Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« La victoire de Javier Milei est une bouffée d’air frais pour les démocraties du monde entier » : Entretien avec María Fernanda Cabal

María Fernanda Cabal est une femme d’affaires, politologue et femme politique colombienne. Lors des élections législatives de 2014, elle est élue représentante à la Chambre pour Bogota avec l’appui du Centre démocratique, et en 2018, elle est élue sénatrice de la république pour le même parti. Cabal a revalidé son mandat en 2022, et elle a été pré-candidate aux élections présidentielles de la même année.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé pour The European Conservative et nous avons réalisé la traduction de cette interview.

Que signifie la victoire de Javier Milei pour l’Argentine et pour l’ensemble de l’Amérique latine ?

 María Fernanda Cabal : La victoire de Javier Milei est une bouffée d’air frais pour les démocraties du monde entier, et pas seulement pour l’Amérique latine. Il s’agit d’une défense de l’individu avec sa capacité créative, du marché libre et d’une opposition à un modèle étatiste qui annule l’esprit créatif et génère un gigantisme de l’État qui doit être soutenu par une fiscalité oppressive qui appauvrit le peuple et renforce une bureaucratie qui ne sert que les politiciens. La victoire de La Libertad Avanza représente le triomphe de l’enseignement de l’économie de manière simple, afin que tous les Argentins comprennent pourquoi ils sont pauvres et pourquoi tous les pays qui ont copié le modèle socialiste sont pauvres. Javier Milei a eu la capacité d’enseigner l’économie aux jeunes et de les sauver du progressisme.

Gustavo Petro est en train de perdre le soutien populaire et a connu la défaite aux élections régionales. Ira-t-il jusqu’au bout de son mandat ?

 María Fernanda Cabal : S’il y avait une institutionnalité et une justice en Colombie – et il y en a un peu, mais pas assez -, Gustavo Petro serait destitué par le Conseil national électoral pour avoir dépassé les plafonds de campagne, car la limite des dépenses de campagne est établie dans notre constitution. En outre, le procès en destitution pour les déclarations de son fils et les scandales de sa secrétaire privée, Laura Sarabia, est en cours, dans un procès qui aurait déjà commencé s’il y avait une démocratie sérieuse en Colombie. Cela impliquerait la perte de son poste et le début d’un procès en responsabilité pénale devant la Cour suprême. Malheureusement, nous constatons que ce processus est ignoré pour des raisons politiques et en raison de la majorité de Petro au sein de la commission de destitution. Si Petro termine son mandat, il le fera avec l’un des taux d’impopularité les plus élevés parmi les présidents d’Amérique latine.

Quelle est la cause de cette perte de soutien populaire : les scandales de corruption ou ses politiques ?

 María Fernanda Cabal : Les deux. Les scandales de corruption sapent sa crédibilité et révèlent sa propension à mentir, qui a été une constante tout au long de sa carrière. Petro est lié à la classe politique et en fait partie ; il est un bénéficiaire de ce que signifie vivre aux crochets de l’État, n’ayant jamais eu d’autre activité particulière qui ait généré de la richesse. Petro n’a jamais payé de salaire et ne sait pas ce que signifie payer des impôts. En outre, ses réformes vont à l’encontre du bon sens dans un pays qui, malgré de nombreuses difficultés telles que la violence et les crises économiques successives, est parvenu, par exemple, à mettre en place un système de santé considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il est vrai qu’il faut faire des réformes, mais pas de cette manière. Sa réforme de la santé pourrait nous priver de soins de santé, selon les politiciens en place, et elle cherche à exercer un contrôle toujours plus grand sur le patient individuel, qui devra demander une autorisation pour subir une intervention chirurgicale. La réforme du travail de Petro concentrera le pouvoir dans des centres de travailleurs qui sont ouvertement communistes et encouragent à vivre des avantages de l’État. Il y a aussi la réforme des pensions, qui était nécessaire mais qui ne devrait pas s’attaquer à l’épargne privée ou nous priver de notre capacité à décider du fonds de pension à utiliser. Bref, tout est question de contrôle : de l’individu, de sa santé, de son travail, de ses fonds de retraite.

Ce que nous avons vu au Brésil pourrait-il se répéter en Colombie, avec des élections entachées par la possibilité de fraude électorale ?

 María Fernanda Cabal : Tant qu’il n’y aura pas de transparence dans le pré-comptage (un comptage rapide des bureaux de vote le jour même des élections, qui a une valeur purement informative) et dans le contrôle des votes, tant que les listes électorales ne seront pas purifiées et qu’il y aura des formes de corruption, il y aura une possibilité de fraude. Heureusement, en Colombie, nous continuons à utiliser le vote manuel plutôt que le vote électronique, qui s’est avéré inefficace dans plusieurs pays développés. L’électronique et le moderne sont également susceptibles de donner lieu à des fraudes. C’est pourquoi de nombreux pays, comme le Japon ou l’Allemagne, ont décidé de revenir au papier et au vote manuel.

Face à une défaite probable, y aurait-il une option plus radicale, comme celle qui consisterait à faire suivre à la Colombie le même chemin qu’au Venezuela ?

 María Fernanda Cabal : Bien sûr que oui. Petro a un agenda socialiste dirigé depuis le G2 cubain (l’agence de renseignement du gouvernement de Cuba) et, plus grave, ses rencontres avec des représentants iraniens. Au Venezuela, un mariage qui semblait impossible se prépare depuis 15 ans entre l’islam et le communisme, qui ont des objectifs opposés mais partagent les mêmes gardiens de la révolution et le même absolutisme. Ce sont des régimes où l’individu ne vaut rien. Je pense que Petro va dans ce sens : détruire les forces publiques, renforcer les groupes de cultivateurs de coca, autoriser la culture. Nous savons déjà ce que signifie être le plus grand exportateur de cocaïne au monde et connaître les niveaux de violence, tant dans les campagnes que dans les villes, qui s’élèvent déjà aujourd’hui à plus d’une centaine de massacres. Petro triomphe dans l’anarchie et la destruction, et je crois qu’il va nous entraîner encore plus loin dans cette voie.

Petro et Boric représentent la ligne “woke” au sein du groupe de Puebla. Petro a-t-il essayé d’introduire le “wokisme” en Colombie ? Quelle est la réaction de la société à cette idéologie de la nouvelle gauche ?

 María Fernanda Cabal : Toute l’idéologie “woke” est contre nature. Elle récompense la dégénérescence au détriment de la bonne conduite. Encore une fois, c’est un appel à l’anarchie, aux désirs transformés en droits. Cela génère une réaction dans la société, comme ce qui est arrivé à Boric au Chili. Boric a fini par épuiser le discours et la société en recourant à la violence par le biais de manifestations sponsorisées dont le seul but était de le maintenir au pouvoir et d’imposer des agendas tels que la nouvelle constitution. Petro n’a pas réussi dans ce domaine et n’a plus le temps de mettre en œuvre ce genre de projets. Mais le “wokisme” de Boric, qui est terrifiant dans une société très conservatrice comme la société chilienne, a déjà fait des ravages. La même chose se produit en Colombie. Installer un acteur porno gay comme vice-président est une vulgarité. Petro veut nous entraîner dans une guerre civile parce qu’il prospère dans le désordre, l’anarchie et la destruction.

Comme nous l’avons vu dans de nombreux autres pays, un recul ne suffit pas toujours à vaincre la gauche. Les partis de droite en Colombie ont-ils la volonté de gagner et de changer les choses ?

 María Fernanda Cabal : Les hommes politiques au-delà de la droite – qui est un groupe très limité – doivent montrer aux gens qu’ils sont capables et que l’État n’est pas là pour mettre ses fardeaux sur les épaules de l’individu et de la société, mais plutôt pour leur faciliter la vie. Il s’agit de communiquer, ce qui est souvent le point d’échec pour nous tous qui ne sommes pas de gauche. Nous pensions qu’il suffisait de dire la vérité sans avoir besoin de propagande, mais non, nous devons le faire. Nous devons donner des exemples, enseigner et répéter mille fois, comme l’a fait Javier Milei, que nous ne pourrons progresser que grâce à un marché libre, avec un État beaucoup plus petit et en donnant des facilités à l’individu – c’est-à-dire en utilisant les clés du succès du capitalisme.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

7 réponses à “« La victoire de Javier Milei est une bouffée d’air frais pour les démocraties du monde entier » : Entretien avec María Fernanda Cabal”

  1. Gillic dit :

    Apparemmentil n’est plus possible de partager un article sur FB ?

  2. patphil dit :

    milei supprime des ministères inutiles, nos parlementaires surnuméraires et souvent absents, s’octroient des augmentations 300€ pour les députés, 700€ pour les sénateurs, des blindés contre les agriculteurs!!!

  3. Thepault Michel dit :

    Bonjour vous avez raison, Ilya les agences de l’état dont plus de la moitié ne servent à rien cela avait été évalué à 55 milliards il y a 10 ans ,et aussi le Sénat et un ou deux échelons au niveau des collectivités territoriales mais qui va oser s’attaquer à cela ?

  4. Paul Hemiste dit :

    Si elles ne servaient à RIEN, devrait-on les féliciter ou les qualifier d’inutiles ?
    Hélas…

  5. Paul Hemiste dit :

    En politique, rien n’est jamais inutile, mais bénéfique ou nuisible au pays et à ses habitants.

  6. Paul Hemiste dit :

    N’oubliez pas la pire des causes : l’ambition d’un Napoléon théâtreux qui veut devenir Empereur de cette prétendue “Europe” aux remugles sinistres, toujours sous le prétexte de la religion nouvelle verdâtre, directement sortie des forêts germaniques et qui réveille les spectres endormis autour de Fredrich Hohenstaufen “Barbarossa”.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Les États-Unis vont entamer un dialogue avec les groupes terroristes – et notamment les FARC – en Colombie

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Pablo Escobar : La grande traque

Découvrir l'article

International

Colombie : un appel à la solidarité internationale

Découvrir l'article

Economie

Operation Spalax : une attaque ciblant le gouvernement et des entreprises de Colombie

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Colombie. La cité perdue des Taironas

Découvrir l'article

International, Vidéo

Le groupe rebelle FARC annonce qu’il reprend les armes [Vidéo]

Découvrir l'article

Sport, Vidéo

Tour de France 2019. Le résumé complet [Vidéo]

Découvrir l'article

Sport, Vidéo

Les résumés de Suède-Suisse et d’Angleterre-Colombie en vidéo

Découvrir l'article

Sport, Vidéo

Coupe du monde. La Colombie et la Pologne tombent d’entrée [Vidéo]

Découvrir l'article

Sport

Mondial 2018 : focus et pronostics sur le groupe H (Colombie, Japon, Pologne, Sénégal)

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍