Jean-Yves le Drian a évité la fusion Bretagne – Pays de Loire

A LA UNE

08/08/2014 – 07H00 Bretagne (Breizh-info.com) – Le projet de loi relatif à la délimitation des régions a donc été adopté, mercredi 23 juillet, en première lecture par l’Assemblée nationale. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense et « lobbyiste breton en chef » a obtenu que « les contours de son fief restent en l’état ». Ce qui signifie le maintien du statut quo avec la Bretagne à quatre départements. L’alternative paraissait simple : ou bien la Bretagne à quatre départements, ou bien la fusion avec les Pays de Loire ; dans ce dernier cas, on acceptait la disparition de l’identité bretonne et l’entrée dans un conglomérat sans base culturelle et politique. Ce que Le Drian ne voulait à aucun prix.

En effet le gouvernement a posé comme principe que les fusions doivent s’effectuer par blocs régionaux. Dans la confection de la loi, il est impossible pour une région (Bretagne) de récupérer un département (Loire-Atlantique). C’est pourquoi le ministre Le Drian a exigé de son ami Hollande le maintien en l’état des limites de la Bretagne. On doit au ministre breton une fière chandelle : il se trouvait au bon endroit au bon moment pour bloquer un projet catastrophique.

Toutes les régions n’ont pas cette chance. C’est le cas de l’Alsace que le gouvernement veut marier avec la Lorraine et la Champagne.  Les députés alsaciens – dont 13 sur 15 sont UMP ou UDI – sont remontés contre ce ménage à trois qui leur est imposé. « Une configuration jamais envisagée jusque-là » accuse Patrick Hetzel (UMP). D’autres sont plus violents dans leurs propos. Ainsi Charles Buttner (UMP), président du conseil général du Haut-Rhin :  » Si le débat sur l’organisation territoriale est nécessaire, il n’est plus acceptable que des ministres disposent, sans concertation, de nos organisations territoriales comme une multinationale délocaliserait ou réorganiserait ses succursales ! ».

Bien entendu, on peut compter sur Jean-Marc Ayrault et ses partisans pour repartir à l’assaut lors de la seconde lecture au Palais-Bourbon afin d’obtenir la fusion Bretagne – Pays de la Loire. Mais François Hollande a besoin de son ami Le Drian, un ministre qui « fait le job » et ne lui complique pas la vie : cela procure au locataire de l’Hôtel de Brienne un poids politique qui lui permet de défendre avec vigueur les intérêts bretons, pendant que Jean-Marc Ayrault fait figure de retraité à côté.

Bernard Morvan

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass Sanitaire : l’overdose !

A la Une ce soir, la prolongation du pass-sanitaire discutée à l’Assemblée Nationale. Mardi soir, les opposants à la...

Immigration. 67% des Français inquiets d’un « grand remplacement » de population

Un sondage qui pourrait faire l'effet d'une bombe. 67% des Français se disent en effet inquiets d'un « grand...

9 Commentaires

  1. Vous faites chier grave, monsieur le peesseff-avocat-chef !!!
    Le drian, c’est l’ambition 0 pour la Bretagne. Pire, c’est faire croire aux Bretons qu’il y a du bon dans du moins pire !!! Arretez de faire de la pub a ce genre de raclures !!! Vous etes lamentable !!!

  2. Bonjour,
    Il a surtout évité un second souffle pour les Bonnets Rouges, Jamais en la situation actuelle la région Grand Ouest n’aurait plus tenir, et le vote Nous Te Ferons Bretagne se serait inscrit durablement dans le paysage. On a encore raté une belle occasion.

  3. Non mais vous plaisantez ou quoi ?! « Deux alternarives : ou bien la Bretagne à quatre départements, ou bien la fusion avec les Pays de Loire ». Vraiment ? Et la réunification, ce n’était pas une alternative, peut-être ?! J’ai rarement vu un léchage de bottes (je dis « bottes » par politesse) aussi outrancier que celui que constitue cet article, et je suis d’ailleurs très déçu que Breizh Info s’en fasse l’écho. « Dans ce dernier cas, on acceptait la disparition de l’identité bretonne », écrivez-vous. Parce que privée du Pays Nantais, l’identité de la Bretagne n’est pas en train de disparaître ?! Ah, mais, voilà une bonne nouvelle ! Nous sommes sauvés ! Vive M. le Drian !

    Il est proprement révulsant de lire des propos aussi hypocrites. Cet article n’aurait sa place sur ce site que le 1er avril.

  4. V. le Nys > il me semble que l’article (signé d’ailleurs) se contente de décrire les deux possibilités qui existaient telle que la réforme territoriale était proposée au Parlement et l’oeuvre de Le Drian en faveur d’une des deux possibilités.
    Pour le reste, je ne sais pas si vous êtes un lecteur assidu de Breizh-info, mais il me semble pourtant qu’il fait partie des médias qui ont pris position pour la réunification (et même une pétition pour un référendum a été lancée).
    La réalité, c’est quand même que sans Le Drian (ce qui n’en fait pas un héros, on sait aussi pour quels aspects électoraux à venir il l a fait) , la fusion aurait été annoncée.

  5. Il est décevant que JY Le Drian s’accomode de cette seule alternative. Status quo ou fusion. La seule issue est celle des peuples a disposer d’eux memes. Il nous faut une consultation democratique.
    Je suis consterné par l’amateurisme aux manettes de cette réforme territoriale

  6. Breizhman : je ne me fais d’illusion sur la réunification, il y a longtemps que je n’attends plus rien de la France. Ce qui me met hors de moi, c’est de voir l’auteur affirmer que l’on « doit une fière chandelle (à le Drian) »´ ou encore que la Bretagne a eu de la « chance ». La Bretagne n’a certainement pas de chance, et le Drian est un opportuniste qui s’est couché devant les intérêts de son parti plutôt que de tenir ses promesses sur la réunification. S’il a vraiment fait pression sur Hollande pour éviter la fusion, pourquoi alors n’a-t-il pas obtenu la réunification ? Ce qui m’énerve, dans cet article, c’est qu’il fait de le Drian un champion de la cause bretonne.

  7. On peut craindre a la lecture de ceci que d’utres bretons soient a nouveau assez debiles pour faire confiance a un psf. Mais il faut garder espoir : l’alternative bretonne existe, nos compatriotes se souviendront bien de la traitrise et de la lachete psf, et le vote breton va grimper encore. Que dit l’UdB d’un article pareil ? Assumeront-ils enfin de decklarer haut et fort que le psf est integralement anti-breton, et que le seul parti ecolo-socialo breton c’est eux ? Ca urge ! Prenez position !

  8. le drian,hollande et la clique de socialos la debacle arrive a grand pas,on peut rever d’un avenir autre pour la Bretagne ? breizh uni a cinq!

  9. L’ UDB continuera a faire comme a chaque élection, c’est à dire appeler a voter pour le PS ou à défaut pour la gauche voir l’extrême gauche quel que soit le degré de traîtrise des renégats de la cause bretonne, je rappelle qu’ils ont appeler à faire élire le zéro à nantes ainsi que batteux à saint nazaire car ils acceptent tous face à quelqu’un de droite même apparenté, ils feraient même voter leur militant pour mélanchon rien que pour ne pas avoir un élu même dit de droite en bretagne, ils font pitié ses imbéciles….

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés