Malefosse revient en Bretagne

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

24//11/2013 – 12H00 Bretagne (Breizh-info.com) – La série de bandes dessinées Les Chemins de Malefosse décrit l’ampleur des guerres de religion en Bretagne. Elle imagine en effet que pour déjouer des complots à son encontre, Henri IV s’offre les services de deux lansquenets (mercenaires allemands), Gunther et Maître Pritz. Certains tomes de cette série, dont le dernier, se déroulent en Bretagne.

Dans le tome 5 (L’or blanc), Gunther et Maître Pritz, après un long périple sur la Loire, arrivent au pays de Guérande. Ils aident l’un de leurs amis, Face-de-Suie, à faire valoir ses droits sur l’exploitation des marais salants. Mais en cette année 1589, la taxation du sel (la gabelle) est si élevée que celui-ci devient objet de contrebande. Gunther et Maître Pritz découvrent que ce trafic finance des révoltes contre Henri IV.

Le tome 12 (La Part du Diable) se déroule en 1592, au château de Suscinio et à Vannes, ralliée depuis peu à la cause catholique. Gunther et Maître Pritz doivent remettre une missive enjoignant le Duc de Mercoeur (camp catholique), de rejoindre le camp du Navarrais. Mais une organisation catholique, la Manus Dei, entend bien contrecarrer les plans d’Henri IV.

Enfin, dans le tome 21 (Plaie d’argent), paru en septembre dernier, Henri IV soupçonne le Duc de Mercoeur de vouloir ruiner le royaume de France avec de la fausse monnaie. En cette année 1595, l’Espagne manigance également contre Henri IV. C’est l’occasion pour les héros de revenir à Saillé (p.10), au château de Careil (p.11), à Guérande (p. 16 et 17) et à Nantes (p.20 et 21).

Jusqu’au 12ème tome, le dessinateur et coloriste François Dermaut décrivait, avec minutie et réalisme, les costumes, armes et bâtisses de l’époque en respectant les particularismes régionaux. Son souci de l’exactitude était tel qu’il adressait chacune de ses planches, pour correction, au Conservateur du musée des Marais salants de Batz-sur-mer. Avec le même succès, Brice Goepfert poursuit aujourd’hui le dessin de cette série.

Celle-ci a été créée en 1982 par Daniel Bardet. Ce scénariste, qui n’a jamais eu peur du « politiquement correct », est également réputé pour ses autres séries (Le Boche et Chronique de la maison Le Quéant). C’était l’époque des grandes séries historiques (Les passagers du vent de Bourgeon ou Les sept vies de l’épervier de Cothias). Bardet reconstitue à merveille le XVIème siècle. L’utilisation de vieilles expressions françaises donne un cachet véridique à l’intrigue. Il faut prendre le temps de lire chaque tome tant les références historiques sont nombreuses.

Cette série, qui dénonce le fanatisme religieux, rappelle bien entendu l’époque actuelle. Dermaut reconnaît qu’« on retrouve le même fanatisme religieux aujourd’hui que du temps d’Henri IV. Au Liban comme en Iran…, c’est la même tuerie… Le conflit entre sunnites et chiites est aussi absurde et destructeur que celui qui opposait catholiques et protestants ».

Le tome 21 est l’occasion pour la maison Glénat d’éditer Les chemins de Malefosse en grand format. Le graphisme y gagne en élégance.

Tome 21,Plaie d’argent 13,90 euros.

Intégrale 1, tomes 1 à 4, 35 euros.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Fabrice Di Vizio. « Macron est plus crédible en influenceur Pfizer qu’en général des Armées ! »

Maître Fabrice Di Vizio, avocat au barreau de Nanterre, explique les raisons de son recours - soutenu par plus...

Sapeurs-pompiers en grève : «La vaccination obligatoire nous supprime notre liberté de choix»

Après le personnel soignant, des sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession. L’un des principaux syndicats de...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

En Bretagne, des cafés et bistrots entrent en résistance contre le pass sanitaire et la tyrannie

Il y a des en France et en Bretagne des millions de personnes qui ne se rendront pas face à la tyrannie imposée par...

Aux origines de la Bretagne, une invasion migratoire ?

L'originalité de la Bretagne vient de son peuplement par l'immigration massive de Celtes de Grande-Bretagne, à l'époque où les invasions barbares emportaient l'Empire romain. Dans...

Montessori : des écoles inaccessibles aux plus modestes ?

Alors qu'une nouvelle école Montessori (trilingue : français, anglais, espagnol) devrait ouvrir à Bréal/Montfort au sud-ouest de Rennes, il convient de revenir sur cette...

Diwan : ha bremañ petra vo graet ?

An nen az a war ar rouedadoù sokial er mare-mañ en deus gwelet fotoioù dic'hortoz war pajennoù zo : tud o tougen panelloù « Diwan, ha...