lorient_turc_Pôle_emploi

20/12/2013 – 12h30 Lorient (Breizh-info.com) – Les coiffeuses bretonnes actuellement en quête d’emploi à Lorient risquent d’être déçues : le nouveau salon de coiffure Image-Hair, situé 51 rue de Verdun, à Lorient, embauche un ou une salarié. Jusque là, plutôt réjouissant pour les nombreuses personnes actuellement au chômage, possédant un CAP ou BEP coiffure et une expérience de 2 ans dans le même domaine. Mais l’annonce (ci-dessous) publiée par Pôle emploi et réactualisée le 19 décembre risque de refroidir la majorité des postulants : en effet, Eda Demir, dirigeante de la société, exige que le ou la postulante parle la langue turque.

Un critère à la fois surprenant, aux relents plutôt discriminatoires, la pratique de la coiffure en Bretagne n’étant à ce jour pas soumise à la pratique de la langue turque.

Contactée par téléphone, la gérante du salon se justifie : « Ici dans ce quartier de Lorient, la majorité de ma clientèle est turque, je souhaite donc avoir une employée qui parle couramment cette langue, tout comme moi ».

Un petit survol des commerces du quartier permet de constater en effet une multiplication des commerces communautaires dans ce quartier de Lorient : on trouve ainsi, en face du salon de coiffure, au 50 rue de Verdun, le kebab « l’Ankara », ou encore au 13 rue de Verdun « Yasmine délices d’orient », une boucherie halal,  une autre  au 75 Rue Paul Guieysse, 56100 Lorient ‎et « L’Istanbul Grill », rue Édouard Beauvais. Côté rive gauche du Scorff, on retrouve également, l’AS Lorient Turcs, un club de football communautaire, ainsi qu’une mosquée, gérée par l’association culturelle turque du Pays de Lorient et située à Keryado.

Du côté de Pôle Emploi, nous n’avons pour l’instant pas réussi à joindre le responsable régional de la communication, malgré plusieurs tentatives. Une conseillère chargée de la diffusion des annonces des employeurs dans le département nous a néanmoins confié, sous couvert d’anonymat : « si un coiffeur ou un crêpier exigeait la pratique de la langue bretonne dans ses recherches, nous ne validerions pas l’offre d’emploi. »

Difficile dès lors pour les Bretons au chômage de pouvoir « vivre, décider et travailler au pays », et ce malgré le Pacte d’avenir pour la Bretagne et la bonne volonté des Bonnets rouges. Une question à soumettre à Christian Troadec …


turcexigé
Crédit photo : Pôle-emploi.fr
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

16 Commentaires

  1. Quelle honte !!!! le directeur du pole emploi n’a vraiment aucun complexe à faire publier une annonce pareille, en France on parle le français ! pas le turc ni l’arabe ni aucune autre langue extra européenne, si l’annonce avait préciser de parler la langue bretonne, elle n’aurait jamais été publier ! et pour cause, les langues régionales ne sont pas en usage dans le pays, mais seulement localement, vraiment qu’est ce que c’est que ce pays ou on demande aux français de se fondre dans la cultures des immigrés et non l’inverse, à quand une reconquête pour mettre toute cette engeance dehors avec perte et fracas.

  2. Image hair? Ce n’est pas du turc,c’est bien de l’anglais? Toujours utile,que ce salon de coiffure N’a rien à faire dans notre pays! A foutre dehors,à tout prix!

  3. ou va t on quand va t on virer tous ces politiciens envasaient dans la politique depuis des années et qui ne pensent qu a eux mais pas au peuple français de plus de gens dans la misére la pauvreté. quand j entends tous les ans que les restaurants de coeur battent des records et personne ne dit rien on dirait que ce record ne demande qu’ a être battu tous les ans ou va t on réagissons , bonne année quand même.

    • On exige le turc, où est le problème ? On trouve des centaines d’annonces dans lesquelles on exige l’anglais. Quelle est la différence ? C’est juste une question pratique.
      Et tous ces bons français qui s’offusquent qu’on ne parle pas leur langue mais qui en ignorent l’orthographe et feraient bien de relire leurs commentaires …

  4. Effectivement, les langues étrangères sont reconnues, mais pas les langues régionales…
    C’est juste surréaliste… Réveillons nous!

Comments are closed.