page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Javier Milei est un miracle. Si nous n’en profitons pas, ce sera de notre faute » : Entretien avec Nicolás Márquez et Marcelo Duclos

Nicolás Márquez est essayiste et analyste politique. Il est diplômé de la faculté de droit de l’université nationale de Mar del Plata, de la faculté des sciences de la communication de l’université FASTA, ainsi que du Center for Hemispheric Defense Studies (National Defense University à Washington, DC). Il a publié 12 livres, dont El libro negro de la nueva izquierda (Le livre noir de la nouvelle gauche) écrit avec Agustín Laje, La máquina de matar – Biografía definitiva del Che Guevara (La machine à tuer – biographie définitive de Che Guevara), et La dictadura comunista de Salvador Allende (La dictature communiste de Salvador Allende).

Marcelo Duclos est diplômé en journalisme de TEA et titulaire d’une maîtrise en sciences politiques et en économie de l’Eseade. Collaborateur de divers médias, il a été chargé de cours à World Economic Structure et responsable de la communication chez F. Naumann entre 2010 et 2022.

Nos confrères Álvaro Peñas et José Papparelli (The European Conservative) ont discuté de leur nouveau livre, Milei, la revolución que no vieron venir (Milei, la révolution qu’ils n’ont pas vue venir), qui analyse la vie, l’histoire et l’ascension vertigineuse du premier président libertaire.

Nous vous proposons cette interview ci-dessous.

En quoi Milei mène-t-il une révolution ? Qui ne l’a pas vu venir et pourquoi ?

Nicolás Márquez : Depuis 80 ans, nous vivons dans un système où il y a des concepts intouchables : la justice sociale, la présence de l’État, les conquêtes du travail, etc. Toute une série de très beaux aphorismes, mais qui ne fonctionnent pas, et qui font partie d’un socialisme systémique, d’un État omniprésent, qui a été appliqué en Argentine par tous les gouvernements que nous avons eus, des militaires à la social-démocratie. Milei est le premier à avoir osé remettre en question les principes qui nous ont conduits à la ruine, et c’est pour cette raison qu’il a été sous-estimé et pris pour un fou. Lorsqu’il est entré en politique, il a été traité comme un personnage comique ; mais en trois ans, Javier Milei est passé du statut de député à celui de président, grâce à une majorité clandestine et cybernaute. Ils n’ont rien vu venir et, même aujourd’hui, avec Milei à la présidence, ils ne comprennent pas – ou, comme on dit en Argentine, ils ne voient pas.

Marcelo Duclos : L’Argentine a vécu une révolution avec un changement brutal de paradigme. Nous pouvions élire nos représentants, certes, mais sous le contrôle d’une corporation politique qui proposait des élections entre le mauvais et le moins mauvais. Pour la première fois, avec l’arrivée de Milei, il y a eu une révolution contre ce modèle – et au niveau culturel, parce qu’il a brisé tous les manuels du politiquement correct qui vous disent ce que vous pouvez ou ne pouvez pas dire, ce qui était absolument nécessaire. La corporation politique n’a pas vu ce qui se passait, ni que les réseaux sociaux sont aujourd’hui plus transcendants que les médias traditionnels, et c’est pour cette raison qu’elle a toujours été derrière Milei. Il a été sous-estimé à maintes reprises, et on a même essayé de le corrompre, mais aujourd’hui, il est président de l’Argentine. Il s’agit également d’une révolution économique : au cours de la dernière période d’analyse, le peso argentin a été la monnaie la plus performante au monde, alors qu’il était auparavant la moins performante ; le déficit fiscal est terminé ; et nous sommes passés d’un indice de risque de 3 000 à 1 000 en seulement quatre mois de gouvernement. Ils ne veulent toujours pas voir ce que Milei est en train de réaliser ; l’opposition et ses médias ne parlent que de sa famille, ou du fait qu’il a quatre ou cinq chiens.

Tout cela s’est fait avec une faible représentation au sein du corps législatif.

NM : Milei n’a que 15% du pouvoir législatif car l’Argentine renouvelle les députés tous les deux ans : le congrès par moitié et le sénat par tiers. Malgré son peu de poids, il se tient debout et mène la bataille. Ceux qui pensaient qu’il allait être un président faible et effrayé, face aux manifestations et au pouvoir politique, se sont complètement trompés. Je pense que Milei apprécie la façon dont il a été sous-estimé. Il est également important de noter que ses ajustements, qui sont spectaculaires, sont acceptés par l’Argentin moyen ; cela représente un changement de mentalité par rapport à la vision à court terme qui existait jusqu’à présent.

Il est clair que les parties n’ont rien vu venir, mais dans votre cas, parce que vous suiviez de près la carrière de Milei, vous attendiez-vous à un tel succès ?

NM : La seule personne que je connaisse qui ait eu raison, de justesse, du résultat des élections d’août, c’est Marcelo : Milei a obtenu 30 % et Marcelo 28 %. J’ai pensé que, plus qu’une analyse, c’était l’expression d’un souhait. En effet, j’ai demandé à Milei quel résultat il attendait, et il m’a répondu que 22% serait spectaculaire. Milei lui-même n’a pas vu venir le résultat.

MD : J’avais une dichotomie entre mes outils d’analyse, basés sur l’histoire et les élections précédentes, et la réalité. Quand j’interrogeais les gens, tous me disaient dans la rue, au supermarché ou ailleurs, qu’ils allaient voter pour Milei. Mon moment de révélation a été lorsque j’étais avec un ami dans un restaurant d’un quartier pauvre et que j’ai parlé au téléphone avec Martín Menem, président de la chambre des députés et neveu de l’ancien président Carlos Menem. Il m’a dit : « Javier Milei est le prochain président de l’Argentine ». Mon ami m’a dit que c’était évident, alors j’ai demandé aux serveurs et aux cuisiniers, et ils m’ont tous répondu qu’ils allaient voter pour Milei. J’ai alors réalisé que cela allait se produire.

Qu’en est-il de la possibilité de fraude ?

MD : Je suis convaincu que le résultat de Milei a été supérieur à ce que les urnes indiquaient. Je surveillais les élections dans un quartier riche de Buenos Aires. Je le fais depuis 2003 et je n’ai jamais rien vécu de tel. Ils ont profité de n’importe quel moment pour voler ou modifier les bulletins de vote, et mon téléphone n’arrêtait pas de sonner pour signaler des fraudes dans différentes écoles. Ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient faire, mais malgré cela, Milei est finalement devenu président.

NM : Javier Milei représente ce qui est nouveau en ce moment, mais il y a eu d’autres partis avant lui. Cependant, il s’agissait de partis qui représentaient la classe supérieure et qui n’ont atteint que 10 % des voix. Javier Milei a obtenu des voix partout, mais il a réussi à s’imposer dans les quartiers les plus pauvres. Il s’agit là d’une grande réussite, car il a recueilli les voix des quartiers marginalisés où le péronisme était en train de gagner et qui ont toujours cherché à vivre aux crochets de l’État. Milei s’est rendu dans ces quartiers et les gens sont descendus dans la rue pour le soutenir. Il a gagné en proposant exactement le contraire.

Ce soutien populaire est-il une conséquence du profil et de l’histoire de Milei ? Il est issu de la classe moyenne, a été gardien de but dans une équipe de football et a même eu un groupe de rock.

MD : Oui, et aussi parce qu’il parlait clairement aux gens et qu’ils se rendaient compte qu’il ne leur mentait pas.

NM : Bien sûr, il était footballeur dans un club populaire, il était rocker dans un groupe de type « Stones », son esthétique n’a rien à voir avec celle d’un économiste normal, et il utilisait un langage très grossier pour faire campagne, qu’il a modéré depuis qu’il est devenu président.

Il a récemment déclaré que l’économie argentine allait augmenter « comme le pet d’un plongeur ».

NM : De temps en temps, quelque chose s’échappe.

MD : Oui, mais l’analogie est très juste.

Au-delà de son image, Milei a réussi à changer une mentalité étatiste.

NM : En Argentine, les gens avaient une idée abstraite de l’État. La grande réussite de Milei a été de lier l’État aux hommes politiques. Le culte de l’État qui existait dans la mentalité des Argentins a été brisé lorsqu’il a été associé à une classe politique totalement discréditée et remplie de voleurs, de corrompus et de menteurs. En réunissant les deux, les gens ont commencé à rejeter cette mentalité étatiste.

DM : On a commencé à comprendre que le seul à prospérer était le politicien et que le seul à maintenir son statut était le bureaucrate. Malheureusement, il a fallu aller jusqu’à l’extrême pour que les gens fassent ce lien.

Milei a-t-il généré un phénomène de retour au bon sens ?

DM : Oui, il a ramené le bon sens, mais en même temps, jamais auparavant autant de gens n’avaient compris les idées fondamentales d’un candidat pour aborder le changement nécessaire. Notre livre vise à approfondir ces idées afin que les gens comprennent l’ampleur des réformes que Javier Milei entend mettre en œuvre.

Pratiquement depuis le premier jour, la gauche est descendue dans la rue pour protester contre les changements. Ces protestations nuisent-elles à la popularité de Javier Milei ?

NM : Non, car il est l’ennemi de ceux qui perdent leurs privilèges. Milei a toujours dit qu’il n’était pas venu pour combler le fossé, mais pour l’approfondir, et c’est pour cela qu’il les provoque. Je dirais même qu’il s’amuse à provoquer tous ces lobbies minoritaires féministes, LGTB, ou indigénistes, et la gauche est totalement déconcertée. D’ailleurs, tous ceux qui s’élèvent contre lui sont ceux qui ne voteront jamais pour lui. Ce sont des gauchistes à qui Milei coupe tout ce qu’il peut, et ils sont désespérés. C’est une confrérie : des gens qui ne savent pas produire et qui sont des parasites de l’État. Comme le dit Milei, la société est divisée entre victimes et parasites. La victime est celle qui travaille et doit payer des impôts confiscatoires pour maintenir toute une structure parasitaire, que Milei est en train de démanteler avec la fameuse tronçonneuse, l’un de ses slogans de campagne. La cote de popularité de Milei monte en flèche et, au fur et à mesure que l’économie s’améliore, elle augmentera encore.

MD : Selon les sondages, Milei a gagné deux points. Récemment, un jeune homme a posté une vidéo sur les réseaux sociaux à propos d’une manifestation en faveur de l’université publique, à laquelle participaient précisément ceux qui l’avaient ruinée. Le jeune homme est parti au bout de deux minutes parce qu’il s’est rendu compte qu’il était traité comme un idiot. De même, imaginez un jeune juif se rendant à l’une de ces manifestations universitaires et se retrouvant entouré de drapeaux palestiniens, du Hamas et de l’Iran. Il y aura toujours un noyau dur qui ne votera jamais pour Milei, mais je pense qu’il y a un pourcentage qui se rendra compte qu’on les a pris pour des imbéciles. Par exemple, il y a le syndicat CGT, qui n’a appelé à aucune marche de protestation alors que les salaires étaient radicalement réduits au cours des quatre dernières années, et qui a maintenant organisé trois grèves en un temps record. Ils sont démasqués et de plus en plus de gens s’en rendent compte.

Au niveau international, Milei a remis l’Argentine sur la carte en tant qu’acteur majeur. Nous avons vu son discours au Forum économique mondial, sa participation à la CPAC aux États-Unis, l’invitation à participer au G7, etc. Comment cela est-il perçu en Argentine ?

MD : Je pense que le monde comprend de mieux en mieux la pertinence et l’importance de l’action de Milei. Nous constatons que de nombreux dirigeants mondiaux – de Giorgia Meloni, qui est idéologiquement plus proche, à Macron, qui l’est beaucoup moins – manifestent leur reconnaissance à l’égard de Milei. Cependant, le dirigeant qui rencontre Elon Musk pour discuter d’investissements, vient en Argentine et doit donner des explications sur la manière dont il se coiffe, sur sa sœur ou sur ses chiens. Malheureusement, pour les Argentins, sa profondeur n’a pas encore été reconnue.

L’une des clés de la victoire de Milei est qu’il a su rassembler différentes sensibilités : conservateurs, libéraux, nationalistes et même des personnes issues du péronisme.

NM : Oui, et ce livre en est un exemple. Je suis un conservateur de droite et Marcelo est un pur libertaire. Cette formule existe. Au sein du gouvernement, le vice-président est un catholique traditionaliste ; il y a eu une convergence de différents secteurs. Dans le domaine économique, c’est l’idéologie libertaire qui prévaut et, dans le domaine culturel, il y a une composante conservatrice claire, avec des alliances avec Abascal, Meloni et Trump. Il y a aussi des gens qui viennent du péronisme et du radicalisme. Milei n’aurait pas pu former un gouvernement avec les seuls libertaires, il a su fédérer des volontés différentes.

MD : Je ne suis pas d’accord dans un sens, car le phénomène Milei ne peut pas être considéré comme le succès des libertaires avec les conservateurs. Nous étions à peine une centaine de libertariens, et nous nous connaissions tous ; pendant ce temps, la droite conservatrice n’avait que 1,5 % des voix. Aujourd’hui, grâce au gouvernement de Milei, il y a beaucoup plus de libéraux et de conservateurs. C’est tout à l’honneur de Milei d’avoir su proposer un discours qui a dépassé les limites idéologiques. Notre livre vise à donner une forme politique à ce discours, à être un outil de débat contre la gauche.

Où va la révolution de Milei et quel est votre pronostic ?

NM : Au niveau culturel, l’Argentine a été immergée dans le wokisme au cours des 20 dernières années. Milei est en train de démonter cette idéologie et il le fait de manière provocante. Sur le plan économique, Milei va essayer de pousser l’économie de marché à l’extrême, avec un État le plus petit possible, dans la mesure où la politique le lui permet, c’est-à-dire en fonction du soutien parlementaire qu’il peut obtenir. Sur le plan économique, il sera le plus libéral possible. Et, dans ce qu’on appelle la bataille culturelle, il cherchera à désarmer le wokisme qui a infecté la société argentine et qui a été vendu par l’État comme une politique publique.

MD : Je n’ai aucun doute sur les scénarios possibles, et je les souligne dans le livre. Le premier est que la corporation politique batte Milei, parce qu’elle est prête à faire n’importe quoi – n’importe quoi, même de la folie – pour empêcher Milei de ruiner ses affaires et ses privilèges. La seconde est que Milei parvienne à augmenter le nombre de législateurs en 2025, ce qui lui permettrait de mettre fin aux entraves qui le limitent actuellement et de faire de l’Argentine une puissance mondiale.

Javier Milei est-il le dernier espoir de l’Argentine ?

NM : Javier Milei est un miracle. Si nous n’en profitons pas, ce sera notre faute. Ce genre de chose n’arrive qu’une fois tous les cent ans et, pour moi, c’est une bonne chose qu’il soit traité comme un fou. Nous avons besoin de quelqu’un capable de prendre des mesures drastiques, quel qu’en soit le coût. Pour moi, c’est une bonne chose qu’il soit une personne téméraire.

MD : Si Javier Milei réussit à mettre en œuvre son programme, l’Argentine sera à nouveau le meilleur pays du monde. Nous sommes des survivants. Il y a une énorme soif de croissance et la matière première idéale pour redevenir une puissance.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “« Javier Milei est un miracle. Si nous n’en profitons pas, ce sera de notre faute » : Entretien avec Nicolás Márquez et Marcelo Duclos”

  1. Brunet dit :

    Milei faut ouvrir les yeux aussi ux citoyens des démocraties européennes qui sont victimes des parasites politiques et bureaucrates.Les citoyens en ont assez de payer pour structurellement s’appauvrir socialement,economiquement ,culturellementet intellectuellement.
    Vive la révolution Milei,la fin du wokisme et la fin de la propagande socialiste. Vive la liberté

  2. Gaï de Ropraz dit :

    Je connais bien l’Argentine et je le dis haut et fort, Milei a sorti le pays du marasme gauchiste dans lequel il végétait. C’est aussi le pays le plus “Blanc” de tout le continent Americain (Y inclus l’Amerique du Nord). L’unique inconvénient de l’Argentine c’est “que c’est loin”, mais à l’heure du modernisme c’est un moindre mal. Un détail qui son importance: Depuis l’élection de Milei le marché immobilier a doublé !…

  3. Jotglars 66 dit :

    En France aussi nous avons les ” victimes ” du devoir qui bossent et qui payent pour le train de vie ahurissant de l’ Etat et des ” parasites ” qui ne travailleront jamais mais qui vivent aux crochets de cet Etat qui les payent pour assurer la paix sociale mais c’est raté ! Même avec la CAF, le RSA et aides multiples, la haine de la France et les idéologies gaucho islamistes ne font qu’ empirer ! Vite, un Milei français !

  4. Ar Vran dit :

    Moi aussi je me prends à rêver d’un Milei français

  5. patphil dit :

    la pays était à genou puis à terre, le gars a décidé de le relevé! haro sur milei! et pourtant ça marche

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Argentine. Des premiers résultats encourageants pour Javier Milei

Découvrir l'article

Environnement

Ultima Patagonia : la dernière frontière

Découvrir l'article

Economie

La Turquie, la Thaïlande et l’Argentine affichent le taux de possession de crypto-monnaies le plus élevé en 2023, soit près de deux fois plus que les États-Unis ou les pays européens.

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Argentine. Le regard d’Olier Mordrel, nationaliste breton, sur le Péronisme [Dernière partie – Exclusif]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Argentine. Le regard d’Olier Mordrel, nationaliste breton, sur le Péronisme [Partie 12 – Exclusif]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Argentine. Le regard d’Olier Mordrel, nationaliste breton, sur le Péronisme [Partie 11 – Exclusif]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Argentine. Le regard d’Olier Mordrel, nationaliste breton, sur le Péronisme [Partie 10 – Exclusif]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Argentine. Le regard d’Olier Mordrel, nationaliste breton, sur le Péronisme [Partie 9 – Exclusif]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Argentine. Le regard d’Olier Mordrel, nationaliste breton, sur le Péronisme [Partie 8 – Exclusif]

Découvrir l'article

Justice, Local, Société, ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : Elle avait agressé un juge, peine confirmée en appel

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky