Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]

Stanislav Aseyev est un écrivain et journaliste ukrainien. Il est titulaire d’un diplôme de philosophie et d’un master en études religieuses de l’université de Donetsk. Auteur d’un recueil de nouvelles et d’un roman, Elephant Melchior, il a commencé à rendre compte de ce qui se passait à Donetsk entre 2015 et 2017. Son travail a été publié sous le pseudonyme de Stanislav Vasin dans le journal Mirror Weekly et d’autres médias ukrainiens, ce qui lui a valu d’être arrêté et détenu dans une prison secrète pendant plus de deux ans. Aseyev a été libéré dans le cadre d’un échange en décembre 2019. Ses dépêches de la République populaire de Donetsk ont été rassemblées et publiées sous le titre In Isolation : Dispatches from Occupied Donbas. Il a ensuite écrit un livre relatant ses expériences dans le camp de torture d’Izolyatsia, The Torture Camp on Paradise Street (Le camp de torture de la rue Paradis).

Depuis sa libération, M. Aseyev participe activement à la lutte pour les droits des prisonniers détenus dans des prisons en Russie et dans les territoires occupés, et il a pris la parole dans des forums tels que le Conseil de l’Europe et la Conférence de Munich sur la sécurité. Il a également fondé le Fonds d’initiative pour la justice afin de traquer les criminels de guerre tels que ceux qui géraient Izolyatsia et d’autres sites similaires. En 2023, Aseyev s’est enrôlé dans les forces de défense territoriale de l’Ukraine en tant que fantassin. Fin avril 2024, alors qu’il sert dans la 109e brigade séparée de défense territoriale, Aseyev est victime d’une commotion cérébrale lors des combats dans le Donbas et est envoyé à l’arrière pour se rétablir. C’est au cours de cette période, avant son retour au front, que nous avons réalisé cet entretien.

Notre confrère l’a interviewé pour The European Conservative, et nous vous proposons la traduction de cette interview.

NDLR : à chaque article ou interview sur la question de la guerre en Ukraine, nous recevons des centaines de messages ou de commentaires d’Internautes, ulcérés que l’on puisse donner la parole à tel ou tel témoin, ici de la guerre, là de ses conséquences, là encore des positionnements des interlocuteurs. Notre conseil : si vous pensez que cette guerre est un match de football, prenez un billet d’avion, et aller aider, dans un camp comme dans un autres, les soldats, ou les humanitaires qui sont sur le front, et qui eux, ne passent pas leurs journées à pianoter sur un clavier d’ordinateur. De notre côté, nous continuerons à donner la parole à ceux qui sont engagés et qui se portent en première ligne.

En 2014, alors que la ville était occupée par des miliciens pro-russes, pourquoi avez-vous décidé de rester ?

Stanislav Aseyev : En 2014, je suis resté au Donbas principalement pour des raisons familiales. J’étais le seul homme de la famille et j’étais responsable de ma mère et de mes deux grands-mères. Si j’étais parti, elles auraient été laissées seules dans la guerre, et je ne pouvais pas me le permettre.

En juin 2017, vous avez été arrêté parce que vous avez envoyé des dépêches sous un pseudonyme sur ce qui se passait dans la « République populaire de Donetsk ». Comment décririez-vous ce qui s’y passait à l’époque ? L’influence de la propagande russe sur la population a-t-elle été déterminante ?

Stanislav Aseyev : En ce qui concerne ce qui s’est passé là-bas entre 2014 et 2017, c’était comme un retour à l’Union soviétique avec des éléments de ce qu’Orwell a écrit dans 1984, c’est-à-dire un bombardement massif de propagande russe destiné à façonner la population à l’image de l’« homo sovieticus » en présentant une image épique du passé soviétique comme un modèle d’aspiration et en apprenant systématiquement à la population à haïr ceux qui se trouvent de l’autre côté des barricades. La propagande était présente partout, à commencer par les grands panneaux d’affichage et leur style décoratif particulier, jusqu’aux petits médias locaux.

Vous avez été accusé d’« espionnage » et d’« extrémisme » et envoyé dans un camp de détention secret à Paradise Street, ce qui est certainement orwellien. Vous le décrivez comme un camp de torture.

Stanislav Aseyev : Le camp de détention où j’étais s’appelle Izolyatsia (Isolement) et il est toujours en activité.

Pourquoi s’appelle-t-il Isolation ? Parce qu’à l’époque de l’Union soviétique, il s’agissait d’une ancienne usine de matériaux isolants. L’usine a cessé ses activités en 1990 et, depuis 2010, elle abrite une plateforme d’initiatives culturelles, dont une fondation artistique également appelée Isolation. En 2014, après l’occupation des installations par des militants pro-russes, la fondation a déménagé à Kiev, et Isolation est devenu une sorte de camp de concentration. Les pro-russes ont réaffecté les caves et les bureaux en cellules et salles de torture, où la torture était généralement pratiquée à l’aide de courant électrique.

À quoi ressemblait la vie dans le camp ? Qui le dirigeait ?

Stanislav Aseyev : Dans le camp d’isolement, j’ai vu presque tous les types de crimes de guerre : la torture, l’humiliation de la dignité humaine, mais aussi le meurtre de prisonniers, la violence sexuelle et le travail forcé.

C’était un régime très dur, mis en place par l’administration locale de la RPD. Le directeur était Denis Kulykovsky, surnommé Palych*, et ses subordonnés dans l’administration de l’isolement étaient pour la plupart des locaux. La plupart d’entre eux avaient appartenu aux agences ukrainiennes de criminalité/police, mais il y avait aussi des civils. Cependant, le contrôle du camp était entre les mains du cinquième département du FSB, qui opère aujourd’hui « officiellement » sur ce territoire, que la Russie considère comme le sien.

*Palych, qui se plaisait à torturer et à agresser les détenus au hasard, a été arrêté dans la capitale ukrainienne le 9 novembre 2021 par le service de sécurité ukrainien, le SBU, avec l’aide d’Aseyev et du journaliste Christo Grozev. Palych a été condamné à 15 ans de prison pour avoir supervisé et participé à des détentions illégales et à des actes de torture décrits au tribunal par plus de 20 victimes, dont Aseyev lui-même.

Comment peut-on endurer la torture pendant trois ans ? Est-il possible de garder espoir dans un tel endroit ?

Stanislav Aseyev : Ce qui m’a aidé à tenir, c’est le soutien de mes proches, car je savais que, même si je n’avais pratiquement aucun contact avec eux, ma mère et ma petite amie m’attendaient. La haine de l’administration du camp aussi, car je voulais me venger ; et enfin, survivre, sortir de là et au moins raconter ce qui s’était passé dans cet endroit. Finalement, j’ai réussi et j’ai pu écrire un livre à ce sujet.

Parlez-moi de votre libération et de votre retour en Ukraine.

Stanislav Aseyev : J’ai passé 28 mois en isolement, après quoi j’ai été transféré dans une prison officielle, un établissement de Donetsk qui faisait partie du système pénitentiaire ukrainien. J’y ai passé 18 jours, puis j’ai été envoyé dans un camp pour criminels, où il y avait même une caserne séparée pour les prisonniers de guerre et les otages civils. Le camp se trouvait dans la ville de Makiivka. J’y ai passé un demi-mois avant l’échange qui a eu lieu fin décembre 2019.

Nous n’avons été informés de l’échange qu’au dernier moment, c’est-à-dire que nous l’avons appris le matin même de l’échange, mais certains signes indiquaient que quelque chose se préparait. Par exemple, la veille, nous avons reçu des vêtements de la Croix-Rouge, et il était clair que les personnes qui les avaient reçus seraient bientôt échangées. Nous avons simplement été conduits en bus jusqu’aux postes de contrôle où l’échange a effectivement eu lieu. La partie ukrainienne a remis aux Russes les prisonniers qui avaient été détenus en vertu des articles sur le terrorisme ou le collaborationnisme et, du côté russe, les prisonniers de guerre ukrainiens et les otages civils comme moi ont été renvoyés sur le territoire contrôlé par l’Ukraine.

Combien d’Ukrainiens ont trouvé une destination similaire depuis l’invasion russe ?

Stanislav Aseyev : Si nous parlons spécifiquement de l’isolement, plusieurs milliers de personnes y sont passées depuis 2014, peut-être deux mille ou deux mille cinq cents ; il n’y a pas de données exactes, car ce n’est qu’en 2017 que des échanges importants ont eu lieu. Et il y a aussi des gens qui sont partis de manière privée, individuelle.

Si nous parlons des prisonniers de guerre, rien qu’en Azovstal, nous parlons de plusieurs milliers de prisonniers, en particulier du mouvement Azov. En ce qui concerne les civils, il est très difficile de donner un chiffre. Il est possible que nos autorités disposent de statistiques, mais il est fort probable que ces informations soient classifiées et que personne ne puisse donner de chiffres avec certitude.

Après tout ce que vous avez vécu, vous avez rejoint l’armée et vous combattez l’envahisseur russe sur le front. D’autres personnes ayant vécu des expériences similaires ont fait de même. Où trouvez-vous la force de continuer ?

Stanislav Aseyev : Pour les Ukrainiens et l’État ukrainien en général, la question est de savoir si nous continuerons à exister et à survivre ou si nous disparaîtrons tout simplement de la carte politique du monde ; par conséquent, la question de savoir où puiser la force ne se pose pas en tant que telle. Si nous ne nous battons pas, notre État cessera tout simplement d’exister et, à sa place, il y aura des endroits comme Isolation ou d’autres centres de torture que nous avons vus dans le territoire libéré de l’occupation, dans la région de Kiev, dans la région de Kharkiv et dans la région de Kherson. Partout où les Russes ont été présents, il y a eu de la torture. Nous comprenons que, même si nous nous rendons maintenant et disons que nous mettons fin à la guerre, et même s’ils nous prennent les territoires qu’ils veulent, ils nous tueront tous ou nous mettront dans des camps russes comme « Isolation ».

C’est pourquoi la lutte contre la Russie est pour nous une question existentielle, car, comme l’a dit Vladimir Poutine, le territoire de l’ancienne Union soviétique est la Russie historique (pour eux). C’est la réponse à ce qui se passe. Il n’a pas besoin de la région de Donetsk, il n’a pas besoin de Louhansk ou de la région de Kherson. Il veut réunifier l’Union soviétique, et l’Ukraine est la première chose qui l’empêche de s’engager dans cette voie, du moins la première chose qui lui oppose une résistance sérieuse. Je pense que les Occidentaux ne comprennent pas cela ; ils n’entendent pas ces paroles de Poutine, et ils continuent de penser qu’il n’a besoin que de certaines régions de l’Ukraine. Non, il a besoin des territoires de l’ancienne Union soviétique. Et si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

17 réponses à “Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]”

  1. GOALOU dit :

    Qui n’entend qu’une cloche ,n’entend qu’un son .

  2. Gaï de Ropraz dit :

    A mon sens c’est un article très tendancieux ne révélant pas vraiment la nature de “l’invasion soviétique” en Ukraine. Bref, étant Russe d’origine, je suis mal placé pour en parler. De ce fait, il inutile de revenir sur les faits et causes qui ont engendré ce conflit, qui, toutefois je le rappelle, a été en grande partie causé par l’imbécile US Biden, cherchant sans vergogne à placer ses fusées SAM sous le fenêtres du Kremlin …

  3. Verdier dit :

    Naturellement ce témoignage ne peut pas laisser insensible.

    La torture, les “Izoliatsia”, existent indubitablement, mais dans les deux camps, en Russie comme en Ukraine.

    Par ailleurs, le point de vue de Stanislav Aseyev, sur la volonté de reconstitution forcenée de l’Empire russe, par Vladimir Poutine, me semble, pour ma part, infondé.

    Les prémices de “l’Opération militaire spéciale”, auxquels il convient de s’attacher, nous montrent parfaitement, par quel enchaînement savant, de provocations articulées à distance, par l’autre frange mondialiste, anglo-américano-sioniste, “l’ours russe”, a été obligé de réagir.

    Pour conclure, toute guerre entraîne son cortège d’horreurs, d’inhumanité, auxquels toute personne normalement constituée ne peut souscrire, doit s’opposer avec la plus grande vigueur. Sans oublier cependant, que l’exercice de la violence alimente la fournaise sans fin de la violence.

    Recherchons donc la paix, dans nos mots, dans nos esprits…

  4. VORONINE dit :

    trop tard pour pleurnicher , il ne fallait pas choisir l’OTAN etlesUSA qui se foutent de vous !

  5. gilles dit :

    Tout ce qui est excessif est insignifiant…

  6. Pschitt dit :

    La première réponse de M. Aseyev rappelle que deux millions d’Ukrainiens ont quitté le Donbass pour se réfugier en Ukraine à partir de 2014, et que ceux qui sont restés ne l’ont pas toujours fait de gaîté de coeur. Le narratif du peuple russophone qui se soulève contre l’oppression et fait face à une répression féroce du pouvoir central est pour l’essentiel une construction propagandiste. Elle sert bien sûr à camoufler la stratégie impérialiste de Vladimir Poutine. Beaucoup s’y sont laissés prendre par sympathie pour les peuples opprimés, sans s’apercevoir que les opprimés n’étaient pas ceux que la propagande disait !
    Quant à la suite des événements si l’Ukraine tombe, le sort des pays baltes est peut-être moins scellé aujourd’hui qu’il y a quelques mois. L’attitude des pays européens envers Poutine s’est beaucoup durcie par rapport à 2022. Or foncièrement ces pays sont plutôt lâches. S’ils montrent davantage les dents à présent, c’est parce qu’ils ont moins peur. Malgré un effort de guerre absolument colossal, l’armée russe piétine sur le terrain ; ses gains territoriaux de 2023 ne dépassent pas quelques centaines de km² et elle en est réduite à détruire systématiquement des équipements civils. De plus, les armées occidentales ont eu le temps d’analyser la qualité de ses matériels et de trouver des parades. La Chine, qui soutient Poutine comme la corde soutient le pendu, ne continuera à livrer de l’armement que si elle a la certitude d’être payée (elle-même commence à avoir un gros problème de dette). Il devient donc douteux que Poutine puisse aller beaucoup plus loin dans sa tentative de reconstitution de l’URSS.

  7. Bohanne dit :

    L’Ukraine est déjà tombée… sous le joug américain

  8. Michel dit :

    Pschitt, votre commentaire très, trop orienté fait pschitt.

    Pour ne pas être complètement ridicule, citez des sources, à supposer que vous en trouviez.

    Par exemple. sur 2 millions d’«ukrainiens» qui “quittent” le Donbass,
    Par exemple. sur “le narratif…” qui présuppose qu’il n’y avait pas d’oppression des nazo-ukrs envers la population russophone du Donbass.

    L’armée russe “piétine” parce que contrairement aux ukrainiens, elle fait attention à la population civile.

    Que des parades aient été trouvées contre les matériels de guerre russe, c’est normal. Mais il suffit toujours d’un drone de quelques centaines d’euros pour détruire un char occidental de 10 millions d’euros. Occident qui est exsangue du point de vue du matériel militaire.

    Et le pire est que vous semblez donner à la Russie des prétentions qu’elle n’a pas : envahir l’Occident. Je rappelle que historiquement la Russie n’a jamais envahi personne, elle n’a fait que se défendre et défendre la foi chrétienne orthodoxe et, suivant Sun Tzu, l’attaque est la meilleure des défenses. Elle a subi le joug mongol (un siècle et demi), le joug catholique (la République des deux nations, deux siècles) et le joug communiste (73 ans) et s’en est sorti à chaque fois. Vous voulez qu’elle subisse encore le joug otanesque ? Non. Et je trouve que qu’elle a été trop patiente entre 2014 et 2022, bien que cela lui ait permis de se réarmer et de devenir la première armée du monde, techniquement comme dans l’efficacité.

    Et pour finir je rappellerai les paroles de Saint Laurent de Tchernigov (1868-1950) : “Comme on ne peut séparer la Sainte Trinité Père, Fils et Saint-Esprit – un seul Dieu, on ne peut séparer la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, les trois formants La Sainte Rus’.”

    Kiev est le berceau de la Russie et l’«Ukraine» est un montage politique des ennemis de la Russie. Et les russes trouvent Poutine bien trop prudent, mais je pense qu’il a raison de marcher sur des œufs car l’ennemi – l’État Profond, composé de sionistes détestant le Christ – est sournois.

  9. Cht'imi59 dit :

    Propagande, propagande ! Aucune crédibilité à avoir envers les dires de ce Monsieur. D’avoir publié les paroles de ce menteur nous permet d’exprimer tout le mépris que nous pouvons avoir pour lui. Merci de l’avoir fait et de prendre la mesure des mensonges des ukronazis.

  10. blasin dit :

    bof tout çà correspond au discours entendu sur tous les plateaux occidentaux , le drame ce sont des slaves qui se trucident au grand bén&fice de l’ami américain et de son oligarchie financière. la guerre finie qui ira joué au casino à Chypre ….

  11. Pschitt dit :

    Michel, le simple fait que vous posiez la question des sources prouve que vous connaissez mal la question. Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul. Plusieurs organismes, et en particulier le haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies (UNHCR), ont publié un grand nombre de rapports sur la situation dans le Donbass entre février 2014 et février 2022. Comme vous n’admettrez sans doute pas mes citations, je vous laisse le soin de les consulter vous-même.
    “Historiquement, la Russie n’a jamais envahi personne”, dites-vous ? Vous plaisantez, je suppose ! Sinon, allez le dire aux Géorgiens ! Allez le dire aux Afghans ! Allez le dire aux Polonais et aux Finlandais (d’accord, ce n’est pas la Russie mais l’URSS qui les a envahis en 1939, mais la différence est mince). Allez le dire aux Allemands de Königsberg ! Plus loin dans le passé, allez le dire aux Caréliens, aux Lituaniens, aux Lettons, aux Estoniens, aux Ottomans, aux Sibériens, etc. Les Russes ont même envahi Paris en 1814, mais j’admets que nous l’avions un peu cherché et que ça n’a pas duré longtemps…

  12. DAMSEAUX dit :

    Mr Fr Hollande et Mme A. Merkel ont contresigné accords et protocole de Minsk , traité conclu entre Ukraine et Russie. Il me semble que la Russie a rempli sa part du contrat en se retirant d’ Ukraine, ce départ permettant aux Ukrainiens de massacrer les Russophones de la région du Donbass. Cette attitude et l’influence grandissante américaine dans la politique intérieure d’Ukraine, la fourniture massive d’armes US, tout cela a agacé la Russie qui a mis ses cosignataires en garde .. Nos médias ont cherché à nous encourager dans les efforts qu’on nous a imposés: crise énergétique, fournitures militaires à un pays en guerre ( interdit par notre législation ) formation de techniciens militaires ukrainiens, en nous rassurant sur l’état des forces russes prêtes à s’effondrer et sur l’état de santé de Mr Poutine… Mensonge et propagande que tout cela …

  13. mouchet dit :

    Il faut clarifier cette guerre plutôt je dirais une guerre politico financière économique contre l’hégémonie et la suprématie du dollars ni plus ni moins. Cette guerre contre la suprématie du dollars a commencé par la guerre contre l’Irak sur un mensonge d’état devant l’ONU, par les USA. Puis contre la Syrie en payant des extrémiste pour le chaos et ensuite contre la Lybie. Ces 3 pays s’étaient accordés de vendre leur gaz et pétrole en 5 monnaies mondiales, soit le yen le yuan le rouble, l’euros et le dollars. Peine perdue les USA outrés d’une pareille outrecuidance décision de pays subalternes, ont exterminé les 3 pays avec 2,4 à 2,6 millions de morts. D’ailleurs à cet effet devant des symposium en comités restreints même à Davos, les USA ont toujours affirmé qu’ils ne laisseraient jamais le dollars s’effondrer ni même que les pays qui s’échangent en énergies minerai et autres qu’en cotation dollars, sinon il feraient une 3eme guerre mondiale et nous y sommes. Alors oui dans toute guerre il y a des bavures. Mr Asseyev est bien gentil mais il occulte depuis 2010 les massacres des populations du Donbass Donetsk et tout l’est de l’Ukraine. Des reporters françaises et français ont été pendant la guerre du Donbass avec d’anciens militaires français tireurs d’élite aider les populations du l’est ukrainien ou la situation était effroyable inhumaine une boucherie à ciel ouvert. Bombardés jour et nuit, les armées de Kiev tuaient volaient violaient incendiaient systématiquement dans toutes villes, villages, les provinces du Donbass Donetsk et tout l’est de l’Ukraine.Les populations rescapées se sont réfugiées dans les sous sols des immeubles des caves avec leurs enfants durant 6 longues années. Témoignages et reportages de l’époque édifiants et aussi les mêmes photographies d’immeubles bombardées entre 2014 et 2018 que l’on nous ressert pour accuser la Russie. En tout plus de 45’000 morts des exécutions sommaires dans tous les villages reconquis par Kiev et l’armée environ 4’500 personnes dans l’année dernière pour la contre offensive. Lors du coup d’état on a brûlé vif les 55 opposants dans une église à Meidan. Zelensky s’est vanté devant les TV de tuer 200’000 pros russes. QUESTION FONDAMENTALE :pourquoi la Russie n’est-elle pas intervenue avant ? Des question de géo politique croyant qu’elle pouvait régler le problème en faisant signer les accords de Minsk et la bonne foi honnête de la Russie en sachant que les USA derrière feraient une guerre contre la Russie. Donc durant ce temps la Russie et les BRICS ont développé des alliances, des armes et une armée rationalisée et surtout une opposition au dollars. L’erreur des USA l’occident fut de minimiser les alliés de la Russie. Erreur fatale puisque les BRICS 3/4 de l’humanité mènent la dance et le prochain effondrement du dollars. Sans ambiguïtés la Chine a déclaré après le congrès de Saint Pétersbourg du 6 juin, devant 136 pays et 3400 représentants, 17’100 personnes, a conseillé à tous les pays des BRICS de s’opposer fermement à cette guerre froide financière et commerciale comme un holdup de l’occident, c’est clair. Ce qui sous entend un contournement total du dollars à 100% effectif en commerce international et l’actuel contourner à 50 % en financier pour arriver à un contournement total. Si les USA ont arrêté toutes les sanctions financières envers les banques russes le 30 AVRIL dernier c’est pour 2 raisons : un déclin de la masse monétaire du dollars indispensable pour le train de vie des USA et surtout une baisse drastique du commerce en dollars et en financier très dangereux pour la suprématie du dollars et des USA couverts de dettes de 50’000 milliards irremboursables plus 4 fois plus en hors bilans bancaires. La preuve de la dictature de l’Ukraine par un président périmé date de péremption échue, 12 millions d’Ukrainiens sont partis et 600’000 jeunes aussi pour ne pas se voir tués u front ridicule. L’actuel c’est 700’000 morts de jeunes soldats par la dictature de Mr Zelensky pantin des Etats Unis soit 200 milliards de chiffre d’affaire du militaro business des USA cela coûte très très cher. Mais comme il est millionaire de 25 à 28 millions (magazine Forbes USA) il ne craint rien sauf d’avoir échappé à 2 attentats au sein de son armée. Le 3eme lui sera fatal et il se monte un gouvernement provisoire d’opposition par les ukrainiens réfugiés à l’étranger.

  14. Juluan dit :

    Dans un tel marais de neuneus poutinistes, il est bon que Breizh Info montre des points de vue contradictoires. C’est courageux parce que ça peut potentiellement leur faire perdre des lecteurs.

  15. Gaï de Ropraz dit :

    Dieu ! (“Boje te Moï” en russe), que je suis redevable à Michel de son exposé de 13H27 !!! Bravo ! D’une part il a parfaitement assimile le problème, et d’autre part mes sentiments rejoignent les siens. “Bolchoia Spociba” (Merci beaucoup)

  16. GAVROCHE dit :

    Rappel: 2 eme guerre mondial 50% des Ukrainiens était engagé dans l’armée Hitlerienne pour envahir l’Europe dont la France evidament! les autres ont ete dans l’armée Russe (URSS) qui nous ont aides à arreter Hitler! avec beoucoup de pertes humaines plus que les Ricains alors restons moderes vis à vis de ce conflit.

  17. Pluton dit :

    Juluan, les “neuneus poutinistes” (!) attendent avec impatience les “points de vue contradictoires” que vous réclamez. Pschitt s’y est essayé et a été publié. Si Breizh Info n’en montre pas d’autres, c’est tout simplement qu’ils n’existent pas et ce ne sont pas vos 2 lignes qui pourraient même être qualifiées de “point de vue”.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Immigration. Le Parlement finlandais adopte une nouvelle législation sur le contrôle des frontières

Découvrir l'article

International

Une majorité relative d’Européens veulent que l’Ukraine négocie la paix avec la Russie

Découvrir l'article

International

Ukraine : la folle marche de l’Histoire

Découvrir l'article

A La Une, International

Ukraine. Nikola Mirkovic de retour du Donbass : « Cette guerre est une autodestruction sans nom, une autolyse slave, un traumatisme et une blessure pour tous les Européens » [Interview]

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

International

Gaza, Ukraine….Peut-on échapper à l’escalade belliciste ?

Découvrir l'article

International

Guerre en Ukraine : la vérité empoisonnée ? Par Régis Le Sommier

Découvrir l'article

A La Une, International

« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen

Découvrir l'article

A La Une, International

Dionis Cenusa : « La capacité de l’Ukraine à se défendre ne permet pas à la Russie de s’approcher d’Odessa et d’atteindre la Transnistrie »

Découvrir l'article

International

Pierre Conesa : « Les intellectuels parisiens n’iront jamais faire la guerre en Ukraine »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky