page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rei Sen Pacifique, le chasseur zéro en bande dessinée.

Rei Sen Pacifique, nouvelle série BD, nous place au plus près des pilotes japonais durant la seconde guerre mondiale.

Parti pour s’inscrire à l’Institut technique d’architecture de Tokyo, le jeune Daisuke Tanaka arrive dans le hall de l’école mais y rencontre un militaire recrutant pour l’armée. Celui-ci dénonce la lâcheté de ceux qui ne veulent pas servir la patrie. Comme beaucoup, saisi par la honte, Daisuke s’engage. Il choisit l’aéronavale. Sur les 1500 volontaires pour l’aviation, seuls 98 sont admis. Il en fait partie. Daisuke termine ses classes, après une difficile période d’entraînements, au moment de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, le 7 décembre 1941. En avril 1942, à bord de son zéro, Daisuke rejoint son affectation : l’aérodrome de Laé, base avancée dans l’est de la Nouvelle-Guinée. Sur place, il retrouve un ami d’enfance, Kenji, originaire du même village que lui, qui s’est déjà battu aux Philippines. Commence alors une période de victoires pour les forces japonaises, qui envahissent petit à petit le Pacifique. Le Japon est à l’apogée en matière de territoires occupés. Les pilotes japonais sont euphoriques. Le moral est au beau fixe.

Daisuke et Kenji remplissent leurs missions aux côtés d’as de l’aviation. Entre avril et juillet 1942, les japonais tentent d’envahir Port Moresby, base australienne dans le sud de la Nouvelle-Guinée. L’aviation nippone mène de nombreux raids sur cette base. Les missions se multiplient, laissant peu de répit aux pilotes. Mais l’aviation américaine se renforce et chaque jour des bombardiers B-26 et B-17 lâchent leurs bombes sur les positions japonaises. Pour Daisuke et Kenji, le temps du doute est venu ! Le 8 août 1942, Daisuke est envoyé en mission vers l’île de Guadalcanal, où les Américains viennent de débarquer…

Olivier Speltens scénariste-dessinateur belge, après deux séries fantastiques, s’est focalisé sur la Seconde Guerre mondiale, sujet qui le passionne.
Aux éditions Paquet, il a commencé par présenter, au niveau des combattants, l’armée allemande sur le front russe (
L’armée de l’ombre), puis en Afrique du nord (Afrikakorps). Il nous plonge maintenant en pleine guerre du Pacifique, côté japonais.

Rei sen est l’abréviation de « rei shiki kanjō sentōki » désignation japonaise du Mitsubishi A6M Zéro. Olivier Speltens révèle en effet avoir toujours été passionné par la bande dessinée d’aviation. Mais lorsqu’il a débuté aux éditions Paquet, Romain Hugault en était le spécialiste.

Speltens décrit bien la suprématie des forces japonaises puis la montée en puissance des forces américaines. Il dresse surtout un portrait de la psychologie des aviateurs et de leurs conditions de vie éprouvantes. On suit ainsi un jeune pilote japonais aux commandes de son Zero. On découvre ses états d’âmes. La présentation par Speltens du combattant japonais n’a plus rien à voir avec les « faces de citron » de Charlier et Hubinon, dans Buck Danny, à la fin des années 1940.

L’intérêt de cette série prévue en trois tomes est de révéler la mentalité des combattants nippons : la mort plutôt que le « déshonneur » d’une défaite au combat ! On ressent leur sentiment de supériorité, alimenté par la propagande nippone, même après la défaite de Midway (4-7 juin 1942). Ils ne font pas de prisonniers de guerre, éliminant les pilotes américains capturés. Face à eux, Daisuke livre un regard assez lucide sur la situation.

Pour constituer son récit, Olivier Speltens commence par réaliser un synopsis d’une seule page, puis il dresse un storyboard le plus complet possible, enrichissant ainsi l’histoire. Enfin il dessine les planches, à raison d’une par semaine, en utilisant l’informatique pour les détails et Photoshop pour la colorisation.

Par son trait fin et détaillé, Olivier Speltens met en scène, de manière dynamique et avec intensité, les combats aériens, parfois sur de superbes doubles-pages. Les avions de combats sont minutieusement dessinés, chaque détail étant soigneusement rendu. Les amateurs de BD d’aviation en prennent plein les yeux.

Les dernières pages comprennent un cahier graphique montrant une galerie d’avions ainsi que des portraits de combattants japonais.

La collection Cockpit des éditions suisses Paquet, déjà bien fournie (Angel Wings, Le Grand duc, Le Pilote à l’Edelweiss, Misty Mission, Ciel de guerre…), s’enrichit ainsi d’une nouvelle série.

Rei Sen Pacifique, tome 1, 46 pages, 14,50 €, Éditions Paquet.

Kristol Séhec.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Culture, Culture & Patrimoine

Proies faciles, superbe bande dessinée policière.

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

La route, roman post-apocalyptique et survivaliste adapté en bande dessinée.

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Brigantus, la résistance des pictes face à l’Empire romain (bande dessinée).

Découvrir l'article

Culture, Economie

Le cinéma en crise, les Blancs dérangent, des BD nous rassurent [Marzhus #15]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine

Le Menhir d’or : l’ultime album d’Astérix signé Uderzo et Goscinny !

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine

Covid19. Milo Manara : du dessin érotique à l’illustration solidaire

Découvrir l'article

Evenements à venir en Bretagne, Histoire, RENNES

Rennes. Hélène Jégado : vous reprendrez bien un bol d’arsenic ?

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Bande-dessinée. Phare Ouest, l’ultime épopée des Terre-Neuvas

Découvrir l'article

A La Une, Culture & Patrimoine

Francis Bergeron : « Tintin véhiculait des valeurs qui me correspondaient » [Interview]

Découvrir l'article

Culture

Saint Malo. Quai des Bulles fête la bande dessinée du 27 au 29 octobre

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky