures d’Abu Ghraib et de Guantanamo Bay, ainsi que les restitutions extra-légales de suspects par la CIA. La présentation trompeuse de Colin Powell au Conseil de sécurité des Nations unies en février 2003 (sur les prétendues armes de destruction massive de Saddam Hussein) s’est également révélée infondée, ce qui a encore affaibli la crédibilité des États-Unis.

Washington, en particulier sous la présidence de Barack Obama, a encouragé la représentation religieuse et ethnique en Irak dans l’espoir d’y instaurer une sorte de régime démocratique. Cependant, selon Al-Oraibi, cela s’est retourné contre eux car “la plupart des Irakiens ne s’identifiaient pas à des lignes sectaires et la représentation était davantage liée à la géographie et aux affiliations sociétales”. Par conséquent, ces politiques n’ont fait qu’accentuer les divisions.

Bien que les chiffres démographiques exacts soient encore incertains, en 2015, le CIA World Factbook a estimé que 29 à 34 % de la population irakienne étaient des musulmans sunnites et 64 à 69 % des musulmans chiites. Quoi qu’il en soit, il est un fait que, sous le gouvernement nationaliste et laïque du Baas de Saddam Hussein (qui était principalement soutenu par les chrétiens et les sunnites), la population chiite a été largement discriminée. La guerre Iran-Irak a à son tour intensifié ces tensions, l’Iran étant une puissance régionale chiite. Depuis le renversement de Saddam Hussein, la situation semble s’être inversée, les dirigeants sunnites affirmant être victimes de discrimination. L’influence de l’Iran est certes importante, mais elle ne doit pas être exagérée : selon Jeffrey Haynes, directeur du centre d’étude de la religion, des conflits et de la coopération de l’université métropolitaine de Londres, les réseaux religieux transnationaux iraniens n’ont qu’une capacité limitée à poursuivre leurs objectifs de promotion de la puissance religieuse iranienne. La crise irakienne de la fin des années 2022 l’a montré de façon de plus en plus évidente : les différents groupes chiites ont leurs propres loyautés et agendas locaux, et des conflits intra-chiites ont également lieu.

La construction de nations néocoloniales par Washington a été un échec majeur. Alors que la victoire des talibans en Afghanistan a été décrite par de nombreux analystes comme le pire échec de la politique étrangère américaine depuis des décennies, les folies de l’invasion américaine de l’Irak perdurent elles aussi. Selon M. Al-Oraibi, le fait qu’en 2022, Washington n’ait pas réussi à convaincre ses principaux alliés et partenaires arabes de “suivre son exemple” sur l’Ukraine est lié à ce déclin.

En résumé, l’occupation américaine de l’Irak a peut-être pris fin, mais Washington, comme le conclut Al-Oraibi, en paie encore le prix politique. En fait, on peut affirmer que cette situation s’inscrit dans un contexte plus large, au-delà du Moyen-Orient : celui du déclin de l’ordre mondial américain. La superpuissance surdimensionnée et surchargée n’a d’autre choix que de faire preuve de retenue et peut donc être considérée comme un hégémon mondial en déclin.

Uriel Araujo

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. De quel droit peut donc s’arroger les Etats Unis de conclure à envahir un pays sous une pseudos défense des libertés de toutes les façons bafouées. Sinon que de convoiter les richesse en gaz et pétrole. Les USA n’ont que faire de l’histoire des nations, de leurs principes et religions. N’oublions pas que les ancêtres des USA ne sont que des colons pauvres mis au banc de la société européenne, sans foi ni lois, pour aller chercher fortune au nouveau monde. La mentalité de ces colons était exécrable en vol pillage conquête, exterminations de 10 millions d’Amérindiens. Cette mentalité a perduré et s’est même installée jusque dans les couloirs de Wall Street et le système des lois américaines, interdisant toute supériorité dérangeantes à leurs économies. L’empire romain nous a laissé au moins d’excellentes structures de construction et une histoire, certes d’exclaves de l’époque, qui n’ont rien à envier aux esclaves et castes d’aujourd’hui. Le tout dans des cages en béton, comme on dit métro boulot dodo avec des salires de misère.

  2. combien de morts dans cette occupation ? le grand gendarme du monde se permet de critiquer les russes en ukraine, eux au moins n’ont pas utiliser du napalm qui empoisonne encore les campagnes du vietnam

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS