Callac. Un référendum au sujet du Projet Horizon et de l’accueil de migrants ?

Et si un référendum sur le Projet Horizon contribuait à apaiser les tensions et la fracture qui ronge actuellement la population à Callac et alentours ? C’est en tout cas l’idée suggérée par le Parti Breton dans un communiqué adressé à la presse.

Ce mercredi 28 septembre 2022, le Parti Breton a ainsi affiché son soutien aux habitants de Callac qui souhaitent l’organisation de ce référendum local sur le projet Horizon.

Le Parti Breton « demande au maire de Callac, Jean-Yves Rolland, d’accéder à la demande des habitants de se prononcer par référendum local sur le projet Horizon. Plus globalement, il affirme que c’est aux Bretons de décider de la politique d’accueil des réfugiés en Bretagne, et non Paris ou une association privée. Le maire de la commune de Callac M. Rolland porte un projet d’installation de 70 à 100 familles de réfugiés baptisé Horizon. Ce projet est financé par des fonds publics et privés venant d’un fonds de dotation abondé par une richissime famille parisienne ».

Le Parti Breton entend partager l’incompréhension d’une partie importante des habitants qui découvre l’ampleur d’un tel projet d’installation de familles de réfugiés dans la commune. Alors que le milieu rural et périurbain breton est devenu un désert médical, scolaire et de services publics, il est choquant que le gouvernement parisien, responsable avec ses prédécesseurs de cette situation, lance tout d’un coup autant d’infrastructures et de programmes sociaux. Et poursuit : Le maire et son conseil municipal n’ont pas été élus en 2020 sur le projet Horizon. Par conséquent, il est légitime que les habitants tranchent sur un projet aussi impactant.

Le Parti Breton « partage l’incompréhension d’une partie importante des habitants qui découvre l’ampleur d’un tel projet d’installation de familles de réfugiés dans la commune. Alors que le milieu rural et périurbain breton est devenu un désert médical, scolaire et de services publics. Il est choquant que le gouvernement parisien, responsable avec ses prédécesseurs de cette situation, lance tout d’un coup autant d’infrastructures et de programmes sociaux ».

Puis le Parti de poursuivre :  « Ce projet décidé à Paris ne semble pas abouti : comment va-t-on suivre et former des dizaines de demandeurs d’emploi nouveaux sur la commune ? Comment l’école va-t-elle intégrer des dizaines d’enfants nouveaux ? On va prendre rendez-vous avec les acteurs concernés, dit l’association. Il s’agit d’un projet typique de la technocratie française : on décide à Paris, entre soi, et ensuite on essaye de le plaquer sur la réalité du terrain. Pour le Parti Breton, ce type de projet doit partir des besoins et possibilités du terrain, pas l’inverse ! »

Et d’estimer que « le maire et son conseil municipal n’ont pas été élus en 2020 sur le projet Horizon. Par conséquent. Il est légitime que les habitants tranchent sur un projet aussi impactant. »

Avant de conclure : « c’est aux Bretons de définir la politique d’accueil des réfugiés en Bretagne. C’est en particulier à la Région, complètement muette sur ce dossier, de s’emparer de cette compétence. La politique française actuelle est incohérente : on accepte des personnes qui abusent de ce droit, on refuse des réfugiés réellement en danger ou en détresse depuis leur pays d’origine. La politique prônée par le Parti Breton fera en sorte de s’assurer que les capacités d’accueil des réfugiés sont à la hauteur de ce devoir humaniste. Elle devra aussi lutter contre les abus actuels qui dévoient ce devoir. »

Les élus indiqueront dans les prochains jours s’ils sont fâchés, ou pas, avec la consultation démocratique de la population, municipale comme cantonale. A voir ensuite l’intitulé du référendum, la possibilité du même projet sans réfugiés politiques (un mot utilisé par l’équipe municipale pour rassurer la population – il n y a qu’à voir le viol en pleine rue perpétré à Nantes cette semaine pour se rendre compte que ce statut n’arrête pas forcément la sauvagerie…) ou la présentation d’un autre projet, au service des locaux celui ci.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

13 réponses

  1. Oui, seul un référendum pourrait apaiser les esprits ! Quand on voit ce qui se passe dans les plus grandes villes bretonnes, qui peut avoir envie d’importer la racaille dans la campagne ??????

    1. Je partage entièrement votre avis, la racaille ne doit pas être déversée dans nos campagnes, quand on voit la violence dans les villes liée à l’immigration !!!

  2. Le maire de callac a si peu d’imagination pour revitaliser sa région et va chercher en Afrique des gens pour repeupler sa commune,Paris et ses relais locaux semblent avoir trouvé la solution pour régler l’immigration en dispatchant dans les régions ses ghettos.Ce monsieur me paraît irresponsable ou bien naïf,ne sait il pas que cette population amène avec lui ses moeurs et coutumes,et aussi l’augmentation de trafics en tout genre(drogue,vols,agressions) l’exemple de Nantes devrait le faire réfléchir,qui est devenu le Chicago breton.

  3. Les élus feraient mieux de s’occuper de revitaliser leurs communes et chercher à attirer les entreprises, les industries, ce qui est encore le meilleur moyen de repeupler le monde rural plutôt que de d’y transplanter des familles de migrants, pour la plupart non désirées et non choisies et de culture radicalement différente. Si on voulait enfoncer un peu les villes et villages en déshérence, on ne s’y prendrait pas autrement

  4.  » C’est en particulier à la Région, complètement muette sur ce dossier, de s’emparer de cette compétence  » . Pour être muette , elle l’est mais en bonne progressiste , macroniste , elle n’en pense pas moins que le maire de cette commune .

  5. Qui est le Fonds de dotation MERCI ? Siège social : 15, rue Saint Benoît, 75006 Paris ; site web : http://www.fondsdedotationmerci.org
    Objet social : favoriser, soutenir et développer des activités d’intérêt général en faveur des populations vulnérables dans le monde, en œuvrant à l’amélioration de leurs conditions de vie, notamment sur les plans sanitaire, social, éducatif et culturel, le fonds a également vocation à soutenir des actions à caractère social et dans le domaine de la protection de l’environnement, notamment dans le cadre de projets écologiques et solidaires contribuant à la préservation et à l’amélioration de la biodiversité et des ressources naturelles d’un territoire, enfin le fonds de dotation a pour mission de soutenir ou initier des projets à caractère humanitaire, tout particulièrement ceux venant en aide aux populations réfugiées fuyant la misère et les zones de conflits
    Source : https://www.journal-officiel.gouv.fr/pages/associations-detail-annonce/?q.id=id:201900451660

    Source des comptes 2021 : https://fr.ftp.opendatasoft.com/datadila/JO/ASSOCIATIONS/DCA/PDF/2021/3112/527588388_31122021.pdf

    Notamment : a) Bilan à 1.892.899 € ; b) page 14, budget  » Horizons  » de 52.167 € , pour installer de 70 à 100 familles de religion musulmane , de langue arabe et illettrées . Qui finance le reste ?

  6. Macron est le premier président de la France sans enfants.
    Le gamin n’a pas de descendance et se moque éperdument de l’avenir du pays.
    Pour l’instant il profite, et après lui, le déluge.

  7. ATTENTION DE NE PAS VENDRE SON AME Monsieur LE MAIRE !!!!
    un peu de bon sens un monsieur a très bien dit avant NOUS nous ne pouvons pas accueillir toute la misère humaine sur notre CONTINENT !!!
    ce n’est pas une histoire de partie c’est le pays qui est déjà mal en point avec des stupidités je suis chrétienne et c’est sans complexe que je dis restons DE FRANCE le reste est une lecture d’orgueil
    AMITIES

  8. Un référendum serait la moindre des choses. Avec débats et campagne d’information sur les vices et vertus des transferts de populations.

    De toute façon, pas question d’autoriser ce traffic de MHI, comme la désigne fort bien Camus : Matière Humaine Indifférenciée.

    Nous devons au contraire promouvoir une rémigration rapide et massive !

  9. UVDL n’a que faire des référendums, il n’y a qu’a voir avec quel mépris elle à menacé les Italiens si ils votaient mal. Macron à ses ordres interdira par voie préfectorale la tenu de toute consultation citoyenne au sujet de l’immigration. Callac risque bien de  »s’assombrir ».

  10. La doctrine sociale de l’Eglise, relayée par les médias comme Ouest France, fait des ravages en Bretagne. Conseil Régional, conseil général, Cc de Guimgamp, Commune de Callac : tous à gauche. Comme Rennes, Nantes, Brest, Quimper … On va payer notre naïveté, notre bien-pensance, notre couardise.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS