Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Syrie toujours occupée

La guerre qui a ravagé la Syrie depuis 2011 a vu la victoire des Syriens et de son dirigeant, Bachar el-Assad. Ce dénouement n’a été possible que grâce à l’aide des alliés chiites (le Hezbollah libanais et l’Iran) puis de la Russie dont l’intervention fut décisive.

Les islamistes furent vaincus, malgré le soutien massif de l’occident, de la Turquie, du Qatar ou de l’Arabie Saoudite, mais la Syrie est aujourd’hui détruite et ruinée.

Si Damas, peu touché par la guerre qui s’arrêta à ses portes, peut faire illusion, Alep, Hama, Homs et bien d’autres villes sont dévastées. Il est poignant de parcourir les rues d’Alep qui fut la plus belle cité de Syrie et dont la reconstruction exigerait des sommes considérables.

Mais l’Amérique veille et ne pardonnera jamais à la Syrie d’avoir contrecarré ses plans, avec l’appui russe de surcroît. Alors les sanctions écrasent le pays, réduisant son peuple à la misère sans que cela n’émeuve en quoi que ce soit les Européens, alignés sur Washington. Nous avons l’habitude. Certes à la suite du dramatique tremblement de terre qui a touché le nord-ouest de la Syrie, les sanctions ont été levées pour quelques semaines, sous la pression des organisations humanitaires internationales. Gageons que l’administration Biden n’oubliera pas de remettre en vigueur sa chappe de plomb dès le délai atteint. Cela coûte cher de s’opposer à l’Empire.

En plus des sanctions, les Américains ont décidé d’occuper une partie du pays. Plus de 900 soldats stationnent dans le nord-est de la Syrie. Ce territoire est géré par les Kurdes, alliés des Etats-Unis dans la lutte contre Daech. Coïncidence : c’est là que sont concentrés les gisements de gaz et de pétrole qui sont ainsi confisqués et offerts aux Kurdes. Tout cela est contraire au droit international mais nous savons que ce dernier fonctionne à des vitesses très variables.

De plus les Américains ont installé une base dans le sud, le long de la frontière jordanienne. Plusieurs centaines d’hommes y sont stationnés et encadrent d’anciens combattants islamistes, reconvertis en rebelles modérés. Un voile pudique couvre ce camp d’al-Tanf dont personne ne parle.

A chaque fois que l’armée syrienne s’est approchée d’un peu trop près de cette base ou des positions kurdes dans le nord-est, l’aviation américaine est brutalement intervenue.

Les Kurdes quant à eux ont saisi l’occasion de cette guerre pour s’émanciper du gouvernement syrien même s’ils habitent sur ses terres. Ils ont tenté, avec la bénédiction américaine, de créer un territoire autonome dans le nord, le long de la frontière turque. L’armée syrienne, trop affaiblie, a laissé faire.

Mais la Turquie n’a pas accepté cette situation. Sa relation avec les Kurdes est ancienne et complexe. Ils ont souvent été utilisés comme supplétifs des basses œuvres, comme pendant le génocide arménien. Rappelons à ce propos une vérité gênante : beaucoup de maisons habitées par les Kurdes en Turquie l’étaient auparavant par des Arméniens qu’ils ont assassinés.

Erdogan a fait de la lutte contre les Kurdes, et plus particulièrement de son bras armé clandestin, le PKK, un des piliers de sa politique islamo-nationaliste. Ce ne fut donc pas une surprise lorsqu’il décida de mener coup sur coup trois opérations militaires à Al-Bab en 2016, Afrin en 2018 et près de RaÏs Al-Aïn en 2019. Les Américains, désireux de ne pas se fâcher avec un allié stratégique, fermèrent les yeux et abandonnèrent leurs alliés, ce qui est une vieille tradition chez eux. Les Russes laissèrent faire également : ils n’étaient pas alliés des Kurdes et ne voulaient pas entrer en confrontation avec la Turquie pour eux. Mais ce sont les Russes qui ont dit à Erdogan d’arrêter son armée alors que nul ne savait jusqu’où il voulait aller.

Aujourd’hui le territoire kurde, appelé la Rojava, est donc tronçonné et l’armée turque y campe, aidée de milices syriennes islamistes qu’elle a embauchées.

Le dernier territoire syrien occupé est la poche d’Idleb au nord-ouest. Cette région fut pendant la guerre le réceptacle des islamistes envoyés là après leur reddition. Les Syriens n’étaient guère favorables à ce scénario que les Russes imposèrent : en garantissant la vie sauve aux islamistes puis l’exil vers Idleb avec leurs familles, ils accélérèrent la fin de la guerre.

Erdogan et Poutine se mirent d’accord sur le maintien de la mainmise turque sur la région, en échange de la mise au pas des milices islamistes. La promesse ne fut pas tenue et aujourd’hui l’ex front al-Nosra, rebaptisé Hayat Tharir al-Cham, règne sur un partie substantielle de la région.

Ce sombre tableau est toutefois tempéré par quelques bonne nouvelles : la Grèce, la Serbie, Chypre et la Hongrie ont rouvert leurs ambassades tandis que l’Egypte et les Emirats Arabes Unis font pression pour un retour de la Syrie dans la Ligue arabe. Mais c’est peu de choses eu égard à la misère qui frappe le peuple syrien.

L’islamisme a été vaincu mais la Syrie paye cher cette victoire.

Article d’Antoine de Lacoste paru dans la Revue d’Histoire Européenne

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

11 réponses à “La Syrie toujours occupée”

  1. Merlin dit :

    L’histoire contemporaine est jalonnée des interventions meurtrières des USA.
    La Syrie et l’Ukraine en sont les exemples les plus récents.

  2. “Mais l’Amérique veille et ne pardonnera jamais à la Syrie d’avoir contrecarré ses plans” arrivé là, j’ai cessé de lire l’article qui perd tout intérêt avec son allure de fake news à la Breizh Info.

    • PL44 dit :

      Pouvez vous préciser votre pensée ?

    • vittori dit :

      Si vous ne pouvez pas lire un article entier comment pouvez-vous prétendre vous faire une opinion et si vous n’êtes pas d’accord de le dire franchement. Au lieu de quoi vous osez dire en franglais: fake news
      quand les mots fausse nouvelle semblaient plus approprié. Pour moi qui ai 78 ans je vous pense plus prétentieux que savant.

    • Vous n’aimez que vos propre vérités ?
      Les USA sont un gendarme meurtrier dans ce monde : c’est un fait pas une “fake news” !!!

  3. Merci à L’Iran et à la Russie, les seuls véritables opposants au Nouvel Ordre Mondial promu par les yankees. La lutte continue

    • PL44 dit :

      Parmi les opposants au NOM il y a aussi, la Chine, la Corée du Nord. Ce qu’on appelle des alliés encombrants.

  4. Jean Pierre RAGEUL dit :

    Les U.S.A. fauteurs de guerres , pays criminel et génocideur. Que Dieu les damne !!!

  5. kaélig dit :

    Les Kurdes toujours les cocus de l’Histoire.
    Lors de la guerre 14-18, les Kurdes et les Arabes ont participé aux cotés des alliés (Anglais, Français, Australiens….) au démantèlement de l’Empire Ottoman. On leur avait promis un Etat (role de Lawrence d’Arabie).
    La victoire assurée, en 1920, 2 nouveaux états sont créés l’Angleterre assure le Protectorat de l’Irak (3 M d’habitants à l’époque, 35 M aujourd’hui) et la France ceux du Liban et de la Syrie (24 M d’hab à ce jour).
    Evidemment pas d’état pour les Cheik arabes ni pour les Kurdes qui vont même se faire bombarder par les Anglais et ce sous le nez du nouvel homme fort de Turquie (Mustapha Kémal Atatürk) qui entreprend le génocide arménien en toute impunité tout comme Erdogan qui continue sa répression des Kurdes.

  6. breizh dit :

    la guerre en Ukraine fait bouger les lignes…

  7. patphil dit :

    occupée par les turcs et les américains, deux pays des droits de l’homme

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Le califat serait « une forme d’État envisageable ! » pour le président de l’Office fédéral allemand pour la protection de la Constitution

Découvrir l'article

International

Immigration en Allemagne : Afflux record de naturalisations en 2023, les Syriens en tête

Découvrir l'article

Sociétal

Islamisme. Les Frères musulmans cherchent à instaurer un califat en Europe en recourant au soft power

Découvrir l'article

Tribune libre

Immigration musulmane en Europe. Quels défis attendent les Européens ?

Découvrir l'article

International

« Allah Akbar ». A Leeds et dans plusieurs zones islamisées d’Angleterre, les gauchistes en perte de vitesse face au vote musulman

Découvrir l'article

International

Italie. Les mosquées clandestines de Rome, terreau de l’islamisme

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Pauline Condomines (Livre Noir) : « Il y a bien des passerelles entre l’extrême gauche et l’islamisme et c’est ce que j’ai découvert lors de mon enquête » [Interview]

Découvrir l'article

Sociétal

Avez-vous peur d’un attentat islamiste en France ? Micro-trottoir signé Vincent Lapierre

Découvrir l'article

International

Boko Haram, la secte terroriste

Découvrir l'article

International

Point de vue. La démocratie britannique a cédé à l’intimidation islamiste

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky