Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une nouvelle Irlande est désormais inévitable, selon un membre fondateur du DUP (unioniste)

Une “nouvelle Irlande” est désormais inévitable et l’unionisme a probablement toujours été condamné, déclare Wallace Thompson, membre fondateur du DUP, à Sam McBride dans une interview

Proche de Ian Paisley, membre fondateur du DUP,  le parti unioniste le plus important d’Irlande du Nord, ancien conseiller spécial de Nigel Dodds et protestant évangélique de premier plan, Wallace Thompson estime aujourd’hui qu’une forme d’unité irlandaise est inévitable – et il est prêt à l’envisager. Thompson a eu plusieurs vies. En plus d’avoir été au cœur de la politique unioniste et du christianisme fondamentaliste, il est une figure respectée de l’Ordre d’Orange indépendant et un ancien fonctionnaire de la NIO qui a rédigé un discours clé pour la Reine.

Mais les dernières années de la vie de cet homme de 70 ans pourraient bien être les plus influentes. Le vétéran unioniste est un individu d’une rare honnêteté – honnêteté qui lui a valu des ennuis – et d’une complexité exceptionnelle. Aujourd’hui, après une vie d’unioniste convaincu, cet homme qui, à l’université, faisait partie du même cercle que Sammy Wilson, Jim Allister, Edgar Graham et d’autres unionistes de premier plan, réfléchit sérieusement à l’unité irlandaise.

Avec le recul, il déclare : « L’unionisme en tant que philosophie a probablement toujours été condamné à bien des égards en raison de la nature de l’Irlande, du fait que le nord a été séparé du sud… Aujourd’hui, on se retrouve dans une situation où l’on se demande si l’on doit procéder à une nouvelle partition. Acceptez-vous que l’évolution démographique soit telle que nous devions courir vers les murs et fermer à nouveau les portes ? Ou reconnaissons-nous que nous ne pouvons pas continuer à agir de la sorte ? Nous devons reconnaître qu’il existe des problèmes fondamentaux qui ont toujours existé – depuis des siècles – et que nous devons maintenant reconnaître et tenter de résoudre »

Certains unionistes se sont montrés ouverts à l’idée d’une Irlande unie, mais il s’agissait toujours de modérés. Aucun d’entre eux ne se rapproche du pedigree de Thompson, qui est un unioniste traditionnel convaincu.

Par le passé, M. Thomson fût l’une des figures de proue de la Fondation Caleb, un groupe de pression qui milite contre l’assouplissement des restrictions sur le commerce du dimanche, pour le créationnisme et contre l’avortement. Le Centre britannique pour l’enseignement des sciences l’a accusé, de faire la promotion d’un “fascisme chrétien”.

Son autre organisation, la Société protestante évangélique, est farouchement opposée à l’Église catholique. Mais ce dernier indique : « Je dirais honnêtement que je n’ai aucune opinion anti-catholique ; en fait, j’ai de nombreux amis catholiques que j’estime au plus haut point. Je respecte leurs opinions religieuses ; je respecte leur droit de les avoir ; je ne suis pas d’accord avec eux et je discuterais avec eux [de la théologie]… l’anticatholicisme est une chose terrible, lorsque vous voyez le sectarisme sous sa forme nue, comme nous l’avons vu dans ce pays. Je me suis exprimé à ce sujet ; j’ai condamné les attaques contre les églises catholiques romaines, j’ai condamné les chants sectaires dans un Orange Hall… il y a une grande différence entre cela et une différence d’opinions religieuses/ Les catholiques romains ne doivent en aucun cas craindre les personnes comme moi. Le principal danger, c’est le sectarisme à l’état pur, porté par l’impiété »

Cet homme qui a milité aux côtés de Ian Paisley , leader le plus radical des unionistes d’Irlande du Nord, dès le début s’est assagi, il s’inquiète de l’agressivité des médias sociaux et aspire à la grâce dans le débat public. Il a cherché à prendre les devants. Lorsque Martin McGuinness s’est éteint en 2017, il a écrit sur Facebook : « Il est évident que Martin McGuinness est en train de mourir : Il est évident que Martin McGuinness est gravement malade. Certains s’en réjouissent et espèrent qu’il connaîtra une mort douloureuse et prolongée. Je suis là depuis longtemps et je ne me fais pas d’illusions sur Martin McGuinness… cependant, si nous professons être des protestants évangéliques, nous devons réfléchir aux paroles du Christ qui a dit… “Aimez vos ennemis””.

Né en 1953 dans le Ballymoney d’avant les troubles, Thompson se souvient d’une enfance idyllique. « Nous étions une famille protestante ordinaire, nous n’étions pas particulièrement politisés »

À 15 ans, il se souvient de la marche pour les droits civiques à Londonderry, où la police a attaqué les manifestants. Son point de vue, éclairé par la réaction de son père, était alors que “le monde s’effondrait autour de nous”.  Thompson se souvient d’être allé écouter le Premier ministre réformiste de Stormont, Terence O’Neill, au milieu des années 1960.

« Je pensais qu’avant que les troubles n’éclatent, cet homme parlait avec beaucoup de bon sens. Mais lorsque les troubles ont éclaté… j’ai commencé à penser qu’il s’agissait d’une affaire sérieuse et j’ai été attiré par Ian Paisley sur le plan politique, au début, mais j’ai été fasciné par l’homme… ma foi a été allumée dans un sens évangélique grâce à Ian Paisley »

Il s’installe à Belfast pour étudier à l’université Queen’s, qui est alors un haut lieu de la politique unioniste, nationaliste et radicale. Le DUP moderne, tout comme le Sinn Féin, fait partie de l’establishment nord-irlandais, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Au départ, le Parti unioniste protestant de Paisley, puis le DUP, existaient pour harceler les unionistes officiels.

Après avoir travaillé pour le DUP à ses débuts, il a rejoint la fonction publique.  Il a rédigé le discours prononcé par la Reine en 2000 lorsqu’elle a remis la Croix de St Georges à des policiers de la RUC. Certains de ses mots, prononcés par la Reine, se trouvent aujourd’hui dans le jardin commémoratif de la RUC. Sept ans plus tard, il est entré à Stormont dans un rôle très différent, en tant que conseiller du ministre du DUP Nigel Dodds. Ce traditionaliste a ainsi contribué à crédibiliser le rapprochement de Paisley avec Martin McGuinness.

En 2016, il a voté pour le Brexit et “voterait toujours pour partir“, mais pas si cela signifiait une frontière en mer d’Irlande. Il admet que le Brexit a “échoué” et que “nous sommes dans le pétrin”.

Il admet qu il aurait fallu réfléchir davantage à l’ensemble, mais reste persuadé qu’un arrangement aurait pu être trouvé avec l’UE. En 2019, après la trahison du DUP par Boris Johnson, M. Thompson a déclaré que c’était “presque suffisant pour me faire douter de la valeur de l’Union. Cela venait du cœur. Nous étions comme l’enfant non désiré de la maison. Je m’interroge sur l’avenir de l’Union et je pense que nous devons nous réveiller et le reconnaître. L’empereur est nu »

Il explique que récemment, lors du défilé unioniste des Apprentice Boys à Derry, le consensus était que le DUP ne devait pas retourner à Stormont, le parlement nord irlandais, tant que la frontière maritime n’était pas supprimée. Mais il ajoute : « Ceux qui disent ‘ne revenez pas’ doivent se fixer des objectifs : Combien de temps allons-nous partir – 10 ans, 20 ans, 50 ans… pour toujours ? Et si c’est le cas, quelle est l’alternative ? Quelqu’un a dit qu’il fallait revenir à la position prise par nos pères en 1912. Mais cela impliquait des compromis ; ils n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient »

Il compare cette situation à l’isolement de l’unionisme après l’accord anglo-irlandais de 1985, mais souligne que la situation est bien pire aujourd’hui, car l’économie irlandaise est plus forte et l’unionisme plus faible. Il explique entendre des confrères à lui penser radicalement à l’avenir en privé, “mais il y a si peu de gens prêts à le dire publiquement”.

Thompson se considère sans hésitation comme étant à la fois britannique et irlandais. Il est lié à la Grande-Bretagne par la nostalgie, par “une chose profondément ancrée dans votre psyché, à savoir que vous êtes né et avez été élevé au sein de l’unionisme”, mais surtout par la liberté religieuse qu’il chérit.

Mais il dit aussi : “Je suis né Irlandais. Et les gens de ma communauté disent à nouveau ‘oh non, non, non, nous ne sommes pas irlandais’ – mais nous sommes des Irlandais et il est absurde de croire que nous ne le sommes pas. Nous devons redécouvrir une partie de notre identité irlandaise. Nous nous en sommes complètement débarrassés. Il y a cent ans, nos ancêtres étaient heureux d’être irlandais et d’être perçus comme tels.

Craint-il l’unité irlandaise comme il le faisait dans sa jeunesse ? “Non. Je pense que c’est un animal différent aujourd’hui”, dit-il.

Il n’est toujours pas entièrement convaincu que sa foi et son appartenance à la Grande-Bretagne seraient en sécurité dans une Irlande unie et s’inquiète du fait qu’il est “facile de prononcer des paroles mielleuses”, puis d’abandonner ses engagements. « Le nationalisme en tant que philosophie ne comprend pas la profondeur de certaines de ces choses pour nous… Je crains que nous perdions des choses [dans une Irlande unie], que nous perdions certains des éléments clés de notre identité. Je pense toutefois que nous nous dirigeons inévitablement vers l’unité irlandaise – quand cela arrivera, je ne sais pas, mais je pense qu’il est inévitable que nous nous dirigions vers une certaine forme de nouvelle Irlande. Mais nous devons poser des questions, demander des réponses et parler aux gens. Cela ne veut pas dire que vous pensez que nous nous engageons soudainement dans cette voie. Il se peut que ce ne soit pas le cas. Il se peut que nous décidions de ne pas nous engager dans cette voie. Mais nous fermons les yeux et prétendons qu’il n’y a pas de problème. C’est le problème de l’unionisme : nous sommes dans le déni, un déni permanent. Parler à ces groupes qui réclament une nouvelle Irlande n’est pas pour moi un signe de faiblesse, c’est un signe de force »

M. Thompson estime que le dialogue est essentiel car « l’histoire de l’Irlande n’est qu’un patchwork de malentendus et d’idées fausses où tout n’est que noir et blanc – ou orange et vert – mais ce n’est pas le cas »

Il souligne qu’après avoir discuté de l’unité, il pourrait décider de continuer à soutenir l’Union. Il affirme que certains unionistes le considèrent comme un traître, mais que “lorsque vous parlez aux gens en privé… ils vous diront que nous devons reconnaître qu’il s’agit de réalités auxquelles nous devons faire face”.

Lorsqu’il fait de tels commentaires, il y a des gens dans les partis unionistes, les ordres loyaux et les églises qui lui disent : “Vous avez raison, mais nous ne pouvons pas le dire”.

Il affirme que la décision de Paisley d’accepter un partage du pouvoir avec le Sinn Féin a été “extrêmement importante” dans sa nouvelle volonté d’envisager l’unité irlandaise. Dans le contexte général de l’histoire de l’Irlande du Nord, il est étonnant que Ian Paisley – le plus virulent des dirigeants unionistes – ait joué un rôle dans la persuasion de l’un de ses plus fidèles partisans d’envisager l’unité irlandaise.

Les choses bougent petit à petit en Irlande du Nord.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine
Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Une nouvelle Irlande est désormais inévitable, selon un membre fondateur du DUP (unioniste)”

  1. Coligny dit :

    Une Irlande unie sous l’empire du wokisme ! Bel avenir ! L’Eire est devenue le réceptacle de toutes les idées progressistes venues d’Outre-Atlantique. Comme l’avait si justement dit dans les années septante le travailliste Conor Cruise O’Brien, un temps ministre des affaires étrangères il y a deux nations sur la terre d’Irlande.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Irlande. Des candidats anti-immigration élus à Dublin lors d’élections locales : une première historique

Découvrir l'article

Histoire, Politique

À la découverte de l’Irlande : Héritage, Revendications et Avenir

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte des Cornouailles britanniques : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

Immigration, International, Justice, Sociétal

Irlande. Les opposants à l’immigration ne peuvent compter ni sur la police, ni sur les médias… [Vidéo]

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte de l’Irlande : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

Immigration

L’Irlande se réveille ! Des milliers de patriotes irlandais manifestent dans le centre de Dublin pour protester contre l’arrivée massive de migrants en Irlande.

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration clandestine. L’Irlande veut renvoyer des migrants au Royaume-Uni, Londres s’y oppose

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Troubles en Irlande du Nord. Freddie Scappaticci, un agent double au coeur de l’IRA

Découvrir l'article

A La Une, International

Le ministre irlandais affirme que 80 % des immigrés clandestins arrivent par le Royaume-Uni

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky