« Les peuples fondateurs à l’origine de la Gaule », de Fabien Régner et Jean-Pierre Drouin

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Les Gaulois ont marqué à jamais la toponymie de nos villes et de nos campagnes. C’est ce que viennent rappeler opportunément Fabien Régnier et Jean-Pierre Drouin, deux historiens spécialistes du monde celtique, dans leur ouvrage intitulé « Les peuples fondateurs à l’origine de la Gaule », publié aux excellentes éditions Yoran Embanner.
Dans cet ouvrage, qui fait la synthèse des connaissances actuelles en la matière, Régnier et Drouin, commencent par préciser les éléments caractéristiques de ces peuples qui ont fondé la civilisation gauloise. Ils rappellent leur arrivée dans le territoire qui deviendra par la suite la Gaule, à l’époque dite des « Champs d’urnes » (Bronze final), d’une population de cavaliers, guerrière et qui pratiquait l’incinération de ces morts. L’abondance des découvertes archéologiques – armes et harnachements de chevaux en bronze, champs d’urnes funéraires etc. – tranche en effet avec la période précédente. Des nouveaux arrivants qu’on a pu qualifier comme appartement au groupe « proto-celtique » (V. Kruta).
Les auteurs décrivent également ce que fut la société gauloise, inscrite dans la tradition indo-européenne, avec les trois fonctions représentées par les prêtres, les guerriers et les producteurs, organisation tripartite telle qu’on la retrouvera encore au Moyen Âge.

Le grand intérêt de cet l’ouvrage réside toutefois dans l’analyse détaillée des différents peuples fondateurs de la Gaule à laquelle se livrent Régner et Drouin. Si les auteurs anciens parlent de 300 à 400 peuples, eux n’en répertorient plus que 200 à 300. Au 4e siècle, rappellent-ils, les capitales de diocèses ont souvent repris les noms des anciennes tribus, Parisii (Paris), Namnètes (Nantes), Viroduni (Verdun), Pictons (Poitiers), Rèmes (Reims) etc.
Allant au-delà de la simple description, cette étude exhaustive analyse aussi les relations entre ces différents peuples et récuse au passage certaines théories quelque peu hasardeuses. Ainsi il ne semblerait pas que les Vénètes d’Armorique soient apparentés aux Vénètes d’Italie du Nord, population d’origine illyrienne selon les historiens italiens, du moins pas dans un passé proprement celtique. Contrairement à ce qui a pu être évoqué parfois, Vannes et Venise ne seraient donc pas « jumelées » par des ancêtres communs.

La carte des différents peuples qui ont fondé la Gaule montre une plus grande abondance de ceux-ci dans le sud, qu’il soit aquitain ou provençal. Il est d’ailleurs possible que le nord de la Gaule – la Celtique proprement dite, moins connue des Romains avant la conquête de Jules César – en possédait davantage.
Quant à la liste des rois et chefs gaulois célèbres, on regrettera que ne soient pas mentionnés certains rois connus seulement par la numismatique. On pense à Togirix, abondamment représenté sur des monnaies, qui fut roi des Séquanes, ce peuple à l’origine de la guerre des Gaules et qui ont donna son nom à la Seine.
Contrairement à certains auteurs qui entendent, par pure conviction idéologique, « revisiter » notre passé dans le but inavouable de supprimer toute lien avec un passé présumé « imaginaire », le livre de Fabien Régnier et Jean-Pierre Drouin vient rappeler opportunément l’existence de ces peuples qui ont marqué de leur empreinte ce qui deviendra par la suite la France.

« Les peuples fondateurs à l’origine de la Gaule » Fabien Régner et Jean-Pierre Drouin, 904 pages, Edition Yoran Embanner 2012. Prix 39 euros

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -