page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Viktor Orbán : « Les prochaines élections européennes décideront de la guerre et de la paix en Europe »

S’exprimant vendredi matin sur Kossuth Rádió, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a souligné la nature cruciale des prochaines élections européennes, en insistant sur la nécessité de la paix et de relever les défis posés par la dynamique politique mondiale.

Dans l’interview qu’il a accordée vendredi matin à l’émission « Good Morning, Hungary », le Premier ministre Viktor Orbán a abordé les grandes questions politiques et économiques auxquelles la Hongrie et l’Europe sont confrontées. Il a commencé par évoquer le récent attentat contre Robert Fico, qu’il a décrit comme une perte majeure pour la Hongrie, en particulier à la lumière des prochaines élections, qui influenceront l’orientation de la guerre et de la paix en Europe.

« L’attentat contre Robert Fico a choqué tout le monde. C’est un rappel brutal de l’escalade de la violence en Europe”, a déclaré le Premier ministre Orbán. Il a déploré la perte d’un allié pacifiste en Slovaquie, soulignant la nécessité d’avoir des voix fortes pour défendre la paix dans un climat politique favorable à la guerre.

« Nous avions besoin d’une Slovaquie qui soutienne la paix. Ce soutien est désormais perdu”, a déclaré le premier ministre.

Le premier ministre a critiqué le changement de position de l’Europe au fil des ans, notant que le soutien initial à l’Ukraine a commencé par l’envoi de casques et qu’il s’est maintenant transformé en discussions sur l’envoi de soldats. « Nous avons rejoint l’Union européenne avant tout pour la paix. Nous croyions, et nous croyons toujours, que l’Europe peut apporter la paix, mais il faut pour cela une forte conviction”, a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Orbán a souligné l’importance de s’opposer fermement aux forces qui poussent à l’expansion de la guerre. « Des intérêts puissants sont désireux d’étendre cette guerre », a-t-il averti, rappelant les récentes discussions et visites de personnalités telles qu’Antony Blinken à Kiev et de dirigeants de l’empire Soros. « C’est un individu progressiste, de gauche et favorable à la guerre qui est à l’origine de l’attentat », a-t-il fait remarquer, établissant un lien entre l’attaque contre M. Fico et des manœuvres géopolitiques plus vastes.

Il a souligné la résistance de la Hongrie à l’envoi d’un soutien financier à l’Ukraine, tout en admettant que la Hongrie y a contribué par le biais de prêts conjoints de l’UE. « Nous nous sommes battus pour que l’argent hongrois n’aille pas à l’Ukraine, mais nous continuons à envoyer des fonds par le biais de prêts conjoints », a précisé le Premier ministre Orbán.

Abordant les projets de l’OTAN, le premier ministre s’est dit préoccupé par les implications de l’organisation d’une mission en Ukraine. « L’OTAN n’est pas un corps de paix. Lorsqu’une alliance de défense commence à penser en termes de missions, cela ne se termine généralement pas bien”, a-t-il averti, en mentionnant le fardeau financier potentiel d’une mission proposée à 100 milliards de dollars.

Le Premier ministre Orbán a également abordé l’impact économique du conflit en cours, soulignant qu’il dévaste à la fois les vies et les économies. « La guerre ne fait pas que des victimes, elle détruit les réalisations de plusieurs générations. Il suffit de regarder les prix de la guerre dans nos magasins”, a-t-il déclaré.

Il a annoncé que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, se rendrait en Hongrie avant les élections, soulignant la nécessité de l’unité et d’un leadership ferme. « Nos prédécesseurs n’ont pas réussi à rester en dehors des guerres ; notre objectif est de réussir », a déclaré M. Orbán, faisant référence à des figures historiques comme István Tisza et Miklós Horthy, qui ont cherché à maintenir la Hongrie en dehors des conflits.

Le Premier ministre Orbán a appelé à l’unité des Hongrois, malgré les défis posés par la gauche belliciste soutenue par l’étranger. « Les dirigeants ne doivent pas perdre leur courage. Le ministre des affaires étrangères et moi-même maintenons la ligne de conduite. Bien que M. Fico soit exclu, nous cherchons de nouveaux alliés“, a-t-il déclaré, soulignant la marge de manœuvre diplomatique de la Hongrie.

En ce qui concerne la coopération économique avec la Chine, le premier ministre Orbán a souligné les avantages potentiels d’une relation plus forte. « Le dernier président chinois s’est rendu en Hongrie il y a 20 ans. Depuis lors, la puissance économique de la Chine a doublé, tandis que l’UE a perdu 20 % de sa force économique”, a-t-il fait remarquer, soulignant l’importance pour la Hongrie de servir de point de rencontre entre les technologies occidentales et orientales et citant le parc industriel de Debrecen comme un exemple de premier ordre.

« Nous ne devons pas subordonner les intérêts économiques de la Hongrie à des questions idéologiques. Nous devons être le point de rencontre entre les technologies occidentales et orientales“, a-t-il déclaré, ajoutant que la Hongrie ne devait pas être naïve face à la réalité de la concurrence économique mondiale. « Pendant que certains prêchent la prudence, d’autres étendent agressivement leur portée économique », a conclu le Premier ministre Orbán.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

6 réponses à “Viktor Orbán : « Les prochaines élections européennes décideront de la guerre et de la paix en Europe »”

  1. gautier dit :

    les ” COMPLOTISTES ” le disent depuis 5 ans ! l’Europe telle qu’elle est est atlantiste dévouée à Davos ( le nouvel ordre Mondial, à l’Amérique et l’Otan ! si rien ne change aux élections ce sera la guerre, rien qu’avec Macron on en est à deux pas ! les vaccins n’ont pas eu ( pour l’instant, car les crises cardiaques augmentent tous les jours )le résultat voulu, alors il faut la guerre nucléaire pour faire le travail !! continuez à rester chez vous, tout va bien c’est L.C.I et B.F.M QUI LE DIT !!!! BOUGEONS NOUS LE CUL !!!! VOTEZ !

  2. Gaï de Ropraz dit :

    Je repondrai vulgairement en disant que Viktor Orbàn, en dehors du fait d’être un dirigeant remarquable qui “en a dans le pantalon”, est un des des rares Européens à voir les choses telles qu’elles sont, et qui n’hésite pas à prendre les mesures necessaires pour protéger son pays. A cet egard, oublions la lavette Macron qui est en roue libre, et tournons-nous vers notre destinée en prenant exemple sur de vrais hommes, tel que l’est Viktor Orbàn.

  3. François Bougnet dit :

    L’UE peut peut-être limiter les risques de guerre, mais certainement pas l’empêcher. Sa soumission totale aux États-Unis d’Amérique en fait un allié secondaire de ce pays, pas un allié capable d’influer sur sa politique. L’OTAN, outil des américains n’est pas celui de l’UE. Les élections européennes ne décident en RIEN de l’exécutif de l’UE. Donc la guerre ne dépend pas des élections supranationales, si on est optimiste, on peut espérer qu’elle dépend un peu des élections nationales, même ça je n’y croit guerre.

  4. patphil dit :

    n’y a t-il pas un abri antiatomique sous l’élysée?

  5. mouchet dit :

    Les USA donc l’OTAN agence de l’armement veulent la guerre, mais la Russie ne veut pas de guerre. Elle a juste arrêté un génocide de 200’000 pros russes promis par Zelensky et l’Europe intelligente non plus. Donc votons bien et essayons de mettre dehors nos dirigeants va en guerre avec les articles de notre constitution prévus pour cela. Personne ne sortira vainqueur d’une guerre. Mr Poutine s’est clairement expliqué la dessus il ne veut pas de guerre avec les USA qui dépensent 20 fois plus que tous les pays du globe en armement c’est 45% de leur PIB faisant vivre 25 millions de personnes aux USA. ” Ce n’est pas notre rôle de faire une guerre on sait trop les dégâts. “Que les USA commence déjà à rembourser leurs dettes au lieu de faire des guerres” citant à Mr Carlson cela lors de son interview. Les USA veulent un conflit pour noyer leurs dettes irremboursables entraînant du même coup l’Europe bien endettée elle aussi. Sans guerre les USA craignent le rapprochement avec la Russie et surtout la fin ou le contournement du dollars. Sachons donc dire non et votons intelligent contre les va en guerre Notre Mr Macron en tête de liste pour guerroyer.

  6. mouchet dit :

    Viktor ORBAN à 1’000 fois raison. Les USA veulent dissocier l’Europe afin qu’elle ne revienne pas auprès de la Russie qui ne veut en aucun cas la guerre. Elle a juste empêché le Zelensky de service pantin des USA de faire un génocide de 200’000 pros russes comme il l’a promis lors de ses interview aux TV ukrainienne et étrangères depuis 2014. Sachons donc voter intelligemment en mettant dehors les férus de guerre ou alors organisons des joutes en plein champs pour ceux qui veulent en découdre. N’oubliez pas que les USA pour eux des guerres c’est le business de l’armement en jeux 52 conflits depuis 1970 fait par les USA. En Plus leurs budgets militaires doit se justifier devant l’opinion publique et donc faire des guerres, afin d’amortir leurs investissements d’armements et leur ARMADA de guerre estimé avec tout à 56’000 milliards. Donc il faut qu’ils justifient les budgets de 1500 milliards annuels avec les maintenance et tout le personnel qui va avec soit 45% de leur PIB. Mr Poutine l’a très bien expliqué à Mr Carlson lors de son interview “on ne veut pas de guerre avec les USA qui dépensent 900 milliards d’armes annuels” Sachez tout d’abord rembourser vos dettes ou lieu de toujours faire des guerres”

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. La Hongrie condamnée à 200 millions d’euros d’amende par Bruxelles pour avoir défendu les frontières de l’UE

Découvrir l'article

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

Politique

Orbán accueillerait favorablement une fusion des droites dans l’UE – la pression sur Marine Le Pen et Meloni

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « La Hongrie décidera de son propre destin, pas Bruxelles »

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

International

Immigration. En dix ans, les dirigeants actuels de l’Union Européenne ont permis l’entrée de l’équivalent d’un nouvel Etat membre

Découvrir l'article

Sociétal, Société

9 pays de l’UE ont refusé de signer la déclaration européenne des droits LGBT

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky