Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grooming gangs au Royaume-Uni. Une enquête ouverte après qu’une femme ait affirmé que la police avait été impliquée dans une affaire à Glasgow.

Les révélations autour des Grooming gangs, ces gangs organisés, principalement composés d’extra-européens (beaucoup de pakistanais) qui ont violé, et mis en esclavage des jeunes femmes blanches durant des années au Royaume-Uni, se multiplient. Et l’on découvre, avec de moins en moins de stupéfaction tant cela se banalise, que bien souvent, les autorités étaient au courant de certains faits, mais silencieuses pour ne pas « apparaitre comme raciste », tandis que certains représentants de l’autorité participaient potentiellement, tout simplement, à ces horreurs, comme le montre le témoignage ci-dessous.

Sky News a enquêté sur les abus sexuels organisés dans la ville et s’est entretenue avec une jeune femme qui a affirmé avoir reconnu un policier qui l’avait agressée sexuellement lorsqu’elle était enfant, parce que c’était le même homme qui venait parfois la chercher et la ramenait chez elle après qu’elle a disparu.

La police écossaise a annoncé qu’elle enquêtait sur des allégations selon lesquelles deux de ses propres agents auraient été impliqués dans un réseau d’abus sexuels sur des enfants à Glasgow en 2014. Les données examinées par Sky News montrent également un énorme fossé entre le nombre d’enfants victimes de l’esclavage moderne qui demandent de l’aide et le nombre de tentatives de poursuites pour ce crime.

Toni Louise, aujourd’hui âgée de 22 ans, a renoncé à l’anonymat pour raconter son histoire. Elle raconte qu’elle a été préparée et vendue à des fins sexuelles par un homme qu’elle croyait être son petit ami. La première fois qu’il lui a dit d’avoir des relations sexuelles avec un autre homme, elle avait 12 ans. Elle raconte : Un jour, il m’a dit : “J’ai besoin que tu fasses quelque chose pour moi. Et tu n’as pas vraiment le choix'”.

Je me suis dit : “Je n’ai pas vraiment envie de faire ça”. Et il m’a dit : ‘C’est trop tard maintenant. Je lui ai déjà dit que tu allais le faire’. Et c’est la première fois que j’ai été vendue pour de l’argent”.

Toni Louise raconte qu’elle a commencé à faire l’école buissonnière. “Au début, je ne devais quitter l’école qu’une ou deux fois par semaine. Puis c’est devenu tous les jours. J’en suis arrivée au point où je ne me rendais même plus à l’école. Il venait me chercher au bout de la rue de ma mère”.

Vendue à 30 hommes par jour

Elle affirme avoir été vendue à une trentaine d’hommes par jour y compris, selon elle, à deux officiers de police.  “Parce que certains d’entre eux m’ont ramenée chez moi lorsque j’ai été portée disparue. Je les ai donc vus en uniforme”.

Elle raconte qu’un policier qui a abusé d’elle à plusieurs reprises sur une période de six mois a même eu une conversation avec sa mère dans la cuisine après l’avoir ramenée chez elle. Selon son récit, le fait qu’il soit l’un de ses agresseurs n’a jamais été mentionné pendant les trajets en voiture.

Toni Louise a fini par s’en sortir, mais elle raconte que la première fois qu’elle l’a signalé à la police, on lui a dit : “Vous avez une imagination débordante pour une petite fille, n’est-ce pas ?”

Dans un premier temps, elle n’a pas signalé les allégations aux policiers, de peur de ne pas être crue. Mais la police de Glasgow a enregistré de nombreux crimes présumés à son encontre, dont 29 viols. Une enquête a été menée mais, bien qu’une personne ait été inculpée, l’affaire n’a pas été portée devant les tribunaux.

Toni Louise a maintenant signalé les incidents présumés à des officiers de police et, dans un communiqué, Police Scotland a déclaré : “Un nouveau rapport d’exploitation d’enfants impliquant des policiers en 2014 a été reçu par Police Scotland le 9 mai 2022. Ce rapport fait actuellement l’objet d’une enquête par des officiers spécialisés de notre unité nationale de lutte contre les crimes sexuels et nous ne sommes pas en mesure de faire d’autres commentaires à ce stade. Nous souhaitons rassurer toute personne ayant été victime d’un crime sexuel en lui disant que le temps n’est pas un obstacle à la dénonciation et que toutes les allégations feront l’objet d’une enquête approfondie, quelle que soit l’identité de l’auteur de l’infraction.»

Il y a vingt ans, l’organisation caritative Barnardo’s a suggéré pour la première fois qu’une centaine d’enfants était vendue à des fins sexuelles à Glasgow. Au fil des ans, les inquiétudes ont refait surface, en particulier dans le quartier de Govanhill. Lorsque Sky News a commencé à enquêter sur cette affaire il y a trois ans, une travailleuse du sexe locale, “Beth”, a déclaré avoir vu un enfant vendu à des fins sexuelles dans l’une des banlieues les plus pauvres de Glasgow.

Elle a déclaré à Sky News : “Elle avait l’air d’avoir 13 ou 14 ans. Elle était très mince, très petite. Je voyais bien qu’elle travaillait. Je me suis donc approchée d’elle et je lui ai demandé si elle allait bien, mais elle n’a pas voulu me parler et s’est éloignée de moi comme si elle avait peur de moi. Je lui ai demandé si elle travaillait. Et cet homme est sorti de nulle part, absolument de nulle part, et a dit ‘elle va bien. J’ai dit ‘non, je me demandais juste si elle allait bien’ et il a répondu ‘elle va bien’. J’ai demandé si vous étiez avec elle et il m’a répondu : “Oui, je suis son oncle”.

Abusée dès l’âge de huit ans

Une autre victime présumée, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré à Sky News qu’elle avait été abusée dès l’âge de huit ans, d’abord par un commerçant local.

Elle a déclaré : “Ils me donnaient à boire à un jeune âge. Du jus de fruit, de la glace, parce qu’on n’avait pas grand-chose. Nous n’avions pas d’argent pour acheter des glaces”.

Les friandises des enfants se sont transformées en drogues puis en abus sexuel d’un individu dans l’arrière-boutique puis en exploitation régulière par des groupes d’hommes, dans des propriétés à travers Govanhill. L’une de ces propriétés se trouvait dans la même rue que celle où Toni Louise dit avoir été régulièrement abusée, bien que les deux femmes ne se soient jamais rencontrées.

Les enfants victimes de cet esclavage moderne sont le plus souvent impliqués dans des activités criminelles telles que la vente de drogues, les filles étant le plus souvent vendues à des fins sexuelles. L’analyse par Sky News des données nationales en Écosse a révélé qu’en trois ans, 349 enfants ont fait l’objet d’une décision fondée sur des “motifs raisonnables” dans le cadre du mécanisme national d’orientation (MRM) en tant que victimes de l’esclavage moderne. Pourtant, les données relatives à cette période ne font état que de huit tentatives de poursuites – et d’aucune condamnation.

La situation n’est pas meilleure dans le reste du pays. Au Royaume-Uni, plus de 18 000 mineurs ont fait l’objet d’une décision du NRM fondée sur des “motifs raisonnables” entre 2016 et 2021. Pourtant, au cours de la même période, le Crown Prosecution Service n’a mené à bien que 185 poursuites liées à l’esclavage moderne impliquant un enfant victime – avec un taux de condamnation de 51 %.

Qui paiera sérieusement l’addition un jour ? Sur ce sujet, silence radio des féministes et des organisations gauchistes en tout cas…cherchez pourquoi.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Grooming gangs au Royaume-Uni. Une enquête ouverte après qu’une femme ait affirmé que la police avait été impliquée dans une affaire à Glasgow.”

  1. Gaï de ROPRAZ dit :

    Regardez leurs tetes ! Nous ne sommes pas de la même race. Ce n’est pas du racisme primaire, mais une constatation ethnique. Présentement nous sommes au-devant de l’éternel problème de l’envahissement par des races qui ne sont pas les nôtres, et qui n’ont strictement aucune relation, affinité, croyance, intérêt, ou simplement moeurs, attitudes, ou mode de vie, par rapport aux nôtres. Ce sont des humains, oui, mais dont on n’a strictement aucun besoin. Qu’ils aillent vivre, ou crever sur leurs terres, mais surtout pas sur les nôtres.

  2. domper catalan français dit :

    Quelque soit l’origine de ces ” monstres ” on constate que leur trafic d’ êtres humains et pire quand ce sont des enfants a duré des années sans que personne ne bouge….alors puisque tout se fait dans le secret absolu, rien n’ empêchait des parents dignes de ce nom d’ ” éliminer ” ces vermines définitivement et on aurait conclu à un règlement de comptes vu le profil des victimes !!

  3. alienor dit :

    ce qui me frappe à chaque fois, c’est le regard “brillant d’intelligence” de ces personnes qui, oui, ne sont pas comme nous, comme le dit si jutement Gaï de ROPRAZ

  4. patphil dit :

    la police était au courant, d’ailleurs le gars qui a dénoncé ces faits (je ne me souviens plus de son nom) a été mis en prison quelques mois! aujourd’hui avec un maire de londres et un premier ministre écossais qui sont pakistanais, et un premier ministre du royaume uni qui est indien, qu’espérer? 600.000 migrants illégaux cette année…

  5. Corlou dit :

    Loi du talion voilà comment il faut pratiquer avec tous ces profils !! D’ailleurs au Pakistan pays pratiquant un islam souvent rigoriste ces gens ne risquent-ils pas la mort avec des pratiques pareilles ? La charia ! Dans ce cadre appliquons donc la charia vis à vis de ces musulmans qui pour certains sont sans doute de plus nés dans des familles croyantes .

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Plus de 10 000 migrants traversent la Manche : un record pour 2024, l’immigration au cœur des législatives britanniques

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte de l’Écosse : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

Immigration, International

Royaume-Uni. Les demandeurs d’asile bangladais déboutés bientôt remigrés

Découvrir l'article

International

Immigration au Royaume-Uni. Le rapport choc.

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. L’écart se resserre en United Rugby Championship (URC)

Découvrir l'article

A La Une, Economie, International

Royaume-Uni. Contrairement à ce qu’indique la doxa gauchiste, les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration clandestine. L’Irlande veut renvoyer des migrants au Royaume-Uni, Londres s’y oppose

Découvrir l'article

Rugby, Sport

URC Rugby. Les Glasgow Warriors seuls en tête, le Leinster humilié

Découvrir l'article

Immigration, International

Royaume-Uni. L’expulsion des clandestins vers le Rwanda enfin validée par le Parlement

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. Le Munster en costaud chez les Bulls, le Leinster piégé chez les Lions, Glasgow recolle : le résumé de la 14ème journée d’URC

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky