Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ukraine : la folle marche de l’Histoire

Tentant de comprendre la guerre au Vietnam, l’historienne américaine Barbara Tuchman publia en 1984 un livre intitulé : « La marche folle de l’Histoire » dans lequel elle s’interrogeait sur les raisons qui conduisirent des rois ou des dirigeants, tel Montezuma, George III et bien d’autres, à poursuivre des politiques contraires à leurs intérêts vitaux en dépit d’alternatives évidentes. La guerre en Ukraine nous le remet en mémoire.

Pourquoi poursuivre cette guerre alors qu’une architecture européenne de paix, comme le proposa Vladimir Poutine en décembre 2021, aurait pu l’éviter ? Washington y répondit par une note brève qui en reconnaissait l’intérêt avec quelques réserves, tout en se gardant bien d’y donner suite. En conséquence, l’affrontement russo-américain par Ukraine interposé qui ne date pas de février 2021 mais du coup d’état de 2014, ourdi par Victoria Nuland, secrétaire d’état assistante pour l’Europe et l’Eurasie, prend avec le temps une dimension imprévue et tragique. Des analystes politiques s’en inquiètent. Leur inquiétude provient de la récente décision de Joe Biden d’autoriser les Ukrainiens à utiliser les missiles longue-portée qui leur sont fournis par les occidentaux, à frapper des objectifs en Russie sous réserve que ce soit des objectifs militaires. Cette restriction ne rassure guère. Dans le passé, les Occidentaux ont allègrement franchi les limites qu’ils s’étaient imposés concernant les chars, les avions de combat F-16, les missiles anti-aériens et les missiles longue-portée. Il est donc permis de penser que des objectifs civils seront aussi visés d’autant qu’il est parfois difficile de déterminer dans quelle mesure l’objectif est civil ou militaire. La guerre prendra alors une autre tournure.

L’inquiétude vient aussi des messages qu’adresse Vladimir Poutine aux Occidentaux. Dans sa conférence de presse du 28 mai, il a rappelé que les missiles longue-portée étaient contrôlés par les Occidentaux et non par les Ukrainiens. Il a ajouté que cette escalade sans fin pourrait avoir de sérieuses conséquences en Europe et dans le monde.1 Sergueï Lavrov a aussi tenu des propos peu amènes dans sa conférence du 18 mai, considérant que les Occidentaux ont fait le choix d’une confrontation sur le champ de bataille.2 En bref, les Russes nous disent cici : nous sommes prêts à vous affronter. Leur message subliminal est plus inquiétant : nous ne bluffons pas. Nous avons les moyens non seulement de nous défendre mais aussi de vous détruire (les missiles Sarmat contiennent plusieurs missiles hypersoniques indétectables et les missiles sous-marins Poséidon peuvent provoquer des raz-de marée sur les côtes américaines). Aussi, ne faut-il pas s’étonner que les messages d’alerte en provenance de personnalités aussi connues et respectées que Paul Craig Robert,3 Gilbert Doctorow,4 M. K. Bhadrakumar,5 Jacques Baud,6 Alastair Crooke,7 etc. se soient multipliées ces derniers jours. Que nous disent-ils ? Refusant la défaite, l’Ouest a choisi l’escalade. Espérons qu’ils se trompent.

Le monde est aussi irrationnel aujourd’hui qu’il l’était au temps de la guerre au Vietnam. Barbara Tuchman le regretterait certainement, mais ne serait pas surprise.

Jean-Luc Baslé – 3 juin 2024

1 Answers to media questions following the visit to Uzbekistan, Tashkent – May 28, 2024

2 Speech by the Minister of Foreign Affairs of the Russian Federation Sergey Lavrov, May 18, 2024

3 Sous-secrétaire au Trésor de Ronald Reagan. “Watching Washington foment nuclear war.” 2 June 2024.

4 First strike capable: why Russia is indifferent to damage to one or another ground based radar installation, June 1, 2024.

5 Diplomate, ancien ambassadeur de l’Inde en Turquie. “Ukraine: Russia won’t escalate, US will.” May 31, 2024.

6 Ancien colonel de l’armée suisse, analyste stratégique. « Ukraine : le dur chemin vers la défaite ! » 29 May 2024.

7 Ancien diplomate britannique. “The brink of dissolution: Neurosis in the West as the levee breaks.” May 27, 2024.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Ukraine : la folle marche de l’Histoire”

  1. louis dit :

    la guerre oui et pas seulement avec la russie mais aussi avec la chine , et les américains peuvent compter sur leurs chiens de garde comme les français notamment

  2. kaélig dit :

    Je suis quand même surpris de la capacité de résistance de l’Ukraine face à l’agression de la Russie.
    Ce sont des peuples frères malgré l’énorme passif de l’Holodomor avec ses 4 millions de morts de famine provoqués par la volonté de Staline en 1933 de collectivisation des terre.
    En tout cas, c’est une tragédie pour l’Europe, je parle de la vraie Europe, celle de l’Atlantique à l’Oural.
    Il aurait fallu sous l’égide de l’ONU organiser un référendum dans les régions russophones quitte à amputer l’Ukraine. On a bien amputé la Corée, la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, Chypre, créé le Timor Oriental…Au lieu de celà, c’est la guerre qui peut durer encore des années avec ses centaines de milliers de morts, d’handicapés, de blessés, des villes dévastées…Bref, c’est un véritable suicide de l’Europe auquel nous assistons. Les gagnants de ce conflit sont manifestement les USA face à une UE complètement dépassée par le phénomène migratoire, faible mitairement et de plus en plus économiquement. Triste fin pour cette europe qui régna sur le Monde et qui a quasiment tout inventé du Monde Moderne et des Droits de l’Homme.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Immigration. Le Parlement finlandais adopte une nouvelle législation sur le contrôle des frontières

Découvrir l'article

International

Une majorité relative d’Européens veulent que l’Ukraine négocie la paix avec la Russie

Découvrir l'article

A La Une, International

Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, International

Ukraine. Nikola Mirkovic de retour du Donbass : « Cette guerre est une autodestruction sans nom, une autolyse slave, un traumatisme et une blessure pour tous les Européens » [Interview]

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

International

Gaza, Ukraine….Peut-on échapper à l’escalade belliciste ?

Découvrir l'article

International

Guerre en Ukraine : la vérité empoisonnée ? Par Régis Le Sommier

Découvrir l'article

A La Une, International

« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen

Découvrir l'article

A La Une, International

Dionis Cenusa : « La capacité de l’Ukraine à se défendre ne permet pas à la Russie de s’approcher d’Odessa et d’atteindre la Transnistrie »

Découvrir l'article

International

Pierre Conesa : « Les intellectuels parisiens n’iront jamais faire la guerre en Ukraine »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky