page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hôpital psychiatrique du Morbihan se barricade contre les dealers

Depuis le 15 avril 2024, l’Établissement public de santé mentale du Morbihan (EPSM) à Saint-Avé a renforcé la sécurité de ses trois entrées pour lutter contre le trafic de stupéfiants. Désormais, les visiteurs doivent montrer patte blanche pour accéder à l’établissement.

Cette décision fait suite à plusieurs alertes de professionnels et de familles de patients concernant la recrudescence de drogues dans l’enceinte de l’hôpital. Certains dealers n’hésitaient pas à interpeller les patients et les soignants pour leur proposer leurs produits.

Une barrière a été installée à l’entrée principale, où un agent de sécurité est présent sept jours sur sept pour contrôler les entrées. Les deux autres entrées ont été fermées et ne sont accessibles qu’aux personnes munies d’un badge ou d’un code.

Cette situation n’est pas nouvelle pour l’EPSM, qui est confronté depuis plusieurs années à ce problème, commun à de nombreux hôpitaux psychiatriques. La compagnie de gendarmerie de Vannes assure assurer une surveillance régulière de l’établissement.

Les premières mesures de sécurité semblent porter leurs fruits, selon la direction de l’EPSM. Cependant, une évaluation sera effectuée cet été pour déterminer si les contrôles doivent être renforcés, en particulier aux sorties, qui sont actuellement libres.

Le directeur de l’établissement, Thomas Roux, souligne que la fermeture totale du site n’est pas envisageable, pour des raisons de faisabilité et de philosophie de la psychiatrie moderne, qui vise à aider les patients à retrouver leur liberté. La sécurisation de l’établissement a pour but de protéger les patients contre les trafics illicites, sans les empêcher de sortir.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “L’hôpital psychiatrique du Morbihan se barricade contre les dealers”

  1. Gaï de Ropraz dit :

    Puisqu’on parle de décisions faites suite à plusieurs alertes de professionnels concernant la recrudescence de drogues dans l’enceinte de l’hôpital du Morbihan, lorsque vous mentionnez que : “”Désormais, les visiteurs doivent montrer patte blanche pour accéder à l’établissement””, autant que possible, merci de specifier la nature de la “Blanche” ….

  2. louis dit :

    quel pays🙄 ? pas de doute ça s’arrange de jour en jour

  3. patphil dit :

    drole de pays , tout fout le camp

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

Pouvoir d’achat, sécurité, immigration: le Forum BFMTV en intégralité

Découvrir l'article

AURAY, Local, LORIENT, PLOËRMEL, Politique, VANNES

Législatives 2024. La liste complète des candidats en Morbihan

Découvrir l'article

LORIENT

Agression au drive de fast-food : un jeune homme poignardé sept fois pour avoir doublé la file

Découvrir l'article

Santé, Sociétal

La France submergée par les drogues : un narco-État en gestation ?

Découvrir l'article

DOUARNENEZ, Ensauvagement, Justice, QUIMPER

Quimper. Deux Tunisiens condamnés pour un important trafic d’héroïne en Bretagne

Découvrir l'article

Sociétal

JO 2024 et Tiers Monde : Paris se prépare à un pic de délinquance pendant les Jeux

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : les travailleurs de l’industrie en danger ?

Découvrir l'article

LORIENT

Lorient. Deux frères relaxés pour vice de procédure dans une affaire de trafic de stupéfiants

Découvrir l'article

FOUGERES

Fougères : vague de vandalisme : abris de bus et voitures saccagés

Découvrir l'article

International

Manifestation contre l’immigration en Tunisie : « Nous ne voulons pas que les migrants occupent et détruisent notre ville »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky