page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Effondrement du Royaume-Uni. S’ils arrivent au pouvoir, les travaillistes veulent faciliter le changement de sexe

La réponse du parti travailliste britannique, le mois dernier, au rapport de la pédiatre Hillary Cass, qui a constaté que le traitement des enfants incertains de leur sexe “est un domaine où les preuves sont remarquablement faibles”, indique que le parti avait peut-être pris un virage sur la question des transgenres. Mais les militants affirment que cette nouvelle approche représenterait “l’une des interventions les plus dangereuses dans la vie publique depuis une génération”.

L’équipe de Sir Keir Starmer envisage de faciliter le changement de sexe en autorisant un seul médecin de famille à approuver la décision, plutôt qu’un groupe de médecins et d’avocats. Une telle politique rapprocherait la Grande-Bretagne de l’adoption de ce que les militants des deux camps appellent l'”auto-identification”, les activistes pro-trans considérant souvent le genre comme une question de choix (ou au moins comme le produit d’une “âme sexuée”), typiquement en contradiction avec une identité sexuelle cruellement “assignée à la naissance”.

Moins d’un mois après que le travailliste Wes Streeting a reconnu que son parti avait ignoré “toutes sortes de complexités” entourant la transition, une source de l’opposition a déclaré au Times que M. Starmer souhaitait rendre le processus “moins médicalisé”, peut-être en réduisant le nombre d’experts nécessaires pour approuver les certificats de reconnaissance de genre, qui permettent aux personnes transgenres de voir leur genre adopté affirmé et légalement reconnu.

Helen Joyce, de l’organisation caritative Sex Matters, qui s’intéresse aux transgenres, a déclaré qu’en apprenant la nouvelle, “mon cœur a battu la chamade”. Elle a écrit dans le Mail :

S’il est adopté, le projet de Sir Keir Starmer représenterait l’une des interventions les plus dangereuses dans la vie publique depuis une génération. À ce jour, seuls 6 000 certificats de reconnaissance de genre ont été délivrés au Royaume-Uni et les personnes qui en sont titulaires ne représentent probablement que quelques pour cent de la population transgenre du pays. Toutefois, selon les propositions de Sir Keir Starmer, une transition pourrait être approuvée par un seul médecin généraliste sans aucun diagnostic de dysphorie de genre.

En d’autres termes, le plan du parti travailliste ne se contente pas de simplifier le processus de changement de sexe, il le rend aussi facile que l’obtention d’une ordonnance. … Les projets du parti permettraient essentiellement aux hommes d’obtenir le statut juridique de femmes sans aucune garantie.

La ministre conservatrice de la condition féminine, Maria Caufield, a averti plus précisément que les propositions du parti travailliste “conduiraient à ce que davantage de personnes dans les prisons s’identifient elles-mêmes pour avoir accès à des femmes vulnérables, et à ce que davantage d’hommes cherchent à accéder à des espaces réservés aux femmes”. Des problèmes se poseraient sans aucun doute dans d’autres domaines également, en particulier dans les espaces réservés aux femmes en dehors du parc pénitentiaire britannique et fréquentés par des femmes moins vulnérables.

D’un point de vue purement pratique, le Royal College of GPs a souligné que ses membres médecins travaillent déjà sous une “pression considérable”, suggérant que cette charge de travail supplémentaire pourrait pousser les collègues médecins à bout.

L’alliée de Caufield au sein du cabinet, la secrétaire d’État aux affaires Kemi Badenoch, a ajouté qu'”il n’y a aucune raison d’assouplir les garde-fous en place”.

Les détails spécifiques des projets du parti travailliste n’ont pas encore été dévoilés, probablement parce que le parti évalue la réaction des médias et du public à ces idées sommaires. Les militants qui s’intéressent à cette question suivront de près les déclarations faites au cours des prochains mois.

On a hâte de voir les nouvelles municipalités à majorité musulmane accueillir ce texte. Revendications LGBT et islamistes ne devraient pas cohabiter ensemble très longtemps…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Effondrement du Royaume-Uni. S’ils arrivent au pouvoir, les travaillistes veulent faciliter le changement de sexe”

  1. DANY BARTHOUIL dit :

    On est en plein concours d’apprentis sorciers qui ont trouvé une nouvelle poule aux œufs d’or!! Après le faux vaccin anti covid voilà qu’on joue avec ma race humaine par bourrage de crâne des ados…c a d influençables…

  2. Poulbot dit :

    La Grande Bretagne n’est plus ce grand pays qui a résisté aux heures sombres de l’histoire du siècle dernier , ce n’est plus qu’une des nombreuses poubelles qui surgissent en Europe comme la France par exemple.

  3. NEVEU dit :

    Petite anecdote…encore une…deux jeunes femmes de Noblesse anglaise ont reçu un bulletin d’une association de jeunes femmes qui revendiquent les mêmes droits que leurs frères aînés. Elles se sont adressées à leurs pères et à l’une d’entre elles le père a répondu…: “Changez de sexe ma fille c’est la mode!”. Et nous avons ri!

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

International, Sociétal

Propagande en Ecosse. L’idéologie du genre « profondément ancrée » dans les écoles du pays

Découvrir l'article

A La Une, International

Bloqueurs de puberté, conséquences du changement de sexe, enfants cobayes et victimes…Un rapport médical choc sur le genre fait scandale au Royaume-Uni

Découvrir l'article

International

Espagne. Les hétérosexuels, bientôt des sous-citoyens ?

Découvrir l'article

International

Folie Woke en Ecosse. Une nouvelle loi prévoit que les parents qui refuseraient le changement de sexe de leur enfant pourraient encourir jusqu’à 7 ans de prison

Découvrir l'article

International, Sociétal

Terreur woke. En Californie, déclarer « ne pas être raciste », c’est être raciste quand même ?

Découvrir l'article

Sociétal

Amélie Menu : « Fabriquer un vagin artificiel, c’est de la boucherie pure »

Découvrir l'article

A La Une, International

Slovénie. Tanja Brkić : « Le wokisme se cache derrière un masque “bienveillant” mais représente le mal. Un mal qui doit être détruit » [Interview]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Sociétal, Société

Incels, manosphère, trans, nerds ….. ou le besoin d’appartenance

Découvrir l'article

E brezhoneg, Local, REDON, Sociétal, Société

Sant-Senour (35) : “Nebeutoc’h a drañs, muioc’h a Frañs !”

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky