Gwened / Vannes 2014 : une liste engagée au service des bretons

vannes_2014_deleon

15/10/2013 – 15h00 Vannes (Breizh-info.com) – Le site Internet de la liste Gwened/Vannes 2014 est de nouveau en ligne, après avoir été victime d’une attaque dès son lancement. Cette liste, affiliée au Parti Breton, entend peser sur les élections municipales à Vannes, l’an prochain. Nous avons interrogé par téléphone un de ses représentants et membres actifs, Bertrand Deléon, enseignant à Diwan et militant breton de longue date, qui nous explique les raisons du lancement de cette initiative au service des vannetaises et des vannetais.

Breizh-Info : Pouvez-vous présenter les raisons qui ont amené la création d’une liste Vannes 2014 ? Quels sont les points fondamentaux de la campagne ?
Bertrand Deléon : L’instauration d’une économie au service de l’homme. Celle qui nous sortira de la crise par des voies raisonnables, en dehors de tout extrémisme. Pour cela, il nous faut penser et étendre notre action à l’échelle de territoires historiquement et culturellement pertinents. Il ne nous faut pas rater le train de la nouvelle Europe en marche, celle des vraies entités. Cette Europe est plus unie que jamais. Alors même que l’Ecosse, la Flandre et la Catalogne marchent vers l’indépendance, que de nombreuses nations vivent déjà une large autonomie, comme nos cousins gallois, que l’Est de l’Europe s’est déjà réorganisé, nous ne pouvons rester en touche. L’actualité le montre, les licenciements, des familles à la rue : nous sommes victimes à la fois d’un système économique mais aussi du centralisme français qui en accroit ses effets. La machine France pompe nos richesses, nos forces actives, empêche aussi toute liberté fiscale et surtout nous empêche de choisir nos types de marchés. Comment être capable d’envisager toute reconversion économique dans ce contexte ? Ses intérêts diffèrent des nôtres et c’est pour cette raison que l’Etat nous presse comme un citron. L’écotaxe n’est qu’une partie visible de l’iceberg. La Bretagne est sacrifiée. Pour pouvoir vivre et travailler au pays, il faut décider au pays. Or, cela commence par l’engagement sur le terrain et pour Vannes, nous savons ce qu’il faut pour que cette ville rayonne, nous sommes tous acteurs de notre ville. L’urgence est de ne plus laisser notre ville entre les mains des partis politiques français qui la livrent notamment à la spéculation immobilière, à la dépendance centraliste, bref à la ruine. Regardons la vitalité des villes à travers l’Europe, les nôtres sont devenues bien tristes en regard.

Breizh-info : Votre site Internet vient d’être piraté, à peine lancé. Problème technique ou réelle attaque ?
B.D : C’est une réelle attaque. Elle est arrivée au moment le plus stratégique pour nous. Comme une réponse punitive à un regain d’intérêt suite à la parution de notre site. Quand on dit la vérité, si petit qu’on soit, on est une menace pour les barons au pouvoir. On devrait dire les chefs maffieux au vu de leurs condamnations.

Breizh-Info :  Comment est vue votre candidature sur le terrain, à Vannes ?
B.D : Plutôt positivement. On vient vers nous naturellement. Il y a bien sûr un travail de pédagogie à faire et les soutiens qui arrivent de partout de Bretagne et bien au-delà contribuent à la réflexion des Vannetais. Les soutiens extérieurs ont une valeur inestimable. La liste bretonne de Vannes est un espoir pour tous.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Une réponse

  1. En tant que végétariens, ma compagne et moi ne pouvons que nous réjouir de la fermeture des abattoirs. La Bretagne se doit d’être plus humaine dans le traitement des animaux.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS