Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Espagne. « Le contenu des manuels d’Histoire dépend du ministère de l’éducation et des adaptations faites par les communautés autonomes, en fonction de leur ligne politique » Entretien avec José Rodríguez

José Rodríguez Cuadrado a étudié l’administration des affaires à l’université de Lancaster et à l’ICADE. Après avoir travaillé comme consultant bancaire chez Oliver Wyman, il s’est rendu dans un monastère, où il a découvert sa vocation d’enseignant. Il a ensuite obtenu un deuxième diplôme en sciences humaines et a travaillé comme enseignant pendant huit ans. En 2019, il se lance dans la politique municipale à Majadahonda (Madrid), en tant que conseiller pour l’enfance et la famille. Avec d’autres enseignants, il a créé “Historia con texto” (L’histoire par le texte), un projet qui vise à changer la façon dont l’histoire est étudiée.

Álvaro Peñas, rédacteur en chef de deliberatio.eu et collabore à Disidentia, El American, et journaliste pour The European Conservative, l’a interviewé, et nous avons traduit cette interview pour vous.

Comment est né le projet “Histoire avec texte” ?

José Rodríguez : Je suis membre de l’association d’histoire Majadahonda et j’ai été enseignant pendant huit ans. C’est à cette époque que l’idée a germé. Mais nous ne l’avons lancée qu’il y a un an, avec le soutien de plus de 40 associations, pour la plupart signataires du protocole de Santa Pola (et d’autres non), comme Educators against indoctrination, Héroes de Cavite, Misión Hispana. Certains d’entre eux travaillaient dans le domaine de l’éducation et écrivaient aux éditeurs pour dénoncer des textes erronés ou faux, mais ils ne parvenaient généralement qu’à modifier une ou deux phrases. Cette nouvelle idée est beaucoup plus large et ambitieuse.

En quoi consiste le projet ?

José Rodríguez : Il s’agit d’une alternative aux manuels scolaires, qui vise à changer radicalement l’enseignement de l’histoire au collège et au lycée. Nous sommes en train de terminer le quatrième livre d’histoire de l’ESO, que les enseignants peuvent télécharger gratuitement et utiliser comme livre de soutien ou même comme manuel principal. L’idée est de fournir des livres qui sont véridiques et qui enseignent l’histoire, plutôt que de promouvoir l’Agenda 2030 partout. Tout le monde peut télécharger les livres sur le site HistoriaConTexto.com – où ils seront toujours gratuits – et les utiliser en tant qu’enseignant ou les offrir aux enseignants de leurs enfants ou petits-enfants.

Cela posera-t-il un problème avec le ministère de l’éducation ?

José Rodríguez : Non, car les enseignants se conformeront aux programmes de chacune des communautés autonomes. Les enseignants peuvent choisir les manuels qu’ils souhaitent utiliser, à condition qu’ils incluent ce qui est établi dans la loi. Tant que le manuel est conforme à la loi, l’enseignant est libre de l’utiliser et d’organiser le programme pour les élèves. Par exemple, HistoriaConTexto.com met l’accent sur l’esprit critique promu par la loi ainsi que sur les axes chronologiques.

Outre le manque de contenu, quel est le principal défaut des manuels lorsqu’il s’agit de présenter l’histoire ?

José Rodríguez : En réalité, les manuels d’histoire n’ont cessé de se dégrader et nombre d’entre eux ressemblent désormais à un magazine pour adolescents afin de rendre la matière attrayante par sa conception plutôt que par son contenu. Ce sont des livres très schématiques dans lesquels les élèves apprennent par cœur quelques idées vagues. Il n’y a pas d’analyse des causes et des conséquences, ce qui rend pratiquement impossible la compréhension des événements historiques et, de plus, avec les nouvelles lois, les livres ne suivent pas un ordre chronologique, de sorte que l’histoire est apprise comme une succession d’événements isolés. Il est donc impossible de développer un esprit critique.

Si les élèves ne développent pas d’esprit critique, comment peuvent-ils apprendre quelque chose de l’histoire ?

José Rodríguez : Bien sûr, mais pour développer l’esprit critique, il faut encourager les capacités d’analyse des élèves en leur présentant des textes de différents auteurs sur les causes et les conséquences de l’histoire. C’est impossible quand les textes les plus longs d’un manuel ne font que trois paragraphes. Il n’y a pas non plus de gradation de contenu pour différencier les faits fondamentaux des faits anecdotiques, ce qui augmente la confusion et l’ignorance. Il est donc impossible de développer quoi que ce soit, d’où le caractère décourageant de l’image. Il convient également de souligner qu’il ne s’agit pas d’un problème propre à l’Espagne et que la même chose se produit dans d’autres pays. Comme le souligne le rapport PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), le niveau de compréhension de la lecture est en baisse dans le monde entier.

Comment y parvient-on dans “Historia con texto” ?

José Rodríguez : L’idée de base est que, bien que 80 % du contenu soit identique à celui d’un manuel scolaire, il y a un nouveau 20 % que les élèves pourront apprendre et qu’ils n’auraient pas appris d’une autre manière. Ces 20 % font la différence et ouvrent la porte à la réflexion, afin que les élèves ne se contentent pas de ce qui est écrit sans aucun esprit critique. Notre histoire est pleine d’événements pertinents qui doivent être pris en compte, comme la reconquête et les rois catholiques, et, même si tout le monde ne va pas l’étudier, il y a un pourcentage qui le fait et que nous ne pouvons pas perdre. L’OCDE estime à 9 % la moyenne de la classification la plus élevée des élèves, mais en Espagne, elle n’est que de 6 %. En d’autres termes, nous perdons un tiers de notre avenir au plus haut niveau. L’objectif est que ces 9 % – même si je pense qu’en réalité 15 à 20 % de nos élèves sont brillants (à Singapour, 41 % sont excellents et au Japon, 23 %) – disposent d’un bon livre, structuré et valable.

Nous parlons d’un livre qui encourage le travail en groupe et les outils tels que les résumés visuels, les ressources audiovisuelles et les biographies. Nous voulons des livres d’histoire qui soient attractifs et qui donnent envie d’apprendre le passé, ce qui ne passe pas par la mémorisation de dates.

Cela peut également servir à lutter contre l’endoctrinement qui, non seulement en histoire, est de plus en plus courant dans notre modèle éducatif.

José Rodríguez : La ministre socialiste de l’éducation, Pilar Alegría, nous dit que les manuels scolaires ne contiennent aucun type d’endoctrinement, parce que le ministère n’impose pas le contenu des manuels et que les éditeurs sont des professionnels. En réalité, le contenu des manuels dépend du ministère de l’éducation et des adaptations faites par les communautés autonomes, en fonction de leur ligne politique.

La Catalogne serait-elle le meilleur exemple ?

José Rodríguez : Oui, mais à des degrés divers, c’est le cas partout. Le cas catalan a été dénoncé dans un rapport du syndicat AMES, dans lequel neuf manuels ont été étudiés. La conclusion est que ces manuels ont été utilisés pour orienter les élèves vers le sécessionnisme et l’idée que la Catalogne se portera mieux si elle devient indépendante. Le rapport souligne des faussetés historiques telles que la “couronne catalano-aragonaise” alors que le seul royaume était celui d’Aragon ; il présente l’Espagne comme pauvre et misérable et la Catalogne comme riche et industrieuse ; il transforme la guerre de succession (1700-1713) entre deux aspirants au trône d’Espagne en une attaque de la Castille contre la Catalogne ; et il minimise les incendies d’églises et de couvents alors que 2 000 religieux ont été assassinés en Catalogne au cours des six premiers mois de la guerre civile. Elle a présenté une histoire de bons et de méchants, au service du séparatisme.

Pouvez-vous me donner d’autres exemples ?

José Rodríguez : Oui, un cas très marquant a été la dénonciation de livres sur la connaissance de l’environnement en Andalousie, région gouvernée par le Parti populaire, qui affirmaient que la République espagnole avait reçu l’aide de l’Union soviétique de Staline parce qu’ils partageaient une idéologie “libérale”. Dans les livres d’histoire contemporaine, VOX est présenté comme un parti “d’héritage fasciste et national-socialiste”, tandis que dans les valeurs civiques et éthiques, on trouve des affiches du parti socialiste. En philosophie, la Légende noire (une lecture propagandiste de l’histoire qui est anti-espagnole et anti-catholique) est acceptée et on demande aux élèves si l’État espagnol devrait assumer “une certaine responsabilité”. Aristote, Platon et Thomas d’Aquin sont présentés comme des hommes chauvins. Tout est vendu comme bon ou mauvais ou noir ou blanc. L’histoire n’est pas comme ça ; nous devons aller aux sources primaires et nous devons réfléchir ; et, surtout, nous devons amener les étudiants à réfléchir. Par exemple, Margaret Thatcher n’avait aucune sympathie pour l’Espagne, mais cela ne signifie pas qu’elle n’avait pas de bonnes politiques économiques que j’aimerais pour mon pays. Ce n’est pas noir ou blanc.

Tout cela sans parler des allusions continuelles à l’Agenda 2030, qui est présenté comme un fait inévitable. J’ai même été obligée de changer mon fils d’école – il allait dans une école de religieuses – parce qu’ils faisaient la promotion de l’Agenda 2030, qui, nous le savons, a de très beaux titres. Mais le diable est dans les détails.

Ce que vous dites est très frappant. Pourquoi pensez-vous que les écoles catholiques enseignent également des contenus qui vont à l’encontre de la doctrine catholique ?

José Rodríguez : Parce qu’elles ont perdu la foi. Lorsque la religion devient une croyance de commodité, l’enseignement de l’Agenda 2030 devient acceptable parce qu’il a de bonnes intentions – même s’il promeut l’idéologie du genre, le mépris de la vie humaine et d’autres valeurs perverses. Cela n’arrive que lorsque nous perdons la foi.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Espagne. « Le contenu des manuels d’Histoire dépend du ministère de l’éducation et des adaptations faites par les communautés autonomes, en fonction de leur ligne politique » Entretien avec José Rodríguez”

  1. dl dit :

    Un programme sur l histoire de la Bretagne pourrait naitre d une initiative privee. Un.pdf

  2. pedro dit :

    C’est comme le programme d’histoire de l’education national en France, qui oublie d’expliquer aux jeunes (bretons, gascons, corses, etc), qu’ils ont une histoire propre, en parallèle de l’histoire du Royaume de France et de la république française…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Espagne : Les arrestations de terroristes islamistes nombreuses en Catalogne

Découvrir l'article

International

Invasion migratoire en Espagne. Seuls 6% des clandestins marocains arrêtés sont expulsés

Découvrir l'article

International

Espagne : VOX menace de mettre fin à ses alliances régionales avec le PP en raison de la répartition des migrants

Découvrir l'article

International, Santé

Santé. Des vacances de prévues en Italie ou en Espagne ? Gare à la fièvre du Nil occidental !

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

10 châteaux à visiter en Bretagne cet été

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, FOUGERES, Histoire

Voyagez dans le temps aux Médiévales du Grand Staobin à Saint-Aubin-du-Cormier les 6 et 7 juillet 2024 !

Découvrir l'article

Immigration, International

Europe passoire. Aux Canaries, c’est toujours « portes ouvertes » pour l’immigration illégale

Découvrir l'article

International, Santé

L’euthanasie pour les malades mentaux bientôt validée en Espagne ?

Découvrir l'article

International, Sociétal

Un cours controversé sur la gestation pour autrui (GPA) dispensé par une université espagnole suscite un débat à l’échelle nationale

Découvrir l'article

Economie, Immigration, International, Justice

Immigration économique. En Espagne, un réseau criminel vendait de faux contrats de travail aux migrants : 110 interpellations

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky