François Goulard (UMP). Objectif régionales 2015 ?

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

29/06/2014 – 07H00 Vannes (Breizh-info.com) – Les prochaines élections régionales sont prévues en décembre 2015 . A droite et à gauche, on commence à lorgner vers la ligne de départ. C’est le cas de François Goulard (UMP), président du conseil général du Morbihan.
Il y a effectivement urgence à préparer l’avenir car le projet de loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République sera voté avant la fin de l »année.
S’il fait la part belle à la Région, il vide de sa substance, au contraire, le Département.
Exemple : l’article 9 confie à la Région la gestion de la voirie relevant des départements. Ces derniers devront se recentrer sur leurs « compétences principales, à savoir les compétences de solidarité sociale et territoriale ». indique l’exposé des motifs.

Le problème de la reconversion se pose donc pour les présidents de conseils généraux, qui n’ont guère envie de se retrouver avec une petite boutique aux faibles moyens et aux compétences limitées.
François Goulard est le premier à se jeter à l’eau : « Nous avons un sujet majeur aux élections régionales, qui n’est pas seulement de savoir ce que l’on fera de la Région demain, mais des dépouilles de département après les transferts de compétences annoncés. Du coup, les régionales seront une élection majeure et il faut absolument que la droite et le centre la gagnent.
Mon message politique, c’est que droite et centre, ce qui n’a pas toujours été le cas, partent unis à la bataille. C’est indispensable ! ».

Mais il faudra régler la délicate question du chef de file régional et des chefs de file départementaux. M. Goulard a sa petite idée sur la question : « la méthode que je prône, car il y a au moins deux partis concernés, UMP et UDI, c’est que nous fassions des primaires ouvertes. Il faut une manière lisible pour les électeurs de désigner un candidat, de le rendre légitime, pour cette élection majeure. ».

On l’a compris, M. Goulard se verrait bien président du conseil régional de Bretagne. Premier obstactle – petit , Bernadette Malgorn, actuellement leader de la droite au conseil régional.
Sans notoriété, sans popularité, cette femme-préfet n’enthousiasme pas les foules. Pour conduire une liste à la défaite, elle est parfaite.

Second obstacle – sérieux – Jean-Yves Le Drian, actuellement ministre de la Défense et dont le rêve est de redevenir président de la Région. C’est lui qui dirigera la liste de gauche en décembre 2015. Personne à gauche n’a les épaules assez larges pour l’en empêcher.
Les simulations effectuées à partir des résultats des élections européennes en Bretagne montre qu’une liste « gauche unie » devancerait aisément une liste « droite unie ».
Dans les deux camps, la nécessité de l’union est entrée dans les têtes – seul moyen d’empêcher le FN de remporter la victoire.
On peut également faire confiance à M. Le Drian pour donner à son équipe un parfum « d’ouverture » suffisamment fort – en faisant entrer des patrons par exemple – pour faire oublier qu’il est « de gauche ».

Et puis, au second tour, il bénéficiera du renfort des troupes de Christian Troadec. Dans ces conditions, on voit mal ce qui pourrait empêcher son retour à l’hôtel de Courcy (résident du président de Région).
N’en déplaise à François Goulard.

Bernard Morvan

Crédit photo  : Wikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

Articles liés

La réouverture du château de Suscinio annoncée

Le pont-levis est baissé, le verrou levé, le passage sous le porche autorisé… Le Domaine de Suscinio rouvre ses portes aux visiteurs le mercredi...

Ar ravoù berzet er Morbihan

D'ar merc'her 12 a viz mae ez eus bet embannet ur skrid-embann gant prefed ar Morbihan evit difenn strizh ar ravoù ("rave" e galleg flour)...

Le Morbihan parmi les départements les plus recherchés sur Airbnb pour le mois de mai

Ces derniers jours, les recherches effectuées sur la plateforme Airbnb pour des séjours en France ont augmenté de plus de 25 % suite aux...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le Conseil d’État vient de valider...