Jean-Yves Le Drian, futur duc de Bretagne ?

A LA UNE

19/06/2014 ‑ 07H00 Bretagne (Breizh-info.com) ‑ Au lendemain des élections européennes, Le Télégramme titre « le tsunami bleu marine », Presse Océan : « FN : une percée historique » et Ouest-France : « FN à 25% : le choc ». Le Figaro allait même jusqu’à parler de « séisme » à la une !

Effectivement, la liste FN était arrivée en tête dans le Morbihan (20,28% des suffrages exprimés), en deuxième position dans les Côtes d’Armor (17,36%). Elle occupait la troisième place en Loire-Atlantique (16,41%), dans le Finistère (15,33%) et en Ille-et-Vilaine (15,37%).

A partir de là, les esprits superficiels de prévoir une irrésistible avancée de la formation frontiste aux prochaines élections régionales – prévues à l’automne 2015.

Mais c’est confondre une première compétition – les élections européennes – où les formations de droite et de gauche se sont présentées en ordre dispersé et une seconde – les élections régionales – où les partis de chaque campa se regroupent autour d’un leader.
Pour la gauche, il s’appelle Jean-Yves le Drian, lequel cumule notoriété et popularité.
Pour la droite, Bernadette Malgorn, ancienne préfet, ne peut revendiquer ni notoriété ni popularité.

Puisque le cadre de la Bretagne (4 départements) sera sans doute celui retenu pour ces régionales, une projection opérée en prenant en compte les résultats obtenus aux européennes dans ces quatre départements permet de remettre les pendules à l’heure.
ET chaque camp retrouve sa vraie place à partir du moment où l’on procède à un regroupement.

En retenant cinq listes à gauche (PS, EELV, FG, Nouvelle Donne, UDB), on obtient 388 666 suffrages (36,81% des suffrages exprimés). La même opération effectuée à droite (UMP, UDI-Modem, DLF, Force vie, UPR) donne 364 830 voix (34,55%). Le Fn occupe la troisième place avec 180 572 voix (17,10%) et Christian Troadec la quatrième acec 76022 voix (7,20%).
La victoire de la gauche apparaît indiscutable surtout si, au second tour, la liste le Drian et celle de Troadec fusionnent.

Si la réforme territoriale ne modifie pas le mode de scrutin actuellement en vigueur aux élections régionales, au second tour, non seulement la liste de gauche héritera de la prime majoritaire (25% des sièges à pourvoir, soit 21 sur 83) mais encore elle en récupérera une vingtaine supplémentaire grâce à la répartition des autres sièges à la proportionnelle entre toutes les listes.
Majorité assurée avec environ 42-43 sièges.
En cas de fusion avec la liste Troadec, le Drian bénéficierait d’une majorité confortable (48 sièges environ).

Voilà ce que donne une projection effectuée avec les résultats des élections européennes.

Pour l’anecdote, notons que la liste de droite se contenterait d’une vingtaine de sièges et celle du FN d’une dizaine.
Nous voilà très loin du « tsunami » et de la « percée historique ».
Bien sûr, il faut tenir compte de la variation du taux de l’abstention : de 54, 23% le 25 mai, on passera à beaucoup moins à l’automne 2015.

Pourtant, on voit mal ce qui pourrait empêcher Jean-Yves le Drian de redevenir président du conseil régional de Bretagne.
En cas d’élections régionales le 25 mai, il aurait eu plus de 20 000 voix d’avance sur Bernadette Malgorn et près de 100 000 voix en cas de fusion avec Christian Troadec.
La messe est dite.

On peut certes imaginer la présence d’une liste « gauche alternative », type Nouvelle Donne. Comme celle d’une liste « droite alternative » type Debout la République. Mais deux éléments capables de dissuader les plus téméraires apparaissent :
D’abord,  » les listes qui n’ont pas obtenu au moins 5% des suffrages exprimés ne sont pas admises à la répartition des sièges ». Ensuite, les frais de la campagne officielle « sont remboursés aux listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés ».
Or le 25 mai, en Bretagne, la première a obtenu 3,39% (Nouvelle Donne) et la seconde 2,36% (DLR).
Voilà qui donne à réfléchir …

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Afrika-ar-Su : N’eo ket mui paeet implijidi an ANC abaoe 3 miz

N'eo ket an ANC evit meriñ ekonomiezh Afrika-ar-Su (anez komz eus ar peurrest evel just) met n'eo ket evit...

Immigration et racket du contribuable. Un milliard d’euros pour l’aide médicale d’État (AME) aux migrants dans le budget 2022

Un milliard d'euros. 14 euros par Français, pris dans vos poches. Selon le projet de loi de finances annoncé...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés