Jean-René Marsac (PS) : la zone d’influence contre l’identité

A LA UNE

05/08/2014 – 07H00 Redon (Breizh-info.com)  – Curieusement, Jean-René Marsac, député de Redon (PS), apparaît très en pointe dans l’offensive tendant à fusionner la Bretagne et les Pays de la Loire. Selon lui, « les Bretons doivent intégrer, s’ils veulent sincèrement dépasser le statu quo, que Nantes et Saint-Nazaire n’entreront pas en Bretagne sans leur zone d’influence qui va bien au-delà de la Loire-Atlantique.« 

Bref, c’est l’argument économique qui doit l’emporter. La « zone d’influence » devient la reine de toutes choses, le critère unique de l’aménagement du territoire. Les élites nantaises ne pensent pas autrement et ont trouvé en M. Marsac un porte-parole zélé.

Il ne reste plus qu’à systématiser l’argument du député de Redon. L’actualité a mis sous le projecteur médiatique le Mali. Au passage, c’était l’occasion de rappeler que les grandes entreprises françaises font la loi dans ce pays ; l’économie malienne est régie depuis Paris.
Par conséquent, M. Marsac exige que le Mali soit rattaché à la France.

Une partie importante de la population de la Savoie et de la Franche-Comté franchit chaque matin la frontière pour aller travailler en Suisse ; ce sont les fameux « frontaliers ». Ces deux régions appartiennent incontestablement, dans le domaine économique, à la « zone d’influence » de Genève. Par conséquent, la théorie de M. Marsac exige que la Savoie et la Franche-Comté deviennent deux cantons de la Confédération helvétique.

Les spécialistes du maritime et du portuaire connaissent la formidable bataille qui oppose d’un côté les ports du Havre et de Rouen et de l’autre celui d’Anvers. Le dynamisme des Flamands est tel qu’ils se permettent chaque jour de venir chiper des « volumes » importants dans la basse Seine ; si bien que la noria des conteneurs – sur camions – est permanente entre la Normandie et la Flandre. Sur cette base-là, on a le droit de considérer que la Seine-Maritime appartient à la « zone d’influence » d’Anvers. Par conséquent, la théorie de M. Marsac exige que ce secteur soit rattaché à la Flandre.

Une grande partie de la main-d’oeuvre luxembourgeoise se trouve être lorraine. Chaque matin, ouvriers, employés et cadres lorrains vont travailler de l’autre côté de la frontière. Sans eux, les entreprises et les banques luxembourgeoises connaîtraient de sérieux problèmes. Si bien que le gouvernement luxembourgeois a le droit de considérer que la Lorraine constitue son arrière-cour ; la « zone d’influence » est indiscutable.  La Lorraine doit donc intégrer le grand-duché, selon la théorie de M. Marsac.

La période estivale fournirait à ce dernier une excellente occasion d’aller se rafraîchir les esprits pendant une semaine à Perpignan. Là, il découvrirait que le Roussillon regarde davantage vers Barcelone que vers Paris. Tout y concourt – en particulier la proximité et les moyens de communication ; difficile de nier l’existence d’une « zone d’influence ». La Catalogne doit donc récupérer le Roussillon.

Il ne reste plus qu »à nommer M. Marsac ministre de la « zone d’influence » et, en moins d’un an, la France serait complêtement désarticulée.
Son raisonnement ne correspond pas à la réalité économique vécue par les entreprises.
Dans le découpage régional actuel, il n’existe ni rideau de fer, ni douaniers à la « frontière » séparant la Bretagne et les Pays de la Loire.
Les échanges s’effectuent librement entre les deux régions ; les camions et les trains circulent sans entraves ; les investisseurs investissent là où bon leur semble …

Il en sera de même demain avec une Bretagne réunifiée et le Maine-Anjou, le Poitou-Charentes et la Normandie. Et rien n’empêchera les entreprises nantaises de disposer d’une « zone d’influence » correspondant à leur rayonnement propre, qui n a rien à voir avec les délimitations régionales qui, elles, prennent en compte une identité et une histoire.

Bernard Morvan

Photo : Luziadell Luziadell/Wikimedia (cc)

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Prix du porc : comment faire face aux fluctuations ?

Prix du porc : comment faire face aux fluctuations ? https://www.youtube.com/watch?v=OMniLvHfazA Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Italie. Selon l’Institut national italien de la santé, la plupart des décès recensés en 2020 n’ont pas été causés par le Covid-19

Selon le rapport de juillet 2021 de l'Istituto Superiore di Sanità (Institut national italien de la santé, équivalent de...

2 Commentaires

  1. j’habite le pays de Redon et je peux vous affirmer que ce type c’ est du creux , du vent ; aucune idée innovante, rien ! il sert juste à montrer sa tronche lors d’inogurations d’ entreprises ou de bâtiments . Bref le parfait parasite
    payé 5000 eur/mois pour nous foutre dans la m…. !

  2. Hello ,

    Je pense que ce monsieur du PS doit intégrer, s’ils veulent sincèrement avoir une chance de conserver le pouvoir, que Nantes et Saint-Nazaire doit rentrer en Bretagne avec la Loire-Atlantique.

    La raison est simple: si les politiques du PS persévèrent à diviser la Bretagne, le FN se posera en embuscade, favorable à la bretagne 5 départements. Il suffira qu’une petite partie des décus de la réforme territorriale en Bretagne vote FN pour que le rapport bescule et les élus PS soient balayés. De plus la diaspora qui n’a jamais l’occasion de s’exprimer sur un problème breton sera sollicitée dans ce sens. C’est à dire dans quasiment toutes les circonscriptions électorales se problème se fera sentir. et tant d’élus PS n’ont plus que quelques poignées de buletins d’avance….

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés