page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Suivi de l’écosystème du golfe de Gascogne : autant de sardines, deux fois moins d’anchois et d’étonnants bancs de crabes nageurs

La campagne annuelle Pelgas s’est achevée le 30 mai dernier. Côte à côte, le Thalassa, navire de la Flotte océanographique française opérée par l’Ifremer, et deux navires de pêche professionnelle ont sillonné ensemble pendant un mois le golfe de Gascogne. Leur objectif : évaluer l’abondance des petits poissons pélagiques (ou poissons bleus) comme l’anchois et la sardine et caractériser leur écosystème. Les scientifiques de l’Ifremer livrent ici les tendances observées ce printemps.

D’après les indices d’abondance récoltés pendant la campagne Pelgas, la biomasse  de sardines n’a pas évolué depuis l’année dernière et reste à un niveau moyen. Les sardines pêchées sont globalement très jeunes : 80 % ont entre 1 et 2 ans. Aucun individu de 6 ou 7 ans n’a été observé, contrairement à ce qui était le cas il y a encore quelques années ; leur absence témoigne de la fragilité de cette population. Un mauvais recrutement, c’est-à-dire une part trop faible de jeunes sardines qui atteignent l’âge d’un an, pourrait ainsi suffire à causer son effondrement.

« La biomasse d’anchois a quant à elle été divisée par deux entre 2022 et 2023, constate Erwan Duhamel, chercheur en halieutique et co-responsable de la campagne Pelgas. Nous restons au-dessus du niveau critique des années de 2005 à 2009 où la pêche à l’anchois avait été fermée. Mais nous devons rester vigilants sur cette population. Les informations des collègues scientifiques espagnols seront utiles pour comparer et compléter nos analyses. »

Comme l’année dernière, la biomasse de chinchards reste à un niveau très bas. Cette espèce grandit moins vite que la sardine et l’anchois. Faute d’un bon recrutement de jeunes chinchards ces dernières années, la population décline doucement. Depuis 2022, elle est classée comme « effondrée » par le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) qui a recommandé pour 2023 de ne plus pêcher cette espèce depuis la Galice jusqu’en Ecosse.

Peu de sprats ont été observés. Ce poisson, comme les jeunes anchois, aime particulièrement des eaux dessalées. Or cette année, les taux de salinité mesurés étaient plutôt élevés, comme l’an passé. L’hiver et le printemps ont été peu pluvieux ce qui explique le peu d’eau douce apporté par les fleuves à la côte. Les jeunes sprats ont probablement passé le printemps au fond des estuaires là où la salinité était plus basse.

Un fait marquant cette année est l’observation de bancs et de couches de crabes nageurs, des animaux qui vivent dans la colonne d’eau à la différence de la plupart des autres espèces de crabes qui vivent sur le fond. « Nous observons chaque année ces crabes mais nous ne les avions jamais vu aussi nombreux et organisés en bancs. Nous avons aussi vu beaucoup d’animaux planctoniques gélatineux notamment des salpes. Et depuis juin, les pêcheurs nous disent remonter aussi beaucoup de méduses. La présence de ces crabes, méduses et salpes en quantités importantes indique un possible changement de l’écosystème, explique Erwan Duhamel, ajoutant que : il y a encore quelques années, on considérait qu’une année sur 4 était une « année à méduses » ; maintenant c’est pratiquement le cas tous les ans ».

Dernier point sensible : l’absence de maquereau espagnol (à ne pas confondre avec le maquereau commun dont la population se porte plutôt bien). Comme en 2022, peu d’individus ont été observés pendant la campagne, il est donc impossible d’évaluer leur biomasse. L’espèce semble avoir déserté l’Atlantique nord-est, de la Mauritanie à la Bretagne. Les causes de cette raréfaction sont à l’étude.

Les scientifiques et les pêcheurs professionnels collaborent pour tendre vers une pêche durable

Chaque printemps depuis l’année 2000, le Thalassa et deux navires de pêche professionnelle réalisent une centaine d’opérations de pêche pour évaluer la biomasse des petits poissons pélagiques dans le golfe de Gascogne. Techniquement, les sondeurs acoustiques des navires permettent de détecter et de quantifier la densité des bancs de poissons. Le chalut pélagique du Thalassa est utilisé pour identifier les échos des poissons détectés, permettant de traduire les échos acoustiques en tonnes de poissons. Les pêcheurs professionnels réalisent quant à eux des chalutages supplémentaires ciblés sur des échos détectés par le Thalassa, qui aident à identifier les différentes espèces présentes. Les poissons prélevés sont triés à bord, mesurés et pesés. Les scientifiques déterminent également leur âge. D’autres données sont aussi collectées pendant la campagne sur l’ensemble de l’écosystème pélagique, afin de comprendre comment ces poissons bleus interagissent avec leur environnement physico-chimique (température, salinité, etc.), leurs proies planctoniques et leurs prédateurs (mammifères marins et oiseaux).

L’action conjointe des scientifiques et des pêcheurs permet d’obtenir des indices d’abondance précis, d’évaluer finement l’état de ces populations pour atteindre l’objectif d’une gestion durable des pêcheries des petits poissons pélagiques. Certaines données collectées, notamment pour l’anchois et le chinchard, sont utilisées par l’Union européenne pour définir les quotas de pêche. Les campagnes Pelgas sont co-financées par l’Union Européenne (notamment via le Fonds européen pour les affaires maritimes, la pêche et l’aquaculture – FEAMPA), le secrétariat d’Etat chargé de la Mer et l’Ifremer.

Plus d’informations sur https://www.ifremer.fr/

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Suivi de l’écosystème du golfe de Gascogne : autant de sardines, deux fois moins d’anchois et d’étonnants bancs de crabes nageurs”

  1. Annie Louedec dit :

    Bonjour la sardine se dégénère ok avant on les nourrissaient avec de la rogue réflexions,?

  2. Annie Louedec dit :

    La sardine elle ne s’alimente plus comme dans les années 60 où on les alimentais avec de oeufs de morues sales appelé la rogue les sardines étaient plus grosses toutes l’année

  3. Leverrier Franck dit :

    Et pour le thon rouge ou de nombreuses chasses sont vue par les pecheurs proffessionels de normandie ??? D années en années toujours plus présent et sur une periode plus grande????

  4. JBG dit :

    Les œufs de morues ( rogue) utilisé uniquement comme appât.elle était pêche six mois de l année où ce situe le repos biologique pour l ensemble de l halieutiques ? Dans les années 60 la saisonnalité était dans leurs gènes afin d éviter de couper la branche !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Environnement

Une campagne scientifique à la voile pour récupérer les profileurs Argo dans l’Atlantique Nord (NAARCO)

Découvrir l'article

Environnement

Jusqu’à 200 nouvelles espèces cachées dans les sédiments marins bientôt décrites grâce à l’IA et l’imagerie 3D

Découvrir l'article

Environnement

L’Ifremer célèbre 40 ans d’engagement pour l’Océan, des abysses à la surface, de la côte au large

Découvrir l'article

Economie, Environnement, LORIENT, Sociétal

Surpêche. 20 % des poissons débarqués en France seraient concernés [Vidéo]

Découvrir l'article

Environnement

Comment la recherche contribue-t-elle à mieux comprendre et à réduire les captures accidentelles de dauphins ?

Découvrir l'article

Environnement

Pêche. 56 % des volumes de poissons débarqués en 2022 proviennent de populations exploitées durablement

Découvrir l'article

Environnement

Comment répondre au défi d’une aquaculture marine durable ?

Découvrir l'article

Economie, Environnement

Dauphins. Les marins-pêcheurs dans les filets du Conseil d’État

Découvrir l'article

Environnement

L’Ifremer et Seaturns testent un prototype pour transformer les vagues en énergie

Découvrir l'article

Environnement

Comprendre les interactions entre les dauphins, leurs proies et les pêcheurs : le projet Delmoges livre ses premières conclusions

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky