Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

José Antonio Fúster : « Au milieu de la décennie 1990, nous avions seulement environ 3 ou 4 % d’étrangers vivant en Espagne » [Interview]

José Antonio Fúster est un élu du parti nationaliste espagnol Vox au sein du Parlement de la communauté de Madrid. Lionel Baland l’a rencontré et interrogé pour Breizh-info. 

Breizh-info : Quand avez-vous été élu au sein de l’assemblée régionale de Madrid ? 

José Antonio Fúster : J’ai été élu en mai 2023 et je suis entré en fonction le mois suivant. Je suis un porte-parole, au sein de l’assemblée, pour l’enseignement, la science, l’université et la culture

Breizh-info : Avez-vous auparavant été membre de la formation conservatrice Parti Populaire ? 

José Antonio Fúster : Absolument pas ! Jamais ! Je n’ai jamais entretenu de liens avec le Parti Populaire. J’ai affronté ses cadres. J’ai été toute ma vie un journaliste. Au cours des trois dernières années, j’ai pris part à la fondation Disenso, qui est le laboratoire d’idées [think tank] de Vox. Cette formation politique m’a demandé de participer aux élections pour le Parlement de la communauté de Madrid. J’ai hésité puis accepté.

Breizh-info : L’immigration en provenance de pays du tiers-monde est un phénomène relativement récent en Espagne, en comparaison avec la France et l’Allemagne. 

José Antonio Fúster : Au milieu de la décennie 1990, nous avions seulement environ 3 ou 4 % d’étrangers vivant en Espagne. La plupart d’entre eux étaient des citoyens britanniques fuyant la pluie de leur île afin de jouir du soleil ibérique.  

Deux cités espagnoles se trouvent en Afrique, Ceuta et Melilla, et les frontières entre ces villes et le Maroc étaient, dans les années 1970 et 1980, hautes d’un mètre et personne ne sautait par-dessus. Nous devons demander au Royaume du Maroc pourquoi des ressortissants de ce pays franchissent cette barrière, qui est désormais haute de plusieurs mètres et surmontée de fils de fer barbelés, et pourquoi ce pays utilise l’immigration en tant qu’arme politique.  

Les élites mondialistes d’Europe et des États-Unis estiment que nous devons, en tant que nation, liquéfier notre identité. L’hiver démographique frappe frontalement l’Espagne catholique qui est le pays d’Europe qui a le moins d’enfants par femme. 

Breizh-info : Est-ce pire qu’en Italie ? 

José Antonio Fúster : Oui, c’est pire qu’en Italie, au Portugal et en France. Si nous acceptons l’idée que nous avons besoin de migrants car le nombre d’habitants et de jeunes est en déclin, alors nous avons la possibilité d’accueillir des individus issus des 600 millions de personnes dans le monde qui parlent espagnol et qui sont comme nous. Elles sont hispanophones et pensent comme nous. Je suis un frère pour un Argentin, un Bolivien, un Équatorien, … Ils ont peut-être une autre couleur de peau, mais cela n’a pas d’importance. Ils connaissent le concept de la nation et de l’État de droit. Leur culture est la nôtre. Notre culture est la leur. En conséquence, ils peuvent venir en Espagne et s’assimiler très facilement. 90 % du chemin de leur intégration est déjà parcouru. Ils sont prêts pour le travail. Pendant ce temps, nous avons en Espagne deux millions de personnes, principalement des musulmans, qui ne sont pas intégrées et qui sont très loin de l’être. Certains prétendent que des musulmans sont insérés. Bien entendu, mais le pourcentage des personnes qui le sont est faible, mais avec toutes les données et recherches dont nous disposons dans d’autres pays, car en Espagne celles-ci sont quasi-inexistantes, nous savons que l’intégration a une limite. Quelle est la limite ? Ce ne sont pas les immigrés qui doivent la déterminer, mais nous. Nous ne devons pas nous laisser imposer leurs choix qui consistent à prétendre : « Ceci est notre culture ! », « L’Espagne n’est pas notre nation ! », « Nous décidons de la façon dont nos enfants doivent être éduqués ! », « Les femmes ne sont pas égales aux hommes ! », … Certains prétendent que cela correspond aux traditions et coutumes de ces immigrés et que nous devons les respecter. Non ! Si nous avons besoin de migrants, nous avons à notre disposition un énorme marché composé de personnes facilement intégrables. Pourquoi avons-nous cette politique de frontières ouvertes depuis l’Afrique ? Quels intérêts servons-nous ? Quels intérêts globaux défendons-nous ? Pas les nôtres, mais ceux de Bruxelles, de Washington et même éventuellement de Péking, et certainement pas ceux de Madrid. Nous estimons que les Espagnols doivent protéger leur sol et l’hispanité. 

Breizh-info : Les immigrés sont-ils plus présents dans certaines parties de l’Espagne que dans d’autres ? 

José Antonio Fúster : Cela constitue un autre problème que nous devons résoudre. Au cours des années 1980 et 1990, en Catalogne, une forte émigration en provenance d’autres régions d’Espagne a eu lieu car cet endroit est plus industrialisé que les autres. Ce mouvement de population s’est fait à l’encontre des idées séparatistes visant à créer des structures d’une future nation catalane. Si vous avez 1,5 million d’Andalous en Catalogne, ils ne vont pas devenir de vrais Catalans, mais être des Andalous vivant en Catalogne. En conséquence, les politiciens séparatistes catalans ont déclaré ne pas vouloir plus d’Andalous : « Nous préférons des Marocains ! » Et, désormais, plus de 700.000 Marocains vivent en Catalogne. Et maintenant, les séparatistes disent que nous avons un problème, car les migrants marocains n’acceptent pas l’identité catalane, ni éventuellement l’identité espagnole. Les séparatistes ont maintenant compris que la religion constitue un facteur-clé de l’intégration, même pour ceux qui n’ont pas la foi. La culture et la tradition religieuse des migrants sont une clé importante dans le domaine de l’intégration et maintenant l’immigration musulmane est avant tout implantée à Barcelone, Alicante, Valence, soit dans les grands villes côtières, et à Madrid et à Bilbao. Les immigrés musulmans créent d’énormes problèmes de sécurité. Deux décennies auparavant, à Madrid, un meurtre survenait de temps à autre. Désormais, aucun jour ne se passe sans qu’un individu ne poignarde ou ne tue un autre, ou ne lui tire dessus avec une arme à feu. La sécurité est devenue la question principale dans les grandes villes d’Espagne. Barcelone est un lieu qui n’est plus sûr. C’est terrible. Nous parlons d’une des villes les plus libres, qui a une culture de joie et de loisirs. La situation est la même à Paris. J’ai étudié là-bas à la fin des années 1980 et je ne reconnais plus cette ville. Je ne m’y sens plus en sécurité, sauf lorsque l’armée est présente en nombre dans les rues. Mais cela ne peut pas être qualifié réellement de sécurité. Pourquoi avons-nous à Paris un tel problème en la matière ? Vous connaissez la réponse et je la connais aussi. 

Breizh-info : Vox gouverne désormais, en coalition, dans six régions du pays. Quelle politique désirez-vous introduire ? Dans quels domaines désirez-vous appliquer vos idées ? 

José Antonio Fúster : Pour nous, l’immigration, la culture, l’agriculture et la souveraineté sont des domaines importants. Nous devons prendre les décisions à propos des sujets qui nous concernent. Nous désirons que l’espagnol remplace le catalan dans les Îles Baléares. Des Catalans ont prétendu que le langage parlé dans ces îles est du catalan. Nous combattons cette situation. La langue commune des Espagnols doit être préservée car elle est un trésor national. Elle n’appartient pas seulement à Madrid, ni aux Espagnols, mais à tous les hispanophones de la planète. Nous devons récupérer cela, retrouver le droit des parents d’éduquer les enfants dans leur langue maternelle. Vous désirez parler le catalan ? D’accord ! Mais, si en Espagne un seul père désire que son enfant étudie l’espagnol, alors cela doit être possible. En France, la langue française est tout et représente l’identité du pays. Vox désire rétablir cela. Éric Zemmour parle de « reconquête ». Vox a pour objectif de reconquérir tout ce que nous avons perdu à cause de la paresse et du lavage de cerveau du Parti Populaire. Et nous savons que, sur certains points, le Parti Populaire est d’accord avec nous. 

Breizh-info : Comment expliquez-vous qu’auparavant l’immigration ne touchait pas l’Espagne ? 

José Antonio Fúster : La raison est que la France, l’Allemagne, l’Italie, … comptent désormais de nombreux migrants. De plus, les gouvernements socialistes et conservateurs en place en Espagne ont lancé un appel à ces derniers afin qu’ils viennent. Autrefois, ils traversaient le détroit de Gibraltar, arrivaient en Espagne et prenaient un bus vers l’Allemagne ou vers la France où ils avaient de la famille, des relations et des réseaux. Mais les politiciens catalans ont créé pour eux des connections en Catalogne. Les immigrés ont des contacts à Madrid et y restent. Nous devons donner un coup de pied dans la fourmilière. Nous devons mettre fin à cela. Nous avons perdu beaucoup de temps. Vox déclare : « Regardez ce qui se passe en France et ne faites pas la même erreur. » Nous avons deux millions de musulmans et deux ou trois millions de personnes originaires du continent américain et il y a des tensions entre eux. Les Américains s’intègrent. Ils veulent la sécurité, la liberté, la paix, étudier, avoir de bons emplois, … et les musulmans désirent d’autres choses. 

Breizh-info : Quelle est la position de Vox à propos de la guerre en Ukraine ? 

José Antonio Fúster : La guerre en Ukraine est une situation très complexe. Bien entendu, nous sommes toujours en faveur de la liberté et de la souveraineté de la nation. L’Ukraine a le droit d’exister. Nous détestons cette guerre. Elle porte atteinte à la sécurité de pays que nous aimons, comme la Pologne, la Hongrie et d’autres pays de l’Est de l’Europe. Mais ne pensez pas, contrairement à ce que les médias occidentaux affirment tous les jours, que la Russie est isolée. La Russie n’est pas seule. Elle a été soutenue, par exemple, par les sociaux-démocrates allemands en acquérant le gaz. En Espagne, nous achetons plus que jamais le gaz russe. La Russie entretient un lien fort avec la Chine, avec l’Inde, avec de nombreux pays d’Afrique, avec le Sahel. La France est touchée par l’influence de la Russie et de la Chine au Sahel. Des régimes socialistes d’Amérique latine sont en faveur de la Russie et reçoivent de l’argent de la Russie et de la Chine. Ce n’est pas une guerre du monde contre la Russie. Cette dernière a de nombreux amis et alliés sur la planète. Nous ne sommes pas un d’entre eux. Nous sommes en faveur de la paix. Chaque pays a le droit de subsister. L’Ukraine a le droit d’exister !  

Breizh-info : Vox est-il en faveur de l’appartenance de l’Espagne à l’OTAN ?

José Antonio Fúster : Ce débat est intéressant et a lieu à l’intérieur de Vox. Certains sont atlantistes et d’autres non. Au sein du parti, nous ne sommes pas d’accord sur tout. Nous discutons. Notre formation politique n’est pas une religion, ni un culte. Nous avons un laboratoire d’idées, la fondation Disenso. Nous débattons beaucoup à propos de ce genre de choses. Parfois nous ne concluons pas. 

Propos recueillis par Lionel Baland 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

9 réponses à “José Antonio Fúster : « Au milieu de la décennie 1990, nous avions seulement environ 3 ou 4 % d’étrangers vivant en Espagne » [Interview]”

  1. Gaï de ROPRAZ dit :

    Excellente interview.

    J’ai bien apprécié le bon sens de José Antonio Fúster.

  2. Le Celte dit :

    Qui profite de l’immigration ?
    Ceux sont les entreprises, quand Gad a fermé , Intermarché à fait transféré les porcs du Finistère à Josselin et qui a effectué le travail ?
    Des Roumains qui étaient employés par société d’intérim de leur pays à 3 € de l’heure .
    En Allemagne cela existe depuis des années avec les pays de l’est.
    Autour de chez moi les agriculteurs emploient des Roumains et même des Espagnol , pourquoi des Ibériques par ce qu’ils ont perdus leur travail , les agriculteurs espagnols emploient des Macrocains.
    Regardez à Guingamp un chef d’entreprise utilisaient des Bulgares et il a des ennuis judiciaires .
    Après avoir bidouiller avec la provenance de légumes monsieur se diversifit .

  3. Luc dit :

    Le partí vox est un amalgame de corrompus, mafieux, débiles mentaux nostalgiques du vieux Franco. Ils veulent interdire l usage du catalán des baleares? Comme si on interdisait aux humains de parler leur propre langue… Ce sont des ignares, ils n ont aucun programe, aucune intelligence, ils représentent la fâce la plus nauséabonde et vomitive de l Espagne. Ce n est pas un grand exploit journalistique d étaler le dégueuli de ces tarés…

    • Hadrien Lemur dit :

      ¿No sería usted un poco socialista? Blague à part, les Baléares appartiennent à la couronne Espagnole, les Catalans on certes le droit de parler leur langue comme toutes les autres régions de la péninsule Ibérique mais le bon sens et la raison penchent vers le castellano. A Dios !

    • Gallardo Bela, Carlos dit :

      Et qui fut le malade mental qui vous dit à vous que les “nostalgiques” du Génél F. Franco ( PRESENTE!) sont des débiles mentaux? Apprenez plutôt à écrire; puis, a penser et seulement alors, vous serez en état de commenter sur ces sujets, gros taré. Breizh, Breizh Atao!

  4. Jérémy dit :

    Autrefois, nous étions tranquilles. L’Espagne était un lieu de villégiature et, désormais, chez eux aussi, le changement de peuple est en cours. Seul Vox s’y oppose. Les frontières du sud de l’Europe doivent être absolement verrouillées.

  5. Gallardo Bela, Carlos dit :

    Ici je lis des commentaires qui viennent de gens qui ne savent pas même écrire correctement en Français (leur langue maternelle, je suppose…); comment sauraient-ils critiquer un parti politique de nouvelle création qu’ils ne connaissent probablement que par les journaux télévisés? En quelque cas que ce fût, ce Fúster n’est qu’un farceur; c’est VOX qui substitue le PP ( Parti Populair ) d’il-y-a dix ans, ni plus, ni moins. L’on sait, donc, que le PP a toujours promis et toujours trahit son éléctorat, en toute tranquilité et en suivant les politiques pré-marquées ou déja initiées par le PSOE ( Parti Socialiste); en définitive, VOX n’est qu’une voiture balay pour les derniers Españols avec un minimm de sens patriotique, tout comme le RN ou le parti du juif Zemmour en “France”, c’est tout. Et ce Fuster, qui se dit et se veut “cántabro”, ne sait même pas que sa province s’appelle SANTANDER et qu’il est, en conséquence, “SANTANDERINO”.

  6. Lavaux dit :

    Tous les partis conservateurs, patriotes, souverainistes d’Europe doivent s’allier, s’échanger des idées pour combattre les traîtres qui nous imposent ce Grand Remplacement et l’islamisation de notre continent, qui détruisent notre belle civilisation, élargir leurs bases électorales et ouvrir les yeux d’un maximum de vrais Européens. Ensuite seulement, il sera peut-être en possible stopper totalement cette double invasion musulmane et africaine et envisager une remigration géante, en reconduisant ces dizaines de millions d’intrus chez eux et en verrouillant fortement nos frontières (armée de terre, marine, etc). Il ne restera ensuite plus qu’à relancer une politique nataliste énergique qui encouragerait à refaire des gosses et qui soutiendrait vraiment les familles européennes et chrétiennes. Un retour au bon sens afin que notre civilisation subsiste.

  7. patphil dit :

    et combien maintenant?

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Galice. La télévision publique espagnole ne diffusera le résultat des élections de ce dimanche…que si la gauche l’emporte

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

Îles Canaries (Espagne). Avec plus de 7 000 clandestins débarqués en janvier, le total du 1er semestre 2023 déjà dépassé

Découvrir l'article

International

Espagne. Les socialistes cherchent à interdire l’accès du Parlement aux médias de l’opposition

Découvrir l'article

A La Une, International

« Novembre national est le cri d’une Espagne qui ne se résigne pas à mourir » : Entretien avec José Andrés Calderón.

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

Espagne. Avec plus de 56 000 arrivées, l’immigration clandestine en hausse de 80 % en 2023

Découvrir l'article

International

Suicide de l’Espagne. Le gouvernement socialiste annonce un coûteux arrêt du nucléaire en 2027

Découvrir l'article

International, Tribune libre

L’Espagne atlantique face au nationalisme des riches

Découvrir l'article

A La Une, Histoire

Darío Madrid : « Il est important de replacer l’Inquisition espagnole dans son contexte » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, International

Une partie de l’Espagne se révolte contre ses dirigeants : notre reportage exclusif sur place

Découvrir l'article

A La Une, International

Jorge Soley : « Une majorité d’Espagnols refuse de voir leur pays se transformer en Venezuela » [Interview]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍