Hollande et Cazeneuve, l’incroyable furie anti-Front national [Tribune Libre]

François Hollande : stop ou encore pour Notre-Dame-des-Landes ?

Le Front national (FN) est le premier parti de France. Les résultats des dernières élections nationales et tous les sondages pour la présidentielle le démontrent très bien. Au second tour des élections présidentielles, plus de 40 % des électeurs français seraient même prêts à voter pour le parti de Marine Le Pen.
Face à la possibilité historique d’une victoire du FN, François Hollande et son Premier ministre Bernard Cazeneuve ont décidé de consacrer la fin de leur mandat à la lutte contre le premier parti de France. Ils sont ouvertement soutenus dans ce combat par France Info, média public financé par nos impôts.

Le Front national est un parti républicain et ses électeurs des gens normaux

Considérant que les abstentionnistes voteraient plus ou moins comme les votants, voire que le Front national y gagnerait des voix, il est tout à fait logique de considérer que ce parti représente une part très importante des Français.

Ces Français, paient des impôts, font tourner l’économie ou sont engagés dans des associations.
Le parti de Marine Le Pen est quant à lui tout à fait démocrate et républicain. Il n’y a pas une ligne de son programme qui soit contraire à l’esprit républicain et elle propose de s’appuyer largement sur les référendums. Aucun contradicteur n’est capable de soutenir le contraire.

Les électeurs du Front national ne méritent donc aucun mépris particulier de la part des représentants de l’Etat.

La campagne indigne de Cazeneuve et Hollande contre le Front national

Et pourtant, François Hollande et Bernard Cazeneuve se sont fixés pour mission de lutter contre le Front national. C’est une mission qu’ils ont annoncé de manière tout à fait transparente.

François Hollande a ainsi déclaré à plusieurs médias : « Mon ultime devoir, c’est de tout faire pour que la France ne puisse pas être convaincue par un tel projet [celui du FN, ndlr], ni porter une si lourde responsabilité. »

Récemment, Bernard Cazeneuve ne s’est pas gêné pour se servir d’un déplacement dans une usine Renault de Meurthe-et-Moselle pour attaquer avec violence le Front national.

Le Premier ministre de la France et son président sont – doit-on le rappeler ? – les représentants de tous les Français.
S’ils ont tout à fait le droit de disposer d’opinions personnelles, ils doivent néanmoins comprendre que plus de 40 % des Français sont disposés à voter pour Marine Le Pen. Quand ils attaquent frontalement ce parti, ils ostracisent plusieurs millions de personnes qui font vivre ce pays.

Qu’un gauchiste, même président de la République ou Premier ministre, soit incapable de réfréner son envie de dire tout sa « haine » du Front national, c’est assez commun et les électeurs du premier parti de France ne s’en formalisent plus. Mais que cela soit fait aussi ouvertement et sans aucune retenue est sans doute une première.

Ce crachat à la figure des millions d’électeurs du FN est honteux. L’unité du pays n’est pas mise à mal par le Front national mais bien par François Hollande et Bernard Cazeneuve qui se servent de leur poste pour diviser les Français en ostracisant des millions d’entre eux.

L’incroyable bénédiction du service public à la lutte contre le Front national

Comme si cela ne suffisait pas, le service public a donné un satisfecit à Hollande et Cazeneuve pour leur « travail de sape en commun contre le Front National ».
Là encore, les électeurs de Marine Le Pen sont habitués au gauchisme des médias dominants, y compris du service public.
Mais que cette haine soit affichée avec une telle évidence est extrêmement grave. Le service public est financé par tous les contribuables français et, à ce titre, il est insupportable de voir des journalistes heureux de lutter contre près de 40 % des Français.

Cela démontre par ailleurs la nécessité urgente de rétablir le pluralisme d’opinion dans le service public. Cette volonté a été traduite en acte par l’établissement d’une pétition, signez la !

La division des Français est avant tout le fait de ceux qui s’obstinent à diaboliser les électeurs du Front national. Quand il s’agit d’un homme d’Etat et d’un média public, cette diabolisation n’est plus seulement créatrice de divisions… C’est une faute morale grave, un déshonneur.

Jean-Marc Morel

Crédit Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Gillic

    On s’ en fout, il parle dans le vide, personne ne l’ écoute !!!!

  • balaninu

    Espérons que les +40 millions d’électeurs pensent comme vous !!!! mais malheureusement, il y a en France tellement de bêtises parce que les “gens” se sont laissé lobotomiser alors je crains que ces manoeuvres de ceux qui sont aux manettes ne s’infiltrent encore dans tous ces cerveaux fissurés ! En fait je me demande quand même s’il n’y a pas quelque part dans cette “constitution” un article qui lui demanderait de fermer sa bouche… d’où il ne sort que des insultes anti-françaises…..

    Mais en y regardant bien, et à l’appui de certaines lectures ces gouvernants agissent EXACTEMENT, comme les COMMUNISTES…..

  • Michel Moulimard

    FH, ma grosse puce de Tulle, ah non c’est un roturier, ma grosse pustulle!