Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Point de vue. Tour d’horizon de l’ascension des droites conservatrices en Europe

C’est le printemps du national conservatisme en Europe, au grand dam de la gauche et de l’establishment bruxellois. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, le vent souffle à droite. Notre confrère Dieter Stein dresse – avec sa propre sensibilité – un tour d’horizon politique pour The European Conservative, traduit par nos soins.

En Italie, Giorgia Meloni s’est imposée comme une dirigeante intelligente et rigoureuse. Sa coalition de droite s’avère beaucoup plus stable, plus ciblée et plus responsable sur le plan budgétaire que ce à quoi beaucoup s’attendaient. En Espagne, les récentes élections régionales et locales ont permis au Partido Popular (PP) conservateur de remporter d’énormes victoires et ont contraint le Premier ministre socialiste Sanchez, humilié, à convoquer un scrutin éclair pour le mois de juillet, scrutin qui ne s’est toutefois pas déroulé comme les observateurs le pensaient.

Un peu plus au nord, la Française Marie Le Pen est actuellement en tête des sondages face au président Macron, qui semble de plus en plus éloigné des préoccupations de son peuple. La Scandinavie évolue également vers la droite. Les Démocrates de Suède ont brisé le cordon sanitaire qui les entourait après avoir éliminé certains éléments plus extrêmes. Ils sont désormais le deuxième parti au Riksdag et font indirectement partie du gouvernement à Stockholm. La Finlande a également pris un virage à droite. Les électeurs ont évincé le gouvernement progressiste et “réveillé” de Sanna Marin lors des élections d’avril. La coqueluche des médias européens, Sanna Marin, est sur le point d’être remplacée par un successeur conservateur, qui gouvernera au sein d’une coalition avec le parti de droite des Finlandais, arrivé en deuxième position lors des élections.

En Autriche, le Parti de la liberté (FPÖ) est actuellement en tête des sondages et a formé une troisième coalition régionale avec le parti de centre-droit Österreichische Volkspartei (ÖVP). On sent les sueurs froides de la gauche viennoise à l’idée que le patron du FPÖ, Herbert Kickl, ait une chance réaliste de devenir le prochain chancelier autrichien. Kickl est un allié politique de Viktor Orbán dans la Hongrie voisine, qui résiste à tous les efforts de Bruxelles pour l’accaparer.

La déclaration triomphante du London Times, qui titrait l’année dernière que “le populisme a été victime de la pandémie de COVID“, semble aujourd’hui prématurée et mal jugée. Certes, au niveau mondial, la pandémie a détrôné quelques grands fauves de la droite populiste, comme Trump aux États-Unis et Bolsonaro au Brésil. Donald Trump a été tourné en dérision comme un clown déséquilibré se déchaînant sur les élections truquées ; les républicains américains ont semblé divisés et affaiblis après son départ.

En Europe, les populistes ont été définitivement marginalisés – c’est du moins ce qu’ont prétendu les observateurs hostiles. Bien au contraire, depuis la fin des politiques sanitaires folles, les problèmes non résolus sont revenus sur le devant de la scène politique, donnant un coup de fouet aux partis populistes de droite partout dans le monde. Tout d’abord, la résurgence des pressions migratoires : les chiffres records de l’immigration aggravent la pénurie de logements et attisent les tensions culturelles. En outre, la guerre de la Russie en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie ont alimenté l’inflation et fait baisser le niveau de vie, mettant les ressources financières de nombreux pays à rude épreuve.

Le programme woke de la gauche, avec toutes ses guerres culturelles, ses attaques contre la famille traditionnelle et ses étranges politiques identitaires et (trans)sexistes, a provoqué une réaction brutale chez les hommes et les femmes ordinaires (et pas seulement chez les “vieux hommes blancs”) qui ne tolèrent plus les leçons, la condescendance ou la rééducation. Enfin, l’arrogance de l’establishment gauche-libéral et “vert” de la politique et des médias, qui veut imposer ses “grandes transformations” aux sociétés européennes, est contestée par une opposition populiste soutenue par des courants sociaux longtemps négligés. De plus en plus, ces forces politiques défiantes ont compris la nécessité de se connecter et de travailler en réseau au niveau international.

Nous assistons à l’émergence d’une “Internationale conservatrice”. C’est ce que j’ai pu constater lors de ma visite à la Conservative Political Action Conference (CPAC), qui s’est tenue à Budapest en mai dernier. Plus de 600 conservateurs d’Europe et d’Amérique du Nord se sont rencontrés et ont discuté de questions urgentes, cherchant un terrain d’entente et une compréhension commune. Il semblait y avoir un large consensus sur l’opposition à l’immigration de masse et à la promotion agressive de l’idéologie du genre.

Le Premier ministre hongrois, M. Orbán, a ouvert l’événement avec le slogan suivant : “Pas de migration, pas de genre, pas de guerre“. Cependant, ce qu’il entendait exactement par “pas de guerre” est resté incertain. Il a ostensiblement évité d’expliquer plus en détail comment il comptait mettre fin à la guerre en Ukraine. Cela s’explique sans doute par le fait que sa position sur la Russie et son agression est actuellement la question qui divise le plus les mouvements conservateurs et de droite en Europe et au-delà.

Cette question a également presque brisé l’ancienne alliance du groupe de Visegrád. D’un côté, le parti polonais au pouvoir, Droit et Justice (PiS), préconise un soutien militaire aussi important que possible à l’Ukraine assiégée ; de l’autre, on trouve la position ambivalente d’Orbán à l’égard du régime de Poutine. C’est pourquoi M. Orbán a probablement jugé préférable de ne pas aborder cette question controversée lors de la CPAC Hongrie.

Inspirée d’une conférence politique annuelle fondée par les républicains américains dans les années 1970, la deuxième édition de CPAC Hungary a été un succès, mais elle a également mis en évidence les faiblesses organisationnelles des partis de droite européens, qui ne peuvent mettre sur pied une convention supranationale similaire sans l’aide de l’autre côté de l’Atlantique. La conférence sur le national-conservatisme qui s’est tenue à Londres deux semaines plus tard, par exemple, était également une exportation des États-Unis, à l’initiative de la Fondation Edmund Burke.

En Europe, les partis qui mettent l’accent sur l’État-nation éprouvent des difficultés particulières à se regrouper et à trouver un terrain d’entente. Ils manquent également de symboles communs. C’est ce que l’on a pu constater à Budapest. Dans le centre de convention futuriste situé sur les rives du Danube, on pouvait voir des bannières étoilées d’inspiration américaine, mais pas de drapeaux européens.

Les médias progressistes se sont alarmés de la tenue d’un rassemblement “national conservateur international” à Budapest. Pour eux, la Hongrie est l’épicentre de la résistance “illibérale” contre la transformation “woke” des sociétés traditionnelles. En effet, Orbán est le seul homme politique de premier plan de la famille des partis chrétiens-démocrates européens à dénoncer la gauche pour les guerres qu’elle mène contre notre culture. Il n’hésite pas à attaquer l’ennemi.

Le dénominateur commun à la CPAC de Budapest et à la conférence du National Conservatism de Londres était l’engagement en faveur d’États-nations forts et contre l’obscur “capitalisme éveillé” mondialiste des grandes entreprises détourné par les forces culturelles gaucho-libérales. “Nous sommes attaqués”, a déclaré le premier ministre hongrois à Budapest. Les sociétés occidentales sont attaquées par un “virus idéologique éveillé” qui, selon lui, a été développé dans les “laboratoires libéraux-progressistes” pour cibler notre talon d’Achille : la nation.

Il semble impensable qu’une telle conférence puisse se tenir, par exemple, à Berlin. Malgré les discours sur la “tolérance” et la “diversité” dans la capitale allemande, les mouvements d’opposition non conformes à la droite font l’objet d’une persécution et d’une répression incessantes en Allemagne. Cette répression n’est pas seulement le fait des violents Antifa, qui font pression sur les propriétaires pour qu’ils ne louent pas de salles pour des événements conservateurs, à tel point que le parti de droite allemand Alternative für Deutschland (AfD) a eu du mal à trouver des espaces convenables dans des hôtels ou des salles pour des conventions à Berlin. Les médias dominés par les rouges et les verts dénigrent également de manière éhontée toute tentative des conservateurs traditionnels de rencontrer d’autres politiciens de droite, pourtant démocratiquement élus.

Pendant longtemps, un vide politique a existé à droite en Allemagne. Même si ce vide a été comblé par l’AfD à la suite du glissement vers la gauche de l’Union chrétienne démocrate (CDU) de Mme Merkel, l’establishment allemand ne parvient toujours pas à accepter l’émergence d’un nouveau parti d’opposition. D’ailleurs, malgré toute cette diabolisation, l’AfD occupe la troisième place dans les sondages actuels, devant les Verts, qui ont été secoués par un scandale de népotisme et des accusations de corruption au sein du ministère de l’économie et du climat. Malgré cela, la domination des forces progressistes dans les universités, les médias et surtout les chaînes publiques est écrasante, voire hégémonique. Berlin est l’épicentre du progressisme Woke en Allemagne.

À cet égard, les conservateurs d’autres pays identifient à juste titre l’Allemagne comme le problème central de la politique européenne. Les leçons de Bruxelles et l’autorité qu’elle exerce sur les gouvernements conservateurs d’Europe centrale et orientale sont considérées à juste titre comme un écho du célèbre hypermoralisme allemand, toujours désireux de donner une leçon aux autres – aujourd’hui à la manière moderne des “éco-éveillés”.

Sur la question clé de l’immigration de masse, Berlin a longtemps déstabilisé le continent en n’agissant pas de manière décisive et en empêchant la mise en place d’un système efficace de contrôle des frontières. L’Allemagne reste le pôle d’attraction de l’immigration dans le système de protection sociale. Le reste de l’Europe, en particulier les pays du sud et de l’est, a été laissé à lui-même pour faire le sale boulot de contrôle des flux migratoires aux frontières extérieures, tout en étant traité de raciste pour cela.

Les prochaines élections au Parlement européen, qui se tiendront dans un an en juin, offrent à la droite européenne une occasion unique de démontrer qu’elle est une force avec laquelle il faut compter. Actuellement, le Parlement compte deux grands groupes de droite concurrents : le groupe national-conservateur des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) et le groupe Identité et Démocratie (ID), plus une douzaine de membres du Fidesz non affiliés au Parlement européen. Si tous les partis qui forment actuellement ces deux factions s’unissaient, une droite alliée obtiendrait facilement entre 140 et 150 sièges à Bruxelles, remportant ainsi la deuxième place, juste derrière le Parti populaire européen (PPE) et loin devant le groupe des socialistes et démocrates, en difficulté, qui occupe la troisième place. Une faction unie constituerait une “église large” des différents courants de la droite.

Cependant, il est peu probable que cela se produise. Les divergences d’opinion sont trop nombreuses sur l’euro et les politiques de la Banque centrale européenne, sur les transferts fiscaux et les subventions, et – surtout en ce moment – sur la Russie. Les animosités et rivalités nationales personnelles et de longue date font également obstacle. Varsovie a même présenté des demandes totalement irréalistes de réparations pour la Seconde Guerre mondiale. Jusqu’à présent, l’incapacité à trouver un terrain d’entente et un compromis a empêché la formation d’une grande faction de droite unie qui pourrait contrer efficacement les gauchistes, les pseudo-libéraux et les centristes de l’establishment bruxellois.

Les divisions au sein de la droite signifient que la gauche l’emporte. Ce qu’il faut, c’est plus de dialogue, plus d’écoute, plus d’apprentissage mutuel et plus d’appréciation réciproque des sensibilités et des approches nationales distinctes. Supposons que les mouvements de droite veuillent vraiment se montrer à la hauteur de leur responsabilité historique – défendre la civilisation occidentale, les identités nationales et les États-nations souverains d’Europe – dans un monde multipolaire de plus en plus dangereux. Dans ce cas, il est temps de dépasser les petites querelles internes. Une coopération plus étroite au sein de la droite européenne pourrait réellement faire la différence.

Dieter Stein

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Point de vue. Tour d’horizon de l’ascension des droites conservatrices en Europe”

  1. Hubert RICHARD dit :

    Je rentre des Pays Baltes, comme dans pas mal de pays, il n’y a pas d’immigrés, tous les travaux quels qu’ils soient sont faits par les gens de ces pays. Mais, en France, on préfère payer 5 millions de chômeurs en payant moins cher les étrangers. Les patrons payent moins cher leurs travailleurs, et le contribuable payent les chômeurs. Le travail étant un marché, si on interdisait les immigrés, il y aurait ces travaux acceptables pour les Français, car les salaires de ces soi-disant travaux que les Français ne veulent pas faire, deviendraient mieux payés et seraient pris par des Français.

  2. Staretz dit :

    La gauche n’a pas vraiment à s’inquiéter de l’arrivée de Meloni.
    Elle a déjà trahi ses promesses, elle a le pouvoir, elle est contente mais les italiens rament avec un pays en crise et une invasion migratoire qui n’est pas prête à être jugulée.
    Dire que certains l’accusaient d’être un avatar de Mussolini, les c…!
    Les français ont intérêt à être vigilant, Le Pen, la Méloni française a déjà reculé sur tout l’euro, l’Europe, l’atlantisme… pauvre de nous !…

  3. Jean-Paul SAINT-MARC dit :

    En Espagne, le PP a joué les droites moles, demandant au PSOE de le laisser gouverner sans VOX.
    Avec 171 voix, il sera à la merci du moindre caprice du PSOE qui de toute façon sera appuyé par SUMAR et tous les indépendantistes…

  4. patphil dit :

    la “droite” conservatrice de mme méloni est donc dans la lignée précédente, on se fait élire sur un programme (anti invasion migratoire) qu’on abandonne une fois au pouvoir

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Culture, Culture & Patrimoine, Immigration, Politique

Le Conseil de l’Europe communique sur “les discriminations linguistiques en Europe” en ne parlant… que des migrants

Découvrir l'article

A La Une, International

J.D. Vance (sénateur Républicain de l’Ohio) : « J’aimerais que les élites européennes écoutent leurs citoyens pour une fois »

Découvrir l'article

BREST

Incendies de voitures à Brest : une vague inquiétante touche la ville

Découvrir l'article

A La Une, International

Les élections en Europe en 2024 : une bataille entre plusieurs « tribus »

Découvrir l'article

A La Une, International

Europe : quand la gauche gouverne avec les nationalistes.

Découvrir l'article

International

Des violences durant la Saint-Sylvestre dans toute l’Europe occidentale

Découvrir l'article

International, Sociétal

Expatriation : elle tente 1 jeune Français sur 2 mais pas les électeurs de Macron

Découvrir l'article

International

La Bascule du monde : quelques données économiques à prendre en compte

Découvrir l'article

Economie

4 milliards d’euros de vaccins COVID périmés jetés en Europe

Découvrir l'article

International

Révision de la directive miel : le parlement européen a tranché

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍